Chasse au rendement en temps de pandémie et sur fond de volatilité

Roshan Thiru, chef, Titres à revenu fixe canadiens, Gestion de placements Manuvie, nous présente les stratégies utilisées par le Fonds d’occasions de rendement Manuvie et le secret derrière son succès.

Cet article a été publié dans Wealth Professional.

Habitué à parcourir les vastes étendues du marché des titres à revenu fixe en quête de rendement, Roshan Thiru est parvenu à gérer le risque et à profiter des hausses de cours avec aplomb, tout en composant avec les intenses périodes de volatilité engendrées par la pandémie. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le Fonds d’occasions de rendement Manuvie a enregistré un rendement d’environ 14 % en 2019 et de 9 % en 2020. Compte tenu du « siphonnage de valeur », tel que l’appelle M. Thiru, qui a caractérisé le marché au cours de cette période, ce sont d’excellents résultats.

Ils ne sont toutefois pas le fruit du hasard. Le Fonds, qui est composé de 80 % de titres à revenu fixe et de 20 % d’actions (environ 16 % d’actions avec options de vente), repose essentiellement sur trois piliers sur lesquels l’équipe concentre son attention : la valeur, la volatilité et la flexibilité. Fort de cette philosophie, il affiche un rendement annualisé d’environ 6,5 % sur 10 ans, soit un résultat supérieur au rendement d’environ 1,7 % des obligations du gouvernement canadien à 10 ans.

M. Thiru explique à WP que le Fonds cible un rendement de 5 % à 7 % après déduction des frais sur une période de trois à cinq ans, ce qui suppose de mettre particulièrement l’accent sur la valorisation. « Si la valeur ne rémunère pas le risque, nous modifions le positionnement du Fonds », précise-t-il. « Nous liquidons notre position et attendons patiemment. »

Il ajoute : « Nous utilisons également la volatilité du marché à notre avantage. Tous les bons investisseurs le font. Pas question de gaspiller une crise. L’année 2020 en est un bel exemple : nous avons fait passer notre exposition aux titres à rendement élevé de 30 % à 45 %. C’est ce que tout investisseur avisé aurait fait. »

Il est également essentiel de rester réactif. Le Fonds investit dans des catégories d’actif liquides afin de pouvoir vendre et se repositionner rapidement en cas de besoin. M. Thiru investit dans différents types d’actifs, comme des titres à rendement élevé, des prêts à effet de levier, des titres de catégorie investissement, des obligations de sociétés et des obligations d’État, et gère les pondérations en actions de façon à privilégier les actions à dividendes.

Le rendement actuel des distributions est d’environ 5,1 % et M. Thiru estime que l’avenir s’annonce prometteur, le marché des titres à revenu fixe étant en bien meilleure posture aujourd’hui qu’il ne l’était l’an dernier, lorsque, au début de la pandémie, les marchés avaient dû faire face à une crise de liquidité.

Comparativement à la situation actuelle, c’est le jour et la nuit, estime M. Thiru. La liquidité est forte, les écarts de taux se sont resserrés par rapport à leurs niveaux d’avant la pandémie, les défaillances ont beaucoup moins augmenté que prévu et les taux sont plus élevés.

Il explique : « Lorsque les taux montent, nous pouvons plus facilement offrir des revenus élevés aux investisseurs, ce qui est positif. Au plus fort de la pandémie, l’obligation du Canada à long terme rapportait moins de 1 %, mais elle est désormais proche de 2 %, ce qui montre bien à quel point la situation s’est améliorée de ce point de vue.

« La hausse des taux aide également à préserver le capital. En cas de risque de siphonnage de la valeur, vous pouvez de nouveau compter sur les titres à revenu fixe pour amortir le choc et compenser une partie de ce que vous aurez perdu sur les marchés boursiers. »

« Dans la mesure où nous gérons le Fonds de manière à offrir des revenus fiables, tout en mettant l’accent sur la préservation du capital, le contexte actuel est plutôt favorable. »

Politique des banques centrales : défis et occasions

À bien des égards, investisseurs et marchés naviguent en eaux inconnues. Les orientations de la Fed sont désormais fondées sur les résultats plutôt que sur les perspectives, tandis que son mandat en matière d’emploi est passé du plein emploi à un plein emploi inclusif. Beaucoup hésitent encore sur l’interprétation à donner à ce nouveau cadre et les rumeurs sur le moment et la façon dont la Fed réduira ses mesures de relance vont bon train.

Parallèlement, les gouvernements ont abandonné toute restriction budgétaire et empruntent et émettent d’importantes quantités de dettes, au profit notamment des banques centrales. Les prix des actifs réels et financiers sont en conséquence en hausse, et les valorisations boursières n’ont jamais été aussi élevées.

M. Thiru est d’avis que les banques centrales atténuent et alimentent la volatilité sur les marchés à risque. En 2018, elles avaient perturbé le marché lorsqu’elles avaient renoncé aux hausses de taux, mais, lorsqu’elles sont intervenues après le début de la pandémie, leurs politiques ont largement fait retomber la panique. Pour M. Thiru, cependant, ces deux cas de figure sont des occasions de faire ce que le fonds fait de mieux : en cas d’anomalies de cours, il part à la chasse aux aubaines.

Il poursuit : « Les banques centrales ont créé cette situation en raison de l’optimisme excessif de leurs politiques monétaires depuis la crise financière de 2010. Cela a de nombreuses répercussions, dont l’une est évidemment la hausse des cours du marché.

« Mais il arrive que les banques centrales provoquent de la volatilité, et cette volatilité est une occasion à saisir pour l’investisseur avisé, patient et discipliné. »

Hausse de l’inflation

La hausse de l’inflation était prévue et le gestionnaire de portefeuille savait que le fonds devait s’y préparer. Il a liquidé ses actifs sensibles à la duration, comme les obligations de sociétés de qualité investissement et les obligations d’État, et a fait des placements déterminants en titres à rendement élevé et en prêts à effet de levier et des marchés émergents. Il a également augmenté son exposition aux prêts à taux variable et aux actions, dont il a fait passer la pondération de 10 % au plus fort de la crise à 20 % au début de 2021.

De plus, il a substantiellement réduit son exposition aux États-Unis pour éviter l’impact négatif du dollar américain et a porté la part des liquidités à 10 %.

M. Thiru explique : « Si vous aviez des actifs à long terme, vous avez perdu de l’argent, et si vous affichiez une position longue en dollars américains, vous avez perdu de l’argent. Si vous aviez investi dans des actifs à risque, vous avez fait de l’argent, et c’est exactement ce que nous avons fait. »

Le Fonds affiche maintenant un rendement positif de 2,5 %, alors que l’indice de référence des obligations canadiennes est en baisse d’environ 4,5 %.

Plus généralement, M. Thiru ne craint pas que l’inflation monte jusqu’à 4 %, comme certains le prédisent; il souligne qu’il faut remonter jusqu’au milieu des années 1990 pour trouver un IPC durablement supérieur à 2 % en occident. Les raisons sont selon lui structurelles et il estime que le vieillissement de la population, la baisse des taux de natalité, la mondialisation industrielle, l’adoption rapide de la technologie et la dette qui s’accumule depuis 2008 ont tous des effets déflationnistes.

Ainsi, même s’il est inévitable que l’inflation augmente compte tenu du faible niveau d’où elle part et malgré la réouverture des économies, ces facteurs structurels sont bien ancrés. M. Thiru estime que « les taux et l’inflation vont augmenter, mais que la hausse ne sera pas si élevée d’un point de vue historique. Les taux vont rester faibles. »

Placements du Fonds

Pour illustrer l’approche du Fonds d’occasions de rendement Manuvie, M. Thiru nous explique la raison d’être de son placement dans Inter Pipeline Ltd., société intermédiaire de l’Alberta qui offre une obligation hybride, laquelle représente environ 1,05 % du Fonds. M. Thiru a investi dans le titre l’an dernier alors qu’il affichait un taux de près de 10 %. Achetée autour de 85 $, l’obligation se négocie maintenant à 108 $ et affiche un taux d’environ 5,5 % et a généré un rendement de 40 % au cours des quatre derniers mois.

La confiance du gestionnaire à l’égard du titre repose sur une analyse de crédit approfondie, dans le cadre de laquelle il a notamment rencontré la direction trois fois en six mois.

L’équipe affiche une envergure remarquable. Si la surveillance du volet des actions incombe à l’investisseur réputé Alan Wicks, M. Thiru souligne que 36 spécialistes des placements mondiaux prennent part au processus de placement du Fonds. Ce travail d’équipe a permis au Fonds de surmonter les turbulences induites par la pandémie et l’a conforté dans sa philosophie éprouvée axée sur la valeur, la volatilité et la flexibilité, en place depuis sa création en 2009. Sa détermination à investir malgré la volatilité et en misant sur le long terme a porté fruit.

Selon M. Thiru, « l’attachement de notre équipe à la philosophie et au processus et la passion qui nous anime sont, en fin de compte, le moteur de nos rendements. »

Commandité par Gestion de placements Manuvie, juin 2021.

Les opinions exprimées correspondent à celles de Gestion de placements Manuvie et peuvent changer selon l’évolution du marché et d’autres conditions. Les renseignements relatifs aux titres en portefeuille, à la répartition de l’actif ou à la diversification géographique se fondent sur des données antérieures et ne constituent pas une indication de la composition future du portefeuille, laquelle variera. Certaines recherches et informations sur des placements en portefeuille précis, y compris toute opinion, se fondent sur une variété de sources jugées fiables. Tous les aperçus et commentaires contenus dans le présent document ne sont donnés qu’à titre indicatif; ils ne constituent pas des conseils d’ordre financier, fiscal, juridique ou comptable ni des conseils en matière de placements ou autre, et ils ne doivent pas être utilisés à cette fin. Le présent document a été préparé à titre indicatif seulement et ne constitue ni une offre ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, à acheter ou à vendre un titre, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie.

La souscription de fonds communs de placement peut donner lieu à des commissions, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d’autres frais. Veuillez lire l’Aperçu du fonds ainsi que le prospectus avant d’effectuer un placement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur varie fréquemment et les rendements passés peuvent ne pas se reproduire.

Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio