Comment composer avec l’importante distorsion des données (économiques) à venir

La pandémie a entraîné – par la force des choses – un net changement dans la façon dont sont utilisés les indicateurs macroéconomiques traditionnels : Les données ont évolué en montagnes russes, les résultats économiques publiés se sont inscrits en décalage ou ont été déformés et, vu l’amplitude des variations mensuelles, le souci de la précision est une perte de temps.

Plus d’un an s’étant écoulé depuis l’éclosion de COVID-19 (avec la récession et les pressions déflationnistes qui l’ont accompagnée), les observateurs des données devront assurément tenir compte dans l’établissement de leurs prévisions des mesures de relance, de la rapidité sans précédent de la normalisation économique dont nous avons été témoins, des foyers de flambée du virus, et, bien sûr, des effets de base historiques. Sur le plan des données économiques, il s’agira à vrai dire de l’une des périodes les plus compliquées depuis des années. Nous vous proposons donc quatre grandes règles à prendre en considération pour évaluer les données de plus en plus complexes au fil des prochains mois et vous aider à composer avec ces difficultés :

1  Ne vous fiez pas trop aux paramètres de croissance traditionnels

2  Oubliez la précision – les horizons temporels seront plus pertinents

3  Intéressez-vous aux détails des données publiées

4  N’oubliez pas que les facteurs qui ont soutenu le rebond en 2020 s’estomperont aussi, et que leur soutien s’atténuera

1 Ne vous fiez pas trop aux paramètres de croissance traditionnels

Il faudra sans doute attendre plusieurs trimestres (et sans doute plus longtemps ailleurs qu’aux États-Unis) pour que nous puissions renouer avec la méthode utilisée avant la pandémie pour analyser les données économiques de manière précise, au point de base près. La pandémie a eu de telles répercussions sur les économies du monde entier qu’elle a simplement balayé toute idée traditionnelle de la marge d’erreur acceptable en matière d’estimations : Les données économiques publiées récemment, comme celles de mars sur les ventes au détail et l’emploi aux États-Unis, ont considérablement dépassé les prévisions consensuelles, mais n’ont suscité que peu de réactions sur le marché. Au cours des prochains mois, nous pensons que les mesures traditionnelles de la croissance sur 12 mois perdront tout leur sens; ainsi, les ventes au détail aux États-Unis pourraient afficher, au bas mot, un taux de croissance d’environ 36 % en avril, tandis que le logement, l’inflation et la production devraient monter en flèche si énergiquement que cela faussera presque certainement les conclusions que pourraient normalement tirer les investisseurs de l’observation des taux de croissance.

Or, les effets de base ne sont pas les seuls éléments qui compliquent actuellement les données. D’autres distorsions nuisent à la visibilité, à commencer par les effets complexes des conditions météorologiques instables, des mesures de relance, des reports de remboursements et des écarts de vitesse régionaux dans les campagnes de vaccination et la réouverture des économies. En bref, les données globales ne brossent pas un tableau fidèle de la croissance et ne devraient pas être interprétées de cette façon.

2 Oubliez la précision – les horizons temporels seront plus pertinents

Si les estimations précises revêtent moins d’importance au cours des prochains mois, que faut-il regarder? Très simplement, c’est l’horizon temporel qui compte, et la nécessité de disposer de données confirmant que la grande réouverture est bel et bien généralisée et qu’elle s’accélère. L’emploi et l’inflation sont tout particulièrement à surveiller.

  • Emploi—Il faudra que la situation s’améliore nettement au chapitre de l’emploi aux États-Unis cet été, faute de quoi le marché risque d’être déçu pour deux raisons. Premièrement, compte tenu de la répartition des pertes d’emploi pendant la pandémie, les gains importants accompagnant la réouverture doivent corroborer assez rapidement la reprise de l’activité dans les secteurs clés des services discrétionnaires et le rétablissement du marché du travail. Deuxièmement, la situation aura d’importantes ramifications au quatrième trimestre : Le gouvernement américain pourrait, certes, choisir de prolonger les prestations d’assurance-chômage, mais nous pensons qu’il risque d’avoir plus de mal à faire adopter une telle mesure que les trois programmes de soutien précédents; surtout compte tenu de l’orientation actuelle en faveur des dépenses d’infrastructures, qui laisse déjà présager un alourdissement du budget. Par conséquent, plus la reprise de l’emploi sera dynamique au quatrième trimestre, moins nous risquons de voir se former les cicatrices permanentes qui nous inquiètent. Au cours des prochaines semaines, parmi les principaux indicateurs aux États-Unis, il faudra surveiller les nouvelles demandes de prestations d’assurance-chômage et les demandes de prolongation des prestations, ainsi que les gains enregistrés dans les segments des loisirs et du tourisme d’accueil.
  • Inflation—Nous ne pensons pas que le risque de volatilité des marchés causée par des poussées inattendues de l’inflation soit élevé pour les prochains mois : Les économistes et les décideurs à l’échelle mondiale ont bien annoncé un tel scénario, et évoqué des hausses plus élevées que prévu; la situation pourrait cependant devenir problématique si les pressions inflationnistes persistent jusqu’à la fin de l’été, même à des niveaux légèrement supérieurs aux attentes. Cela entraînerait probablement une réévaluation des risques d’inflation rigide qui pourrait inciter les marchés à tester la détermination de la Réserve fédérale américaine (Fed) à tolérer un excès de pressions sur les prix. Malheureusement, nous n’y verrons plus clair qu’au troisième trimestre.

Calendrier de la normalisation

Source : Gestion de placements Manuvie, au 9 avril 2021. À titre indicatif seulement. Les points de vue et opinions peuvent varier d’une équipe de gestion de portefeuille à l’autre et changer sans préavis. Par conséquent, les résultats réels pourraient différer sensiblement de ceux qui sont exprimés par ces énoncés prospectifs.

3 Intéressez-vous aux détails des données publiées

Au fur et à mesure que l’économie rouvrira et que de nouvelles séries de données nous parviendront, veillez à ne pas vous arrêter aux grands chiffres. Dans certains cas, les composantes des données auront plus d’importance que l’indicateur global.

Par exemple, nous pensons que les gains d’emplois dans les segments des loisirs et du tourisme d’accueil, pris en compte dans le rapport mensuel sur les emplois non agricoles aux États-Unis, seront plus importants que les chiffres globaux – dans le contexte actuel, ils servent de baromètre de la demande sectorielle au fil de la reprise de l’activité économique. De plus, au-delà du nombre global d’emplois créés, une remontée du taux de participation à la population active durant la grande réouverture indiquerait que l’offre de main-d’œuvre remonte, ce qui limiterait la hausse des salaires – un élément clé des perspectives d’inflation.

Sans surprise, les emplois dans le segment du tourisme d’accueil ont suivi la reprise de l’activité
Emplois aux États-Unis, données ramenées à 100 en janvier

Sources : U.S. Census Bureau, BLS, Macrobond et Gestion de placements Manuvie, au 15 avril 2021.

De même, dans le secteur du logement aux États-Unis, l’un des indicateurs à surveiller serait celui de l’offre de maisons existantes à vendre, sur une base mensuelle, ou le temps d’écoulement des maisons existantes qui sont déjà sur le marché dans le contexte actuel. La récente flambée des prix des logements est partiellement attribuable à l’effondrement de l’offre, ce qui est logique puisque la plupart des gens ne souhaitent pas déménager en période de pandémie. L’augmentation du nombre de maisons à vendre devrait alléger la pression qui s’exerce sur les prix des logements. Le nombre de mois avant l’écoulement donnera probablement une meilleure idée de l’évolution globale des prix à venir et permettra de mettre en contexte la pause, selon nous temporaire, de l’appréciation des logements.

Aux États-Unis, le nombre de mois avant l’écoulement se situe à un creux intenable

Sources : National Association of Realtors (NAR), Macrobond et Gestion de placements Manuvie, au 16 avril 2021.

4 N’oubliez pas que les facteurs qui ont soutenu le rebond en 2020 s’estomperont aussi sans doute, et que leur soutien s’atténuera

Les perspectives économiques des États-Unis se sont considérablement appuyées sur le scénario probable de réouverture ou de normalisation, en partant généralement de l’hypothèse du verre à moitié plein – autrement dit, de la normalisation des services et de l’apaisement des craintes d’inflation. Mais il ne faut pas négliger le revers de la médaille : Il faut s’attendre à ce que l’activité se normalise un jour ou l’autre dans les secteurs dopés par la pandémie, au moins sur une base relative, et, cette fois-ci, à la baisse. Voici une liste non exhaustive d’éléments qui ont soutenu la reprise jusqu’ici et dont le soutien devrait diminuer au fil du temps.

  • L’activité immobilière a, contre toute attente, fortement contribué à la croissance en 2020. Pendant la récession attribuable à la COVID-19, la baisse des taux, la pénurie de l’offre et l’exode urbain ont intensifié l’activité immobilière, ce dont ont tiré profit les secteurs de la construction et de la rénovation. Ainsi, la contribution de la construction résidentielle à la croissance américaine a atteint des sommets inégalés en quatre décennies. Par conséquent, nous prévoyons une décélération marquée (quoique temporaire) dans ce secteur, sous l’effet de la hausse des taux, de l’amélioration de la mobilité et de l’augmentation de l’offre. L’activité immobilière devrait donc ralentir et, nous avons beau être convaincus des belles perspectives des actifs réels et du logement aux États-Unis à long terme, il ne faut objectivement pas s’attendre à un rythme de croissance comparable à celui de 2020. De même, les ventes de biens ralentiront probablement quand les consommateurs consacreront une plus grande part de leurs dépenses aux services. Comme nous l’avons mentionné plus tôt, nous nous attendons à ce que les ventes au détail enregistrent d’énormes gains au cours du prochain mois ou des deux prochains mois et dépassent leurs niveaux d’avant la pandémie d’ici juin, mais elles pourraient aussi s’inscrire en forte baisse sur 12 mois au cours de l’été.

Contribution de la construction résidentielle à la croissance du PIB (%)

Sources : BEA, Macrobond et Gestion de placements Manuvie, au 15 avril 2021.

  • La pandémie a également faussé les chiffres de la croissance des salaires, qui est un facteur clé des perspectives d’inflation. La hausse du salaire horaire moyen au cours de la dernière année s’explique par le fait que les pertes d’emploi importantes enregistrées durant la période ont principalement touché des travailleurs moins bien rémunérés du secteur des services. Par conséquent, les gains statistiques observés ne font que traduire la composition du bassin de données, qui comprend actuellement une plus grande part de travailleurs à salaire plus élevé qu’avant la pandémie. À mesure que de nouveaux postes moins bien rémunérés reviendront sur le marché, nous devrions assister à une baisse marquée de la rémunération horaire moyenne. Essentiellement, autant il fallait faire peu de cas de la hausse des salaires, autant il faudra minimiser l’importance de la baisse à venir (sachant que l’absence de croissance des salaires laisse penser que nous n’observerons pas d’inflation galopante).

Le salaire horaire moyen pourrait baisser aux États-Unis 
Salaire horaire moyen, variation sur 12 mois (%)

Source : US Bureau of Labor Statistics (BLS), au 15 avril 2021.

  • De façon plus générale, nous sommes d’avis que les programmes de soutien qui ont favorisé la reprise jusqu’ici expireront aussi sans doute, de sorte que les mesures connexes, comme les injections de liquidités sur 12 mois, se détérioreront également. Cela sera le cas pour les programmes de la Fed, qui a déjà éliminé bon nombre de ses facilités de liquidités et de prêts d’urgence, y compris les facilités de prêts d’urgence prévues à l’article 13(3) et relatives au ratio de levier financier supplémentaire. Idem pour la politique et les mesures budgétaires, qui ont probablement déjà atteint leur point culminant; si les fonds publics demeurent un facteur important de la croissance aux États-Unis, leur incidence diminuera sans doute au cours de l’année à venir.

Nous sommes à l’aube d’une période intéressante au cours de laquelle la distorsion prévue des données exige des économistes et des observateurs qu’ils oublient temporairement les principes sur lesquels ils se fondent d’habitude pour effectuer leurs analyses. Les effets de base et autres facteurs ponctuels compliqueront probablement la tâche de ceux qui tentent de bien comprendre la situation économique. Selon nous, il faudra creuser davantage au cœur des données et, même alors, se préparer à dire adieu à l’idée d’établir des prévisions précises en attendant le retour de la normalité.

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Ces risques sont amplifiés dans le cas des placements effectués dans les marchés émergents. Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un portefeuille.

Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée. Nous vous invitons à évaluer la convenance de tout type de placement à la lumière de votre situation personnelle et à consulter un spécialiste, au besoin.

Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion de placements Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses aux présentes aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation de ces renseignements ou analyses. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une stratégie de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie est le secteur mondial de gestion de patrimoine et d’actifs de la Société Financière Manuvie. Nous comptons plus de 100 ans d’expérience en gestion financière au service des clients institutionnels et des particuliers ainsi que dans le domaine des régimes de retraite, à l’échelle mondiale. Notre approche spécialisée de la gestion de fonds comprend les stratégies très différenciées de nos équipes expertes en titres à revenu fixe, actions spécialisées, solutions multiactifs et marchés privés, ainsi que l’accès à des gestionnaires d’actifs spécialisés et non affiliés du monde entier grâce à notre modèle multigestionnaire.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation. Il peut être distribué par les entités de Manuvie ci-après, dans leurs territoires respectifs. Des renseignements supplémentaires sur Gestion de placements Manuvie sont accessibles sur le site www.manulifeim.com/institutional/ca/fr

Australie : Hancock Natural Resource Group Australasia Pty Limited, Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Brésil : Hancock Asset Management Brasil Ltda. Canada : Gestion de placements Manuvie limitée, Distribution Gestion de placements Manuvie inc., Manulife Investment Management (North America) Limited et Marchés privés Gestion de placements Manuvie (Canada) Corp. Chine : Manulife Overseas Investment Fund Management (Shanghai) Limited Company. Espace économique européen Manulife Investment Management (Ireland) Ltd., qui est habilité et régie par l’organisme Central Bank of Ireland. Hong Kong : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Indonésie : PT Manulife Aset Manajemen Indonesia. Japon : Manulife Investment Management (Japan) Limited. Malaisie : Manulife Investment Management (M) Berhad 200801033087 (834424-U). Philippines : Manulife Asset Management and Trust Corporation. Singapour : Manulife Investment Management (Singapore) Pte. Ltd. (société inscrite sous le numéro 200709952G). Corée du Sud : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Suisse : Manulife IM (Switzerland) LLC. Taiwan : Manulife Asset Management (Taiwan) Co., Ltd. Royaume-Uni : Manulife Investment Management (Europe) Limited, qui est habilitée et régie par l’organisme Financial Conduct Authority. États-Unis : John Hancock Investment Management LLC, Manulife Investment Management (US) LLC, Marchés privés Gestion de placements Manuvie (États-Unis) SARL et Hancock Natural Resource Group, Inc. Vietnam : Manulife Investment Fund Management (Vietnam) Company Limited.

Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

PPM 535055

Alex Grassino

Alex Grassino, 

Stratège principal macroéconomique mondial, équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio