Les points d’ancrage macroéconomiques façonnent les perspectives de croissance mondiale

En période d’incertitude, une bonne compréhension des facteurs macroéconomiques qui influent sur la dynamique de la croissance mondiale peut vous aider à anticiper la direction que pourraient prendre les marchés des capitaux.

Une reprise économique mondiale fragile

La reprise économique mondiale actuelle est fragile. Pour que cette dernière garde le rythme, de nombreux développements doivent avoir lieu comme prévu : une transition réussie des dépenses publiques vers le secteur privé, un roulement en douceur du secteur manufacturier au secteur des services, le maintien de la robuste confiance des consommateurs et des entreprises, et bien plus encore. Selon nous, l’économie mondiale risque de ralentir à un rythme plus rapide que prévu si ces éléments ne se concrétisent pas en temps opportun. 

La dynamique macroéconomique risque d’avoir des effets plus néfastes sur les titres à revenu fixe que sur les actions, bien que la situation puisse changer. 

La montée en flèche du variant Delta accentue la vulnérabilité de la reprise, car elle soulève les questions suivantes : Cette plus récente éclosion est-elle la dernière vague et la demande sera-t-elle tout simplement retardée? Ou sommes-nous plutôt condamnés à devoir composer avec un contexte caractérisé par de nouveaux variants, des perturbations persistantes de la chaîne d’approvisionnement et une réduction plus soutenue des dépenses de consommation globales au fur et à mesure que s’installe l’effondrement de la demande? Nous n’en savons rien.

En période d’incertitude accrue, nous prenons comme points d’ancrage nos points de vue macroéconomiques fondamentaux. Lorsque les perturbations s’intensifient et alimentent la volatilité à double sens (renforçant ainsi l’importance de rester agiles), ces points d’ancrage contribuent à nous assurer que nous ne serons pas déstabilisés par les dernières données ou les manchettes.

Selon les informations actuelles, nos points d’ancrage tendent vers un consensus plus négatif, mais nos opinions suivront l’évolution de l’information. Nous croyons également que la dynamique macroéconomique risque d’avoir des effets plus néfastes sur les titres à revenu fixe que sur les actions, bien que la situation puisse changer. 

Points d’ancrage macroéconomiques tactiques : de 3 à 6 mois

Réduction rapide des achats obligataires et hausse tardive des taux d’intérêt

Nous nous attendons à ce que la Réserve fédérale américaine (Fed) annonce ses couleurs pour une réduction de son programme d’achat d’actifs à l’automne (une annonce officielle sera probablement faite entre septembre et décembre). Selon nous, la qualité des données économiques des prochains mois devrait déterminer comment la réduction sera opérée plutôt que le moment où elle aura lieu. De même, la façon dont la Fed communiquera son plan et mettra en œuvre la réduction des mesures de relance dictera probablement la réaction du marché. Nous croyons que la première hausse des taux d’intérêt sera décrétée au deuxième semestre de 2023, mais elle pourrait avoir lieu plus tard.

Techniquement, nous nous attendons à ce que l’inflation soit de nature temporaire, mais la dynamique de stagflation devrait demeurer présente

L’inflation globale à l’échelle mondiale diminuera probablement et les mesures d’inflation fondées sur les conditions du marché demeureront maîtrisées. Cependant, certaines pressions sur les prix, intensifiées par le variant Delta, devraient persister et il pourrait falloir un certain temps avant qu’elles s’atténuent. À notre avis, ces pressions représentent un risque croissant pour la demande des consommateurs, particulièrement en ce qui a trait au logement, aux voitures et aux biens durables. De plus, nous croyons que les hausses de prix devraient être davantage considérées sous l’angle de la croissance plutôt que de l’inflation. Essentiellement, la Fed et les autres banques centrales ne peuvent pas atténuer ces pressions liées à l’offre en resserrant la politique monétaire. La situation entretiendra un décalage apparent entre les statistiques sur l’inflation et les taux obligataires.  

Le sommet des données macroéconomiques est pris en compte, contrairement à l’apogée du pessimisme

Bien que le concept de sommet des données macroéconomiques soit bien compris et pris en compte, nous croyons que des déceptions, petites ou moyennes, pourraient survenir à la fin de l’année, particulièrement en ce qui a trait au consommateur. Ce risque guette principalement le marché des titres à revenu fixe et devrait limiter les taux obligataires.

La Chine représente un important obstacle à la croissance mondiale du deuxième semestre de 2021

Nous nous attendons à ce que la croissance de la Chine ralentisse en raison des fermetures plus contraignantes et des effets retardés du resserrement de la politique budgétaire, monétaire et réglementaire. En fait, nous pensons que le variant Delta pourrait freiner suffisamment la croissance de l’Asie pour peser sur la croissance mondiale et le commerce international.

L’incertitude entourant les politiques élargit l’éventail des résultats probables

L’incertitude élevée qui règne à l’échelle mondiale exige une révision à la baisse de la confiance à l’égard des données macroéconomiques prévues et des perspectives du marché. Du point de vue des placements, l’analyse de scénarios et les approches tactiques seront probablement plus logiques dans ce contexte.

Source : Gestion de placements Manuvie, 17 août 2021.

Points d’ancrage macroéconomiques stratégiques : 12 mois et plus

Le précipice budgétaire à venir aux États-Unis est considérable

Un important resserrement de la politique budgétaire aura lieu aux États-Unis en 2022 et en 2023, et même le projet de loi sur les infrastructures n’arrivera pas à contrebalancer son incidence. La tâche consistant à compenser la forte baisse des dépenses budgétaires revient au secteur privé. Nous croyons que les dépenses en immobilisations dans le secteur privé représentent le facteur le plus susceptible d’assurer ce contrepoids, ce qui constituerait un facteur favorable pour nos perspectives. 

Absence de reprise synchronisée de la croissance mondiale

La reprise mondiale risque d’être inégale et la possibilité de mesures de confinement supplémentaires remises en place dans différentes régions à divers moments pourraient affecter la relance économique. 

Une inflation en dents de scie

Nous croyons que l’année 2022 sera caractérisée par une décélération importante de l’inflation globale, lorsque les produits manufacturés entreront dans une phase déflationniste (sur 12 mois). Cependant, les pressions inflationnistes à long terme devraient commencer à se manifester vers la fin de 2022 et au début de 2023. Nous nous attendons également à ce que les pressions de l’après COVID-19 aux États-Unis poussent l’inflation légèrement au-dessus de 2,0 % en raison de la hausse des loyers (de l’ordre de 4,0 % à 4,5 %), de l’augmentation des dépenses publiques, des attentes croissantes d’amélioration des conditions salariales par les entreprises pour les travailleurs à faible revenu et de la démondialisation. Nous appelons cette inflation légèrement supérieure à 2,0 % la nouvelle inflation, car les facteurs qui la composent sont différents de ceux des périodes précédentes. Cela dit, le parcours pour en arriver à une nouvelle inflation pourrait être cahoteux.

À quelle phase du cycle de croissance en sommes-nous?

Au début de la reprise mondiale, l’idée que nous nous dirigions vers un cycle de croissance comprimé et court, amorcé au début de 2020, a gagné du terrain. Ayant eu l’occasion d’analyser les données économiques récentes, nous croyons de plus en plus que nous sommes toujours dans le même cycle de croissance qu’avant la pandémie. Autrement dit, l’éclosion de COVID-19 n’a pas entraîné une réinitialisation du cycle de croissance; il s’agissait plutôt d’une pause. Essentiellement, rien n’indique que nous sommes entrés en fin de cycle, et il est probable que nous demeurions dans la dynamique de milieu de cycle ou de cycle avancé pendant un certain temps.

Il est peu probable que les taux obligataires aux États-Unis rompent avec les tendances baissières à long terme

Pour que les taux obligataires aux États-Unis sortent de leur fourchette à long terme, nous devons constater, sur une période assez courte, une combinaison ou une autre des éléments suivants : un engagement ferme de la Fed quant à la cible d’inflation moyenne, des dépenses budgétaires soutenues nettement supérieures aux attentes actuelles et une amélioration considérable de la productivité. Malheureusement, nous ne croyons pas que cela va se produire. Par extension, cela suggère que les conditions macroéconomiques devraient demeurer plus favorables aux actions et aux actifs alternatifs, ainsi qu’aux obligations à rendement élevé.

Démondialisation

La tendance de la démondialisation devrait se poursuivre. Nous nous attendons à ce que cela stimule les investissements dans les chaînes d’approvisionnement locales et régionales, créant ainsi certaines pressions inflationnistes. Cela pourrait aussi accroître les risques géopolitiques.

Accélération de l’adoption des facteurs ESG

L’accent croissant mis sur les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) faussera probablement les indicateurs macroéconomiques traditionnels, limitera les taux d’intérêt à l’échelle mondiale et entraînera une augmentation durable des dépenses budgétaires. Il deviendra de plus en plus nécessaire d’intégrer une perspective ESG dans l’élaboration des points de vue sur les placements.

Source : Gestion de placements Manuvie, 17 août 2021.

Investing involves risks, including the potential loss of principal. Financial markets are volatile and can fluctuate significantly in response to company, industry, political, regulatory, market, or economic developments. The information provided does not take into account the suitability, investment objectives, financial situation, or particular needs of any specific person.

All overviews and commentary are intended to be general in nature and for current interest. While helpful, these overviews are no substitute for professional tax, investment or legal advice. Clients and prospects should seek professional advice for their particular situation. Neither Manulife Investment Management, nor any of its affiliates or representatives (collectively “Manulife Investment Management”) is providing tax, investment or legal advice. 

This material is intended for the exclusive use of recipients in jurisdictions who are allowed to receive the material under their applicable law. The opinions expressed are those of the author(s) and are subject to change without notice. Our investment teams may hold different views and make different investment decisions. These opinions may not necessarily reflect the views of Manulife Investment Management. The information and/or analysis contained in this material has been compiled or arrived at from sources believed to be reliable, but Manulife Investment Management does not make any representation as to their accuracy, correctness, usefulness, or completeness and does not accept liability for any loss arising from the use of the information and/or analysis contained. The information in this material may contain projections or other forward-looking statements regarding future events, targets, management discipline, or other expectations, and is only current as of the date indicated. The information in this document, including statements concerning financial market trends, are based on current market conditions, which will fluctuate and may be superseded by subsequent market events or for other reasons. Manulife Investment Management disclaims any responsibility to update such information.

Manulife Investment Management shall not assume any liability or responsibility for any direct or indirect loss or damage or any other consequence of any person acting or not acting in reliance on the information contained here.  This material was prepared solely for informational purposes, does not constitute a recommendation, professional advice, an offer or an invitation by or on behalf of Manulife Investment Management to any person to buy or sell any security or adopt any investment approach, and is no indication of trading intent in any fund or account managed by Manulife Investment Management. No investment strategy or risk management technique can guarantee returns or eliminate risk in any market environment. Diversification or asset allocation does not guarantee a profit or protect against the risk of loss in any market. Unless otherwise specified, all data is sourced from Manulife Investment Management. Past performance does not guarantee future results.

A widespread health crisis such as a global pandemic could cause substantial market volatility, exchange-trading suspensions and closures, and affect portfolio performance. For example, the novel coronavirus disease (COVID-19) has resulted in significant disruptions to global business activity. The impact of a health crisis and other epidemics and pandemics that may arise in the future, could affect the global economy in ways that cannot necessarily be foreseen at the present time. A health crisis may exacerbate other pre-existing political, social and economic risks. Any such impact could adversely affect the portfolio’s performance, resulting in losses to your investment.Manulife Investment Management

Manulife Investment Management

Manulife Investment Management is the global wealth and asset management segment of Manulife Financial Corporation (“Manulife”). We draw on more than a century of financial stewardship to partner with clients across our institutional, retail, and retirement businesses globally. Our specialist approach to money management includes the highly differentiated strategies of our fixed-income, specialized equity, multi-asset solutions, and private markets teams—along with access to specialized, unaffiliated asset managers from around the world through our multimanager model.

This material has not been reviewed by, is not registered with any securities or other regulatory authority, and may, where appropriate, be distributed by Manulife Investment Management and its subsidiaries and affiliates, which includes the John Hancock Investment Management brand and Hancock Natural Resource Group.

Manulife, Manulife Investment Management, Stylized M Design, and Manulife Investment Management & Stylized M Design are trademarks of The Manufacturers Life Insurance Company and are used by it, and by its affiliates under license.

Frances Donald

Frances Donald, 

Économiste en chef, Monde et stratège, Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio