Rechercher un revenu plus élevé dans un environnement de faibles taux

« C'est quand la mer se retire qu'on voit ceux qui se baignent nus »

– Warren Buffet

Les investisseurs de longue date se souviennent peut-être de l’époque où il était possible de générer un revenu de 5 % à 7 % en investissant dans les obligations gouvernementales ou même dans les certificats de placement garanti (CPG). Cette époque est évidemment révolue, avec les taux de rendement des obligations gouvernementales ayant considérablement diminué au cours des dernières décennies; aujourd’hui, obtenir un tel revenu avec un risque raisonnable n’est pas facile. Cependant, ce n’est pas impossible, et nous croyons qu’en combinant une analyse approfondie du crédit et une saine gestion du risque, les investisseurs peuvent encore élaborer une stratégie d'investissement diversifiée qui minimise le risque lié aux taux d’intérêt et génère un revenu attrayant malgré la faiblesse actuelle des taux.

Comme nous pouvons le voir dans le tableau ci-dessous, certaines catégories d’actif traditionnelles offrent des rendements intéressants. Cependant, il est essentiel de garder à l’esprit la préservation du capital lors de la recherche de rendement, parce que retirer de l’argent de votre poche gauche pour le mettre dans votre poche droite ne vous rendra pas plus riches, contrairement à un rendement total positif. Plus précisément, trois éléments essentiels doivent être pris en considération pour préserver le capital lorsqu'on investi dans des actifs plus risqués :

  • le sentiment de crédit;
  • les profils risque-rendement des titres;
  • la direction des taux d’intérêt.

Revenu généré par certaines catégories d’actif traditionnelles

Tableau indiquant les rendements de différentes catégories d'actifs traditionnels au 30 avril 2021. Le tableau montre que les obligations de sociétés, les obligations à haut rendement, les obligations de pays émergents, les actions privilégiées et les actions offrent toutes un rendement supérieur à celui des obligations de l'univers canadien.

Source: Gestion de placements Manuvie, Bloomberg, au 30 avril 2021. À des fins d'illustration seulement

Sentiment de crédit

Règle générale, plus la catégorie d’actif est risquée, plus le bêta est élevé. En d’autres termes, les actifs plus risqués ont tendance à dégager un rendement inférieur en période de repli du marché et supérieur en période de reprise. Par conséquent, l’une de nos principales priorités consiste à évaluer continuellement si les conditions économiques sous-jacentes sont favorables aux actifs risqués, et à rajuster de façon tactique la répartition de l’actif et le risque de crédit de nos portefeuilles. Selon notre scénario de base pour les 12 à 18 prochains mois, le sentiment de crédit risque restera positif, grâce au soutien sans précédent des gouvernements et des banques centrales pour surmonter la crise actuelle, à la réussite des programmes de vaccination et à la réouverture économique mondiale qui s’ensuit.

Les principaux programmes mis en place par les banques centrales et les gouvernements, qui ont jusqu’à présent joué un rôle essentiel dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, continueront de soutenir les consommateurs et les entreprises, du moins à moyen terme. Aux États-Unis, l'administration Biden a récemment signé une loi prévoyant des mesures de relance de 1 900 milliards de dollars américains et travaille sur un programme de dépense en infrastructures de plusieurs milliers de milliards. Le gouvernment canadiens a, quant à lui, prolongé ses programmes de prestations jusqu’à l’été. Entre-temps, la Banque du Canada et la Réserve fédérale des États-Unis se sont toutes deux engagées à continuer d’acheter des obligations jusqu’à ce que la reprise économique soit bien amorcée. La vaccination s’est accélérée dans les pays développés et, après plus d’un an de confinement partiel ou total, nous voyons enfin de la lumière au bout du tunnel.

De plus, à la réaction musclée des gouvernements s’ajoutent l’épargne sans précédent réalisé par les consommateurs en raison des longues mesures de confinement. Le graphique ci-dessous met en évidence un aspect important de cette récession qui diffère de la crise financière mondiale de 2008 : les consommateurs sont en meilleure santé financière et ont une meilleure capacité de dépenser. Par conséquent, la réouverture des économies et le regain de confiance des consommateurs pourraient faire en sorte que cette demande refoulée stimule et prolonge la reprise économique actuelle et apporte un soutien supplémentaire à l’ensemble des actifs risqués.

Le taux d’épargne a atteint un record et les consommateurs reprennent confiance

Graphique montrant le taux d'épargne et la confiance des consommateurs américains au cours des dernières années. Le graphique montre que les taux d'épargne ont atteint des sommets depuis le début de la pandémie, tandis que la confiance revient lentement.

Source: Gestion de placements Manuvie, FRED, en date de mars 2021; consommateurs américains

Cependant, nous sommes d’avis que les valorisations, en général, commencent à s’étirer, malgré les perspectives de reprise encourageantes. En conséquence, bien que nous pensions que le contexte économique actuel justifie une exposition aux actifs plus risqués, les investisseurs ne devraient pas être trop agressifs concernant la répartition de l’actif de leur portefeuille pour le moment et ils devraient conserver une portion en trésorerie et équivalents de trésorerie afin de tirer profit de toute correction du marché à court terme. Bref, nous restons prudents, quoiqu’optimistes, en ce qui concerne le sentiment de crédit et nous faisons preuve de souplesse dans notre positionnement de portefeuille.

Profils risque-rendement des titres

Bien que le contexte macroéconomique actuel soit favorable aux actifs risqués, il va sans dire que tous les titres ne sont pas de bons investissements. Un an seulement après l’un de leurs pires replis de l’histoire, les marchés des capitaux se sont fortement redressés et la plupart des actions et des titres de créance de sociétés dépassent nettement leur niveau d’avant la pandémie. Beaucoup de bonnes nouvelles sont maintenant prises en compte par les marchés (p. ex. la vaccination et la politique conciliante des banques centrales) et même les secteurs durement frappés par la pandémie se sont fortement redressés. Du point de vue des marchés financiers, c’est presque comme si la COVID-19 n’avait jamais existé.

Les transporteurs aériens, par exemple, sont sans doute ceux qui ont le plus souffert de cette crise en raison des restrictions concernant les voyages à l’échelle mondiale. Pourtant, malgré leur endettement important qui ne cesse de croître, l’incapacité de payer leurs employés sans l’aide du gouvernement et la faiblesse de leurs liquidités, l’écart de taux des obligations à rendement élevé du sous-secteur du transport aérien s’établissait à 340 points de base à la fin d’avril 2021, ce qui est semblable aux écarts relevés à la fin de 2017 et de 2018, et seulement 40 points de base supérieurs à l’écart de taux de l’indice des obligations américaines à rendement élevé. Même si les gens commencent à reprendre l’avion et que le facteur de chargement (une donnée importante qui mesure le pourcentage de sièges occupés) des transporteurs aériens américains augmente, le nombre de passagers aériens reste faible et nous nous demandons si les données fondamentales des entreprises du secteur justifient la valorisation actuelle de leurs obligations.

Divergence entre la valorisation des transporteurs aériens et leur facteur de chargement

Graphique montrant les spreads des obligations à haut rendement et le coefficient de remplissage des transporteurs aériens américains. Le graphique montre une divergence entre les deux lignes, les spreads s'étant considérablement resserrés depuis le pic de la pandémie malgré des niveaux de coefficient de remplissage encore faibles.
Source: Gestion de placements Manuvie; écarts relatifs aux transporteurs aériens, Bloomberg, au 30 avril 2021; facteur de chargement, Macrobond, selon les données disponibles les plus récentes, au 20 mai 2021.

De plus, le soutien du gouvernement et des prêteurs – y compris les subventions salariales ainsi que le report et la prolongation des prêts – a permis aux sociétés, dont les compagnies aériennes, d’éviter le pire, mais ce soutien ne durera pas éternellement. Parallèlement, l’émission de titres de créance de sociétés a atteint un nouveau record, les sociétés empruntant de l’argent pour sauver leurs activités ou, dans certains cas, tirer profit de la faiblesse des taux d’intérêt pour prendre de l’expansion. Dans ce contexte, il est plus important que jamais de procéder à une analyse fondamentale diligente et approfondie pour bien distinguer la bonne dette de la mauvaise et pour évaluer la capacité de chaque émetteur à respecter ses obligations de paiement selon différents scénarios. Comme nous l’avons mentionné, la clé du succès d’une stratégie de revenu est d’éviter les pertes en capital qui annuleraient les efforts des investisseurs pour générer un revenu, et il n’y a rien qui menace plus la préservation de capital qu’une société qui perd le contrôle de son bilan. Par conséquent, nous croyons que les solutions actives qui disposent de l’expertise nécessaire pour repérer les occasions d'investissement qui rémunérent les investisseurs pour le risque pris et d’éviter les fortes pertes en capital devraient être privilégiées par rapport à la gestion passive.

L’endettement des sociétés a atteint de nouveau records durant la COVID-19

Graphique montrant la dette totale des sociétés non financières américaines. La dette totale a bondi de 10 % d'une année sur l'autre pendant la pandémie.
Source: Gestion de placements Manuvie, FRED, selon les données disponibles les plus récentes, au 20 mai 2021; sociétés américaines non financières.

Direction des taux d’intérêt

La courbe de rendement étant généralement positive, l’achat d’obligations à long terme est une autre option pour obtenir un taux de rendement plus élevé. Cependant, cette stratégie augmente également la durée du portefeuille (c.-à-d. sa sensibilité aux fluctuations des taux d’intérêt), ce qui pourrait être délicat dans l’environnement actuel de faibles taux. En fait, les taux de rendement des obligations canadiennes à 10 ans et à 30 ans ont augmenté chacun de 87 pb au cours des quatre premiers mois de 2021, pénalisant les stratégies ayant une durée plus longue. 

La courbe de rendement au Canada s’est considérablement accentuée en 2021

Graphique montrant la courbe de rendement canadienne à deux moments différents (le 31 décembre 2020 et l'autre au 30 avril 2021). Le graphique montre que la courbe de rendement s'est considérablement accentuée jusqu'à présent en 2021.
Source : Bloomberg, Gestion de placements Manuvie.

Bien que les taux d’intérêt à long terme soient devenus plus intéressants au cours des derniers mois, nous pensons qu’il est probable qu’ils augmentent encore quelque peu et que les stratégies de durée plus courte devraient encore être privilégiées à court terme. L’inflation (et les attentes à l'égard de l'inflation) est déterminante pour les taux d’intérêt, et nous croyons que l’inflation restera supérieure à 2 % en raison des effets de base, de l’amélioration des perspectives économiques et de la poursuite des politiques monétaire et budgétaire expansionnistes. Cependant, nous sommes d’avis que ces pressions inflationnistes seront temporaires et reviendront à leur niveau d’avant la pandémie avec la stabilisation des marchés.

Il convient de noter que certaines catégories d’actif générant un revenu ont par le passé dégagé un meilleur rendement que les obligations à long terme dans des conditions de marché similaires à celles que nous connaissons actuellement, permettant aux investisseurs d’augmenter le rendement total grâce à des gains en capital. Par exemple, l’indice composé S&P/TSX a dégagé un rendement moyen de 11,6 % au cours des six dernières périodes de hausse des taux d’intérêt, tandis que l’indice des actions privilégiées S&P/TSX a également enregistré une bonne performance avec un rendement total moyen de 6,4 %1. Bien que les actions et les titres de créance de sociétés aient déjà fortement progressé depuis l'an dernier, nous croyons que ces catégories d’actif devraient conserver leur valeur, principalement en raison du contexte économique favorable mentionné plus haut. Par contre, encore une fois, il est essentiel de procéder à une sélection rigoureuse des titres.

Au final : rechercher, réagir, répéter

La faiblesse des taux de rendement a forcé les investisseurs axés sur le revenu à sortir de leur zone de confort, car investir de manière passive dans des mandats univers d'obligations pourrait ne pas permettre de générer un revenu suffisant dans le contexte actuel du marché (et pourrait même s’avérer encore plus décevant si les taux continuaient de grimper). Il est possible d’augmenter le revenu grâce à différentes approches, mais la clé du succès est de conserver une certaine souplesse et d’éviter les risques inutiles afin de préserver le capital. Les conditions économiques et de marché peuvent changer rapidement, et après une analyse approfondie du crédit et des données macroéconomiques, nous croyons que vous devez modifier de façon tactique votre stratégie de revenu et rechercher constamment des occasions de placement présentant un profil risque-rendement attrayant.

Malgré le contexte économique et le sentiment de crédit positifs, nous faisons preuve de prudence, car les données économiques et les marchés des capitaux se rapprochent (même surpassent) leur niveau d’avant la pandémie. Nous favorisons une sélection de titres basée sur une analyse diligente et rigoureuse, une répartition sectorielle saine et une gestion prudente de la durée. Nous avons positionné et adapté nos stratégies en fonction de nos perspectives, mais surtout, nous restons toujours prêts à réagir rapidement à l’évolution de la conjoncture économique.


1 Gestion de placements Manuvie, Bloomberg. Six dernières périodes de hausse des taux d’intérêt : de septembre 2010 à mars 2011, de juillet 2012 à décembre 2013, de janvier 2015 à juin 2015, d’août 2016 à janvier 2017, de septembre 2017 à octobre 2018 et de juillet 2020 à avril 2021. Rendements mensuels.

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement du portefeuille. Le nouveau coronavirus (COVID-19) perturbe ainsi considérablement les activités commerciales à l’échelle mondiale. Une crise sanitaire ainsi que des épidémies et pandémies futures pourraient avoir, sur l’économie mondiale, des répercussions qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques préexistants, qu’ils soient politiques, sociaux ou économiques. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Ces risques sont amplifiés dans le cas des placements effectués dans les marchés émergents. Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un portefeuille.

Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée. Nous vous invitons à évaluer la convenance de tout type de placement à la lumière de votre situation personnelle et à consulter un spécialiste, au besoin.
Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion de placements Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses aux présentes aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation de ces renseignements ou analyses. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une stratégie de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Gestion de placements Manuvie
Gestion de placements Manuvie est le secteur mondial de gestion de patrimoine et d’actifs de la Société Financière Manuvie. Nous comptons plus de 100 ans d’expérience en gestion financière au service des clients institutionnels et des particuliers ainsi que dans le domaine des régimes de retraite, à l’échelle mondiale. Notre approche spécialisée de la gestion de fonds comprend les stratégies très différenciées de nos équipes expertes en titres à revenu fixe, actions spécialisées, solutions multiactifs et marchés privés, ainsi que l’accès à des gestionnaires d’actifs spécialisés et non affiliés du monde entier grâce à notre modèle multigestionnaire.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation. Il peut être distribué par les entités de Manuvie ci-après, dans leurs territoires respectifs. Des renseignements supplémentaires sur Gestion de placements Manuvie sont accessibles sur le site www.manulifeim.com/institutional/ca/fr

Australie : Hancock Natural Resource Group Australasia Pty Limited, Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Brésil : Hancock Asset Management Brasil Ltda. Canada : Gestion de placements Manuvie limitée, Distribution Gestion de placements Manuvie inc., Manulife Investment Management (North America) Limited et Marchés privés Gestion de placements Manuvie (Canada) Corp. Chine : Manulife Overseas Investment Fund Management (Shanghai) Limited Company. Espace économique européen Manulife Investment Management (Ireland) Ltd., qui est habilité et régie par l’organisme Central Bank of Ireland. Hong Kong : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Indonésie : PT Manulife Aset Manajemen Indonesia. Japon : Manulife Investment Management (Japan) Limited. Malaisie : Manulife Investment Management (M) Berhad 200801033087 (834424-U). Philippines : Manulife Asset Management and Trust Corporation. Singapour : Manulife Investment Management (Singapore) Pte. Ltd. (société inscrite sous le numéro 200709952G). Corée du Sud : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Suisse : Manulife IM (Switzerland) LLC. Taiwan : Manulife Asset Management (Taiwan) Co., Ltd. Royaume-Uni : Manulife Investment Management (Europe) Limited, qui est habilitée et régie par l’organisme Financial Conduct Authority. États-Unis : John Hancock Investment Management LLC, Manulife Investment Management (US) LLC, Marchés privés Gestion de placements Manuvie (États-Unis) SARL et Hancock Natural Resource Group, Inc. Vietnam : Manulife Investment Fund Management (Vietnam) Company Limited.

Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

537544

Roshan Thiru, CFA

Roshan Thiru, CFA, 

Chef, Titres à revenu fixe canadiens

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio