Accélération des placements thématiques en 2021

En 2021, les placements thématiques pourraient, selon nous, être portés par des changements politiques qui stimuleront les investissements dans les infrastructures et les programmes de santé publique. Dans cet article, nous présentons quelques scénarios de transformation qui, en 2021, pourraient encourager l’accélération des investissements en immobilisations, en ce qui concerne plus particulièrement les thèmes liés à l’environnement, à la technologie et à la biotechnologie.

Investir pour atténuer les effets des changements climatiques

Some of the proposed policies of President-elect Joe Biden would mark a clean break from the environmental and infrastructure priorities in the United States over the previous four years. This could have important consequences for investors.1

Reentering the Paris Agreement, for example, would serve as a statement of intent, both for a U.S. return to global politics in a more traditional way, but also a return to progressive environmental policies aimed at mitigating the effects of climate change. In his election campaign, Biden put forth aggressive plans for the environment, including 100% zero carbon electricity by 2035 and a strong shift toward overall emissions reduction.

Of course, membership in the Paris Agreement only embodies political willingness to address climate change. Even under Trump, U.S. CO2 emissions were at a lower level in 2019 than in 2016. This empirical observation underlines the fact that the trend toward lower emissions is a tectonic shift, with economics being the main catalyst. For instance, the cost of producing wind-based or solar-based energy has been on the decline for years and is already cheaper in some cases than coal-produced energy.

Graphique montrant une projection de la part mondiale des ventes annuelles de véhicules particuliers par groupe motopropulseur de 2015 à 2040. La combustion interne devrait progressivement passer de 100% en 2015 à moins de 40% en 2040. L'électricité passe de presque 0% à 60% , tandis que les piles à combustible affichent une croissance marginale d'environ 5% sur la même période.

Il importe de noter que, pour les investisseurs, le virage vers un monde plus vert comporte des risques tout comme des occasions. Il se pourrait que des subventions et des mesures législatives favorables causent le délaissement de l’infrastructure énergétique et des activités d’exploration fondées sur les combustibles fossiles au profit de solutions plus vertes. Qui plus est, comme Joe Biden l’a indiqué dans ses messages électoraux (Biden’s election proposal notes, en anglais seulement), les entreprises polluantes pourraient être tenues de respecter une norme plus rigoureuse à l’égard de la présentation de l’information financière liée au climat.

Quant aux occasions, des mesures législatives plus vertes pourraient contribuer à accélérer l’adoption des véhicules électriques, par exemple, ce segment du marché pouvant ainsi tirer parti d’économies d’échelle accrues. Les subventions feraient baisser les prix de production de sorte que ces produits deviendraient des concurrents viables aux véhicules à essence. Ces percées pourraient limiter la montée des entreprises dont les activités sont associées à la production de formes d’énergie classiques et, simultanément, renforcer les facteurs déjà très favorables à un éventail d’actions, dont celles des joueurs présents dans les chaînes d’approvisionnement, qui sont largement assimilées à l’énergie propre.

La technologie virtuelle : des occasions qui ne se démentent pas dans le télétravail et les paiements sans espèces

Le 12 novembre, le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, a déclaré dans une discussion à l’occasion du Forum de la BCE sur les banques centrales : « Nous nous rétablissons, mais dans une économie différente ». Dans ses commentaires qu’il ne faudrait pas prendre à la légère, M. Powell a observé que la pandémie avait accéléré des tendances présentes dans l’économie et la société, soit le recours grandissant à la technologie, au télétravail et à l’automatisation. Des stratégies d’adaptation centrées sur les technologies virtuelles pourraient avoir des effets durables sur la manière dont les gens vivent et travaillent.

Le déploiement en cours de vaccins efficaces donne à penser que le travail à distance pourrait bientôt perdre une partie de son attrait. Or, le télétravail a recueilli l’adhésion de nombreux travailleurs et nous nous attendons à ce que ce mode de travail continue de jouer un rôle important dans les grandes sociétés dans un proche avenir. Les solutions fondées sur Azure et les outils collaboratifs de Microsoft et Dropbox, respectivement, ont été largement adoptés dans le contexte actuel et continueront de faciliter les modalités de télétravail en 2021.

Par ailleurs, même si les achats en magasin augmenteront selon toute probabilité une fois que la deuxième vague mondiale se sera essoufflée et que les vaccinations auront gagné du terrain, nous nous attendons à ce que les paiements sans espèces restent la norme. Différents joueurs des secteurs de la technologie financière devraient tirer parti de cette mouvance, qui s’avère favorable aux thèmes et aux tendances relevant des domaines du numérique, de la robotique et de la cybersécurité. Nous nous attendons à une normalisation graduelle, mais nous sommes d’accord avec l’évaluation du président Powell, selon laquelle nous parviendrons à un nouvel équilibre caractérisé par une demande structurellement forte de technologie et d’automatisation, en particulier dans les chaînes d’approvisionnement, le télétravail et les systèmes de paiement.

 

La recherche biomédicale au-delà de la pandémie

Enfin, la mise au point rapide de différents vaccins pendant la crise sanitaire a mis en lumière l’importance du financement des sociétés de biotechnologie qui se consacrent à la recherche fondamentale. Une société de biotechnologie allemande, qui a contribué à la création de l’un des premiers vaccins contre la COVID-19, a pu mettre au point sa technologie exclusive à ARN messager grâce à une injection massive de fonds publics. L’arrivée d’un vaccin sécuritaire pouvant être déployé massivement et sa production à grande échelle à raison de plus d’un milliard de doses en 2021 continueront d’exiger d’énormes quantités de capital.

Il ne serait donc pas étonnant que les investisseurs scrutent les sociétés de biotechnologie avec une ardeur plus vive que jamais auparavant. Ces entreprises ont démontré l’importance de leur rôle à l’échelle internationale dans l’offre de solutions qui changent la vie, sans parler de l’aide qu’elles apportent pour remédier au clivage provoqué par un événement extrême aussi destructeur du tissu socio-économique qu’une pandémie.

Conclusion

L’heure est, à juste titre, à l’optimisme. Des traitements meilleurs sont maintenant administrés pour contrer la COVID-19 et des vaccins efficaces ont déjà été déployés. Cela améliore les perspectives d’une reprise économique mondiale et des bénéfices des sociétés. Ces progrès mis à part, il faudra du temps pour revenir à la normalité d’avant la pandémie. À notre avis, 2021 marquera l’amorce de la transition.

Compte tenu des changements politiques qui se profilent aux États-Unis, nous estimons que les investisseurs devraient s’attendre à ce que l’environnement devienne une priorité plus grande en 2021, ce qui stimulera la croissance de secteurs comme celui de l’énergie propre. Partout sur la planète, les investissements verts représenteront un volet fondamental des programmes de relance budgétaire, ce qui propulsera une reprise économique forte et synchronisée. En parallèle, des thèmes de placement cruciaux comme ceux de la technologie virtuelle et de la biotechnologie continueront de stimuler les occasions de croissance, en particulier lorsque la transition vers la normalité aura été enclenchée, mais aussi après cette phase de reprise en tant que thèmes de placement à long terme.

1  « 9 key elements of Joe Biden’s plan for a clean energy revolution », joebiden.com, article consulté le 11 novembre 2020.

Les opinions exprimées correspondent à celles du sous-conseiller de Gestion de placements Manuvie au moment de leur publication et elles pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les analyses et renseignements présentés dans le présent document aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation du présent document ou des renseignements et analyses qu’il contient. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements. Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document.

Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie limitée, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs. Le présent document a été préparé à titre indicatif seulement et ne constitue ni une offre ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, à acheter ou à vendre un titre, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie.

Manuvie, Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

Hans Peter Portner, CFA

Hans Peter Portner, CFA, 

Chef et gestionnaire principal de placements, équipe Actions thématiques Pictet Asset Management SA

Pictet Asset Management

Lire la bio