Repenser les placements dans des titres à revenu fixe : une nouvelle approche

La rapidité avec laquelle les prévisions de baisse des taux ont changé au cours des 12 derniers mois témoigne de la vitesse à laquelle le contexte macroéconomique évolue. Dans un tel contexte d’incertitude, il peut être judicieux d’évaluer si la stratégie classique en matière de placements à revenu fixe suffit à elle seule à aider les investisseurs à atteindre leurs objectifs financiers.

Placements dans des titres à revenu fixe : quelques années difficiles

Aucun artifice ne peut masquer le fait qu’avant l’année dernière, les rendements n’ont pas été excellents pour les épargnants détenteurs de placements à revenu fixe.

Alors que peu de gens auraient pu prédire, au début de l’année 2022, que la Réserve fédérale américaine (Fed) était sur le point d’entamer son cycle de hausse des taux le plus énergique depuis des décennies, la vigueur persistante de l’économie américaine a également rendu difficile la détermination précise du moment où la banque centrale américaine pourrait opérer un virage accommodant. Bien que le marché obligataire ait terminé l’année 2023 sur une note positive, sa performance a été décevante par rapport aux actions et, surtout, dans le contexte d’un portefeuille.

2023 a été une année positive pour les titres à revenu fixe, mais les rendements ont été inférieurs à ceux des actions
Diagramme à barres simple comparant les rendements totaux en 2023 entre les actions et les obligations aux États-Unis et au Canada, en utilisant des indices couramment utilisés. Le graphique montre que si les actifs à revenu fixe ont généré des rendements positifs sur les deux marchés en 2023, ces rendements étaient nettement inférieurs à ceux des actions sur les deux marchés.

Source : Gestion de placements Manuvie, Bloomberg, au 31 décembre 2023. Les rendements totaux sont indiqués en monnaie locale ou en dollars américains pour les indices multimarchés.

Cela implique que le fait de détenir des obligations comme moyen de diversification dans un portefeuille peut se faire à un prix élevé du point de vue du coût d’opportunité. Les coûts potentiels peuvent être amplifiés si les épargnants sont tenus d’allouer une certaine part de leur portefeuille aux obligations afin d’adhérer à un profil de risque/rendement convenu à l’avance. Dans ces cas-là, il est essentiel que les épargnants puissent tirer le meilleur parti possible – en termes de taux de rendement et de rendement – de leur répartition en titres à revenu fixe. Selon nous, il s’agit d’une considération importante étant donné que l’inflation reste plus forte que prévu, ce qui retardera probablement le début officiel du cycle très attendu d’assouplissement des taux d’intérêt.

La diversification des portefeuilles reste importante

Aussi tentant que cela puisse être de réduire la part des titres à revenu fixe, les épargnants chevronnés comprennent pourquoi ce n’est pas la meilleure solution. La diversification peut sembler moins essentielle dans le contexte d’une « reprise générale », lorsque les épargnants sont susceptibles d’obtenir des rendements positifs, quelle que soit la catégorie d’actifs dans laquelle ils ont placé de l’argent. Mais que se passe-t-il lorsqu’elle s’achève? L’histoire nous a montré que les corrélations traditionnelles entre les catégories d’actifs ont tendance à s’affirmer lorsque ces reprises s’estompent.

La volatilité des marchés obligataires reste élevée
Indice ICE BofA MOVE
Graphique linéaire simple de l’indice Intercontinental Exchange Bank of America U.S. Bond Market Option Volatility Estimate (MOVE) depuis avril 2004 jusqu’aux données disponibles au 24 avril 2024. Le graphique montre que la volatilité du marché obligataire reste élevée.

Sources : Macrobond et Gestion de placements Manuvie, au 1er avril 2024. L’indice de volatilité estimative des options relatives au marché obligataire américain (« indice MOVE ») Intercontinental Exchange Bank of America (ICE BofA) suit la volatilité du marché des titres à revenu fixe. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice.

La réponse, à notre avis, consiste à repenser notre approche du placement dans des titres à revenu fixe et la manière dont il est utilisé dans nos portefeuilles. Dans le contexte macroéconomique actuel, nous pensons qu’il est judicieux pour les épargnants de considérer d’autres stratégies de placement dans des titres à revenu fixe comme moteur de rendement de leur portefeuille, en complément de leur répartition actuelle.

En quoi les nouvelles stratégies de placement dans des titres à revenu fixe sont-elles différentes des stratégies traditionnelles?

Par défaut, les nouvelles stratégies de placement dans des titres à revenu fixe sont conçues pour offrir des rendements plus élevés – et dans certains cas de meilleurs taux – que les stratégies traditionnelles, tout en maintenant un niveau de risque similaire ou légèrement inférieur.

Sans vouloir simplifier à l’extrême, on peut dire que ces stratégies sont en mesure d’offrir un profil risque/rendement plus intéressant parce qu’elles peuvent accéder à un ensemble beaucoup plus large d’outils de placement – y compris les swaps sur défaillance de crédit, les swaps de taux d’intérêt et d’autres produits dérivés – par rapport à leurs homologues traditionnels.

Les équipes de placement à l’origine de ces stratégies sont ainsi aidées de deux manières importantes :

  1. Les stratégies leur permettent de poursuivre leur objectif, qu’il s’agisse d’un alpha plus élevé ou d’un rendement amélioré, par exemple en allongeant ou en raccourcissant la duration dans une mesure qui ne leur aurait pas été permise autrement et en investissant dans des actifs tels que des prêts privés ou des titres adossés à des actifs, ce qu’elles ne pouvaient pas faire auparavant.
  2. Leur accès aux produits dérivés leur permet de gérer de manière ciblée le risque global auquel le portefeuille est exposé; par exemple, en utilisant des produits dérivés pour prendre une position courte sur une obligation d’État par rapport à un titre d’emprunt émis par une entreprise de même échéance.

Ces outils apportent également une flexibilité supplémentaire qui permet aux équipes de saisir des occasions de placement tactiques en temps opportun.

Voici une analogie qui pourrait mieux expliquer le concept : Si les stratégies traditionnelles de gestion des placements dans des titres à revenu fixe étaient des barres de son de base diffusant de la musique en stéréo, les nouvelles stratégies de gestion de ces placements pourraient être comparées aux technologies plus sophistiquées qui permettent d’ajuster le niveau des basses, des moyennes et des aiguës pour créer une scène sonore plus dynamique sans détruire vos tympans. Cela revient à avoir accès aux différents boutons qui permettent aux utilisateurs de contrôler ce qu’ils entendent.

Bien entendu, il ne s’agit pas seulement de saisir des occasions. Ces outils peuvent également être utilisés pour réduire les risques, en particulier ceux qui sont étroitement associés au placement dans des titres à revenu fixe : les risques de taux d’intérêt, de crédit, de duration et de liquidité.

"Dans le paysage macroéconomique actuel, nous croyons qu’il est judicieux pour les investisseurs de considérer des stratégies alternatives de titres à revenu fixe comme moteur de rendement de leur portefeuille, en complément de leur répartition actuelle."

Sachez dans quoi vous placez votre argent et avec qui vous travaillez

Bien que les nouvelles stratégies de placement dans des titres à revenu fixe puissent sembler attrayantes, il s’agit de produits d’investissement complexes par rapport aux fonds obligataires traditionnels et, en tant que tels, ils ne conviennent pas nécessairement à tout le monde. L’origine de ces stratégies, qui remonte en partie aux fonds spéculatifs, leur a également conféré, à tort ou à raison, la réputation d’être des boîtes noires impénétrables. Selon nous, il est important que les épargnants comprennent parfaitement dans quoi ils placent leur argent et avec qui ils s’associent pour le faire. Il convient également de préciser qu’il existe sur le marché de nombreuses nouvelles stratégies de placement dans des titres à revenu fixe qui pourraient être utilisées à des fins différentes dans un portefeuille type, et qu’il faut veiller à ce que les objectifs, la tolérance au risque et l’horizon de placement de l’épargnant soient en adéquation.

Les nouvelles formules de placement dans des titres à revenu fixe peuvent être intéressantes dans le contexte actuel

Les perspectives macroéconomiques actuelles restent incertaines. On ne sait pas encore si l’économie américaine entrera bientôt en récession, ce qui ouvrira la voie à un rebond plus tard dans l’année, ou si elle poursuivra sur sa lancée, ce qui ne fera qu’amplifier les risques d’un ralentissement plus marqué l’année prochaine. L’incertitude s’accroît, de même que la probabilité d’erreurs dans les politiques instaurées. Dans ce contexte, nous pensons qu’il est judicieux pour les épargnants de repenser leur approche relativement aux obligations et d’envisager de compléter leur répartition en titres à revenu fixe par des stratégies qui sont, disons, un peu moins traditionnelles

Les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de leur publication et elles pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses présentés dans le présent document aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation du présent document ou des renseignements et analyses qu’il contient. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements. Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document.

Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie limitée, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs. Ce document a été préparé à titre indicatif seulement et ne constitue ni une offre ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, à acheter ou à vendre un titre, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peut garantir le rendement ni éliminer les risques, peu importe la conjoncture du marché. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie.

Manuvie, Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

3536022

Kevin Headland, CIM

Kevin Headland, CIM, 

Co-stratège en chef des placements

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Macan Nia, CFA

Macan Nia, CFA, 

Co-stratège en chef des placements

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio