Perspectives de l'inflation aux États-Unis – 10 facteurs à surveiller

Nous entrons dans une période où les inquiétudes concernant l’inflation sont à leur paroxysme. Par conséquent, il est probable qu’on scrutera à la loupe les données sur l’inflation, à la recherche d’indices quant à la suite des choses. Comment les investisseurs devraient-ils aborder l’inflation?

Si nous comparons l’évolution de l’inflation au cours des 18 prochains mois à un roman, il s’agira probablement d’une lecture frustrante, dont la trame procède par à-coups et se caractérise par d’importants déséquilibres de l’offre et de la demande dans certains secteurs et une distorsion persistante des données à la suite du choc causé par la COVID-19. Il existe toutefois 10 facteurs clés – ou rebondissements de l’intrigue, si vous voulez – qui, selon nous, façonneront les perspectives de l'inflation aux États-Unis.

1  Nous nous attendons à ce que l’inflation aux États-Unis évolue en trois phases

Premièrement, nous nous attendons à voir une forte augmentation de l’indice des prix à la consommation (IPC) déjà relativement élevé. Après un bond de 4,2 % sur 12 mois en avril¹, il est fort probable de voir l'indice augmenter encore en mai. Au deuxième trimestre et au début du troisième, de nombreuses mesures de l’inflation – des prix des importations aux indices des prix payés – seront probablement plus élevées que prévu. 

Deuxièmement, l’inflation devrait commencer à ralentir sensiblement à la fin du troisième trimestre de 2021, une tendance qui devrait se poursuivre en 2022, en raison de la résorption du déséquilibre entre l’offre et la demande. Le passage de l’inflation du secteur des biens à celle du secteur des services, qui prend habituellement un certain temps, devrait également cadrer avec ces perspectives. Nous nous attendons aussi à ce que la main-d’œuvre devienne plus abondante d’ici la fin du troisième trimestre, ce qui devrait apaiser les inquiétudes concernant les pressions salariales. Cette période devrait confirmer que la forte hausse de l’inflation globale était effectivement temporaire. 

Aperçu des perspectives de l'inflation aux États-Unis

Infographic summarizing the author’s expectations on how inflation will playout in the United States. From Q1 2021 to beginning of Q3 2021. Inflation is likely to be higher due to base effects, supply chain disruptions, and the after-effects of a weaker U.S. dollar. During this period, risks are to the upside.  However, this should fade in the latter part of Q3 2021 and inflation should start to ease to around 2%. From Q3 2022, inflation could rise to between 2% and 2.5% as fiscal multipliers kick in. This could also be when higher credit activity and the impact of rising rents begin to translate into price pressure. During this period, risks are to the downside.
Source : Gestion de placements Manuvie, au 13 mai 2021.

Pour finir, l’inflation devrait connaître une légère hausse structurelle (de l’ordre de 2,0 % à 2,5 % alors qu’elle était de 1,5 % à 2,0 % avant la pandémie) dès le début de 2023, car la hausse du prix des logements, les dépenses d’infrastructure, l’activité de prêt et les frais médicaux se traduiront par des pressions modérées sur les prix à long terme.

Il est à noter que, durant presque toute la période de nos prévisions, nous nous attendons à ce que l’inflation de base demeure inférieure à l’inflation globale et, surtout, dans la fourchette cible d’inflation d’environ 2,0 % de la Réserve fédérale américaine (Fed). 

2  Perturbations de la chaîne d’approvisionnement

Selon nous, le plus grand risque à moyen terme pour l’inflation – susceptible de limiter la croissance et de comprimer les marges – tient aux perturbations persistantes de la chaîne d’approvisionnement, particulièrement dans les segments des semi-conducteurs, de certains produits de base et des voitures d’occasion. Étant donné que ces perturbations n’ont jamais atteint une telle ampleur, il n’existe aucune méthode claire pour prévoir comment ou quand ces goulots d’étranglement disparaîtront; toutefois, nous croyons que ces problèmes pourraient perturber certains segments tout au long de 2021. Cela dit, même si les perturbations de la chaîne d’approvisionnement risquent de durer plus longtemps que prévu, nous nous attendons à ce que la Réserve fédérale continue de les considérer comme temporaires. 

3  Attentes en matière d’inflation

Selon les sondages, les attentes actuelles du marché² et des consommateurs suggèrent que les intervenants sur le marché voient les pressions inflationnistes à court terme comme temporaires. Si cela continue, les attentes inflationnistes devraient avoir un impact limité sur l’inflation réelle, et nous ne nous attendons pas à ce qu’elles modifient de manière notable le comportement des consommateurs. 

Selon nous, le plus grand risque à moyen terme pour l'inflation (en limitant la croissance et en compressant les marges) est les perturbations continues de la chaîne d'approvisionnement.

4  Le retour au travail pourrait résorber la pénurie de main-d’œuvre

Bien que de nombreux rapports empiriques indiquent que des propriétaires d’entreprise ont dû offrir des salaires plus élevés pour attirer du personnel, nous n’avons pas encore constaté de fortes pressions salariales. Nous nous attendons à ce que la main-d’œuvre retourne sur le marché plus tard au cours de l’été, probablement à l’approche de septembre, lorsque les écoles auront rouvert et que les inquiétudes suscitées par la COVID-19 se seront sans doute dissipées. C’est aussi à ce moment que les programmes d’aide d’urgence à l’emploi du gouvernement fédéral expireront. D’ici là, les déséquilibres entre l’offre et la demande sur le marché de l’emploi devraient persister, ce qui donnera à penser que de fortes pressions salariales sont imminentes. Si la main-d’œuvre ne devient pas plus abondante d’ici là, ce pourrait être le signe d’une augmentation généralisée de l’inflation dans les mois qui suivent – un des principaux risques d’accélération de l’inflation qui mérite d’être surveillé.

Les petites entreprises affirment que les postes sont difficiles à pourvoir, mais elles ne prévoient pas augmenter les salaires

Chart comparing percentage share of jobs that small businesses aren't able to fill with employers’ expectations of wages changes in the following three months, from May 1985 to data available as of May 13, 2021. The chart shows that small business owners aren't able to fill nearly 40% of open positions as of May 28, however, they don't plan to offer higher wages to attract staff.
Source : National Federation of Independent Businesses, 13 mai 2021. Les zones grises indiquent une récession.

5  La vélocité de la monnaie

Voici une vérité économique : la création d’argent peut entraîner des pressions inflationnistes, mais pour que cela se produise, l’activité de crédit doit augmenter considérablement (autrement dit, la vélocité de la monnaie doit augmenter). En théorie, le redressement de l’économie doit entraîner un meilleur équilibre de l’offre et de la demande et une amélioration de l’activité de crédit. Cependant, nous nous demandons si le niveau élevé de l’épargne accumulée, combiné à l’augmentation structurelle traditionnelle de l’épargne de précaution, réduira ou retardera la demande de crédit des ménages. Si nous avons raison, la vélocité de la monnaie demeurera faible. 

6  L’incidence des dépenses publiques sur la croissance n’est pas aussi prononcée

Alors que les dépenses publiques resteront sans doute considérables, l’impact des mesures de relance actuelles sur la croissance et l’inflation se fera surtout sentir en 2021 et au premier semestre de 2022. Il est important de noter que les données laissent entrevoir que les multiplicateurs budgétaires des mesures de relance soutenues sont faibles; autrement dit, ces multiplicateurs devraient avoir une incidence relativement faible sur la croissance et l’inflation au cours des prochaines années. Il faut également avoir à l’esprit que la forte réduction des mesures budgétaires qui s’opérera plus tard cette année fera baisser les dépenses publiques, ce qui commencera à peser sur la croissance réelle en 2022. Naturellement, l’augmentation proposée des dépenses en infrastructures aura un effet positif sur la croissance, mais son impact sur l’économie réelle ne se fera sans doute sentir qu’à long terme. Selon nous, les dépenses en infrastructures sont plus pertinentes pour les projections d’inflation à long terme que pour celles à court terme.

7 L’inflation reste modeste à l’échelle mondiale

Les États-Unis ne vivent pas en vase clos – l’inflation dans ce pays est fortement corrélée à l’inflation mondiale, qui reste faible. Il convient de noter que les tendances du crédit en Chine suggèrent un ralentissement à venir de l’inflation dans ce pays, qui tend à se répercuter sur l’inflation aux États-Unis par l’intermédiaire du commerce et des forces mondiales. La faiblesse relative du dollar américain a fortement contribué à l’inflation aux États-Unis et les signes de dépréciation soutenue du billet vert se traduiront par le renchérissement des importations. 

8 Inflation dans le secteur des biens et inflation dans le secteur des services

L’augmentation des prix des biens a caractérisé la récession causée par la COVID-19. Elle est largement attribuable à la demande accrue des ménages pour les biens (plutôt que pour les services) et à la hausse des prix des produits de base, qui ont fait grimper l’inflation globale, mais pas l’inflation de base. Nous croyons maintenant que l’élan inflationniste sur 12 mois qui sous-tend les facteurs à l’origine du renchérissement des biens a atteint son sommet, ou s’en approche, et que ce renchérissement ralentira lorsque les prix des services commenceront à grimper. Par exemple, un examen attentif des éléments les plus pertinents du panier de biens de l’IPC montre que le coût de certains biens (meubles, voitures d’occasion) a fortement contribué à l’accélération de l’inflation, tandis que d’autres (vêtements, billets d’avion) continuent de subir des pressions désinflationnistes et ont limité l’augmentation des prix1. Avec la réouverture de l’économie, l’ordre de ces deux catégories de biens de consommation risque de s’inverser et, dans l’ensemble, de faire baisser l’inflation. 

Cependant, cette transition ne devrait pas se faire en douceur, et le décalage entre l’augmentation des prix des services et la hausse relativement plus lente des prix des biens explique dans une certaine mesure pourquoi l’inflation restera élevée en avril, mai et juin. 

 

L’augmentation des prix des biens a été plus rapide que celle des prix des services pendant la récession causée par la COVID-19

Line chart comparing services price inflation with goods price inflation in the United States from January 2000 to May 12, 2021. The chart shows that as of May 13, goods price inflation has risen by about 7% while services prices inflation was at around 2.5%.
Sources : U.S. Bureau of Labor Statistics, Macrobond et Gestion de placements Manuvie, au 13 mai 2021. Les zones grises indiquent une récession.

9 Décalage entre les prix des habitations et les loyers aux États-Unis

Le coût du logement demeure l’élément le plus important du panier de l’IPC. Dans l’IPC, il est calculé en utilisant les loyers et non le prix des habitations. Les loyers et les prix des habitations fluctuent généralement en tandem, mais leur corrélation s’est effritée pendant la récession causée par la COVID-19 – principalement parce que les personnes ayant perdu leur emploi durant la période étaient majoritairement des locataires et non des propriétaires. En conséquence, les loyers ont baissé alors que le prix des habitations a augmenté. Selon nous, les loyers devraient commencer à augmenter à mesure que l’économie rouvre et que les propriétaires acquièrent un meilleur pouvoir de fixation des loyers; cependant, les loyers tendent à augmenter avec un certain retard, ce qui signifie que la hausse des loyers est plus susceptible de se traduire par des pressions inflationnistes après 2022 qu’au deuxième semestre de 2021. 

Principales composantes du panier de l’IPC : prix et prévisions

Infographic of the author’s expectations of how key line items in the consumer price index basket would perform in the next 12 – 18 months, as of May 13, 2021. The table shows that the author expects the cost of shelter and medical care, apparel and airfares to either remain constant or rise in the next 12 to 18 months. Prices of these two items had fallen during the pandemic. Meanwhile, the cost of items such as recreation, household furnishing new vehicles, and used cars are likely to head lower in the next 12 – 18 months, reversing the price gains that these items had experienced during the pandemic.
Sources : U.S. Bureau of Labor Statistics, Gestion de placements Manuvie, au 13 mai 2021.

10 Surveiller la dynamique de l’inflation structurelle

Jusqu’à présent, nous nous sommes concentrés sur ce qui devrait se produire au cours des 18 prochains mois, mais nous pensons qu’il est important de ne pas perdre de vue la situation dans son ensemble : la dynamique inflationniste et désinflationniste à long terme. Nous continuons de croire qu’à long terme, les dynamiques structurelles comme la numérisation, la démographie, l’amélioration de la productivité et la hausse de l’endettement sont des forces désinflationnistes plus puissantes que les pressions inflationnistes créées par la transition climatique, la démondialisation et d’autres chocs géopolitiques. Par conséquent, d’un point de vue stratégique, l’inflation est moins susceptible de s’accélérer, à moins d’une mauvaise surprise. Dans un monde où les perturbations sont de plus en plus fréquentes, rien ne devrait être tenu pour acquis. 

Facteurs structurels qui influenceront l’inflation à long terme

Infographic outlining structural factors that could influence inflation in the long term in the United States. The graphic identifies three factors that could exert upward price pressure on inflation: climate transitions, deglobalization, and exogenous geopolitical risks. It lists four factors that could exert downward pressure on inflation: digitalization, changing demographics, improvements in productivity, and higher debt level.

Source : Gestion de placements Manuvie, au 13 mai 2021.

US Bureau of Labor Statistics, 12 mai 2021. 2 Bloomberg, au 12 mai 2021

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement du portefeuille. Le nouveau coronavirus (COVID-19) perturbe ainsi considérablement les activités commerciales à l’échelle mondiale. Une crise sanitaire ainsi que des épidémies et pandémies futures pourraient avoir, sur l’économie mondiale, des répercussions qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques préexistants, qu’ils soient politiques, sociaux ou économiques. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Ces risques sont amplifiés dans le cas des placements effectués dans les marchés émergents. Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un portefeuille.

Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée. Nous vous invitons à évaluer la convenance de tout type de placement à la lumière de votre situation personnelle et à consulter un spécialiste, au besoin.
Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion de placements Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses aux présentes aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation de ces renseignements ou analyses. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une stratégie de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Gestion de placements Manuvie
Gestion de placements Manuvie est le secteur mondial de gestion de patrimoine et d’actifs de la Société Financière Manuvie. Nous comptons plus de 100 ans d’expérience en gestion financière au service des clients institutionnels et des particuliers ainsi que dans le domaine des régimes de retraite, à l’échelle mondiale. Notre approche spécialisée de la gestion de fonds comprend les stratégies très différenciées de nos équipes expertes en titres à revenu fixe, actions spécialisées, solutions multiactifs et marchés privés, ainsi que l’accès à des gestionnaires d’actifs spécialisés et non affiliés du monde entier grâce à notre modèle multigestionnaire.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation. Il peut être distribué par les entités de Manuvie ci-après, dans leurs territoires respectifs. Des renseignements supplémentaires sur Gestion de placements Manuvie sont accessibles sur le site www.manulifeim.com/institutional/ca/fr

Australie : Hancock Natural Resource Group Australasia Pty Limited, Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Brésil : Hancock Asset Management Brasil Ltda. Canada : Gestion de placements Manuvie limitée, Distribution Gestion de placements Manuvie inc., Manulife Investment Management (North America) Limited et Marchés privés Gestion de placements Manuvie (Canada) Corp. Chine : Manulife Overseas Investment Fund Management (Shanghai) Limited Company. Espace économique européen Manulife Investment Management (Ireland) Ltd., qui est habilité et régie par l’organisme Central Bank of Ireland. Hong Kong : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Indonésie : PT Manulife Aset Manajemen Indonesia. Japon : Manulife Investment Management (Japan) Limited. Malaisie : Manulife Investment Management (M) Berhad 200801033087 (834424-U). Philippines : Manulife Asset Management and Trust Corporation. Singapour : Manulife Investment Management (Singapore) Pte. Ltd. (société inscrite sous le numéro 200709952G). Corée du Sud : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Suisse : Manulife IM (Switzerland) LLC. Taiwan : Manulife Asset Management (Taiwan) Co., Ltd. Royaume-Uni : Manulife Investment Management (Europe) Limited, qui est habilitée et régie par l’organisme Financial Conduct Authority. États-Unis : John Hancock Investment Management LLC, Manulife Investment Management (US) LLC, Marchés privés Gestion de placements Manuvie (États-Unis) SARL et Hancock Natural Resource Group, Inc. Vietnam : Manulife Investment Fund Management (Vietnam) Company Limited.

Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

 

536844

Frances Donald

Frances Donald, 

Économiste en chef, Monde et chef mondiale, Stratégie macroéconomique, Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio