T2 | 2021

Renseignements sur le marché

La réouverture rapide

Apprenez-en davantage sur les facteurs qui influencent les actions et les titres à revenu fixe.

Télécharger le rapport complet

L’équipe Stratégie des marchés des capitaux 


Survol des perspectives de Gestion de placements Manuvie

 

Les États-Unis et d’autres pays dans le monde continueront de se redresser progressivement sous l’effet de la réouverture de l’économie et de l’arrivée des vaccins contre la COVID-19. L’augmentation du taux d’épargne et la demande accumulée devraient se traduire par une hausse de la consommation tout au long de 2021. La reprise devrait devenir plus uniforme, le secteur des services rattrapant son retard sur le secteur manufacturier (sur le plan des actions). Dans ce contexte, il faut s’attendre à des rendements moyens ou inférieurs à la moyenne, au cours des deux prochaines années, et il n’est pas impossible que les marchés fassent même mieux.

— L’équipe Marchés des capitaux et Stratégie

Actions canadiennes
Actions américaines
Marchés développés
Marchés émergents
Obligations d’État des marchés développés
Titres de créance de sociétés

Actions canadiennes :

L’horizon s’éclaircit.

Nous continuons d’être optimistes à l’égard de l’indice composé S&P/TSX. La demande de produits de base, y compris de pétrole, et les prix de ces derniers continueront probablement d’augmenter à mesure que la reprise économique mondiale se confirmera.

  • Les produits de base donnent habituellement le ton à l’indice S&P/TSX.

    On dit souvent de l’indice composé S&P/TSX qu’il est lié aux produits de base, dans la mesure où les produits de base et l’énergie constituent deux de ses plus importants secteurs. À mesure que l’économie mondiale continuera de se remettre de la COVID‑19 et des mesures de confinement imposées par le gouvernement, la demande de produits de base devrait continuer à augmenter. Cette hausse de la demande devrait être de bon augure pour les rendements de l’indice S&P/TSX.

  • Le redressement des prix du pétrole devrait mener à une amélioration des bénéfices.

    Les bénéfices des sociétés du S&P/TSX sont historiquement corrélés à l’évolution des prix du pétrole brut sur 12 mois. Nous croyons que la reprise économique mondiale entraînera une hausse de la demande et des prix du pétrole brut, ce qui contribuera à la croissance des bénéfices des sociétés de l’indice S&P/TSX.

  • Les valorisations des actions canadiennes sont intéressantes dans les secteurs clés.

    Les services financiers sont l’un des secteurs qui se négocient à des valorisations intéressantes par rapport aux 15 dernières années. Une réouverture rapide de l’économie et une accentuation de la courbe des taux favoriseraient les bénéfices des sociétés de ce secteur, tandis que les valorisations indiquent que les perspectives sont haussières.

  • Avantage aux sociétés qui augmentent leurs dividendes.

    Notre équipe a recherché les sociétés de l’indice composé S&P/TSX dont les dividendes affichent un taux de croissance sur 5 ans d’au moins 10 % et un ratio de distribution maximal de 70 %. Le modèle affiche un rendement annualisé sur 10 ans de 7,65 %, contre 4,92 % pour l’indice composé S&P/TSX. Ces résultats supposent que tous les dividendes sont versés et non réinvestis

Actions américaines :

La progression ne se dément pas

 

Les États-Unis ont devancé leur calendrier de vaccination, plus de 30 % de la population ayant reçu au moins une dose du vaccin. L’économie est sur la voie de la reprise et sera stimulée par une demande accumulée et un niveau d’épargne élevé.

  • Les corrections sont tout à fait normales.

    Les corrections du marché boursier sont très courantes et très difficiles à prévoir. Depuis 1980, l’indice S&P 500 a perdu en moyenne 14,3 % au cours d’une année civile donnée, mais il affiche un rendement positif dans 78 % des cas, soit un rendement moyen de 10,3 %. 

  • Les perspectives de bénéfices s’améliorent.

    Certains signes montrent que l’économie mondiale pourrait avoir atteint un creux et être passée de la contraction à la reprise. Depuis le mois d’août, l’indice ISM des directeurs d’achats des États-Unis montre que l’activité manufacturière progresse de façon marquée, mois après mois. 

  • La croissance des bénéfices devrait alléger la pression sur les valorisations.

    Si l’on se fie aux indicateurs macroéconomiques, les bénéfices devraient fortement augmenter en 2021 : ils devraient non seulement renouer avec leurs niveaux de 2019, mais également les dépasser à la faveur de la libération de la demande et de l’épargne accumulées. 

  • La vigueur engendre la vigueur.

    Les marchés boursiers suivent souvent la première loi du mouvement de Newton selon laquelle un objet en mouvement demeure en mouvement.
    Si l’on se fie au passé, lorsque l’indice S&P 500 progresse de plus de 20 % sur une période de six mois, il y a 48,6 % de chances qu’il augmente de plus de 10 % au cours des six mois suivants. Il s’agit d’une probabilité plus élevée de 10 % que la probabilité qu’il augmente de plus de 10 % au cours de toute autre période de six mois.

Actions internationales :

Supériorité probable des marchés émergents.

 

Alors que l’Europe continue d’être confrontée à un certain nombre de difficultés (hausse du nombre de cas de COVID-19, nouvelles mesures de confinement et lendemain de veille difficile après la conclusion de l’accord sur le Brexit), les marchés émergents (à commencer par l’Asie) continuent de gagner du terrain. La croissance économique et des bénéfices semble plus solide en Chine, en Corée et à Taïwan qu’ailleurs dans le monde.

  • La Chine en tête de la reprise du commerce mondial.

    Sur 12 mois, les exportations mondiales des cinq plus grands exportateurs du monde semblent s’améliorer, à commencer par celles de la Chine. Les perspectives du commerce mondial pour 2021 sont meilleures qu’elles ne l’ont été ces deux dernières années. Après la Chine et la Corée du Sud, les États-Unis, le Japon et l’Allemagne devraient également enregistrer une accélération de la croissance de leurs exportations en glissement annuel en 2021.

  • Les actions asiatiques pourraient bénéficier d’une accélération de la croissance économique.

    Dans ses Perspectives de l’économie mondiale du mois d’avril, le Fonds monétaire international prévoit que de nombreuses régions du monde, à commencer par les pays émergents et en développement d’Asie, pourraient connaître une croissance supérieure à celle des États-Unis en 2021 et en 2022. L’amélioration des perspectives économiques devrait profiter à toutes les régions, surtout aux marchés émergents.

  • Les prix du cuivre favorisent l’accélération de l’économie chinoise.

    La Chine étant le plus grand importateur de cuivre, l’augmentation du prix du cuivre est habituellement liée à un accroissement de la demande en provenance de ce pays.  Malgré le récent ralentissement de la croissance du prix du cuivre sur 12 mois, le niveau actuel demeure favorable à la croissance économique en Chine.

  • Les actions des marchés émergents sont attrayantes en 2021.

    C’est lorsque la croissance ou l’inflation augmente que les actions des marchés émergents sont les plus performantes. Puisque le dollar américain devrait en outre selon nous perdre de la valeur en 2021, les actions des marchés émergents devraient être en mesure de surpasser les actions des marchés développés cette année.

Titres à revenu fixe :

La souplesse est de rigueur.

 

À court terme, il est probable que les taux d’intérêt resteront exceptionnellement bas partout dans le monde et sur l’ensemble de la courbe. Toutefois, les mesures de création monétaire de la Fed, conjuguées aux milliers de milliards de dollars de mesures de relance budgétaire du gouvernement fédéral américain, ont entraîné une accentuation de la courbe des taux. Dans ce contexte, nous pensons que les titres de créance vont bien se porter et que les obligations à duration courte vont surpasser les obligations de longue durée. Les taux de défaillance se maintiendront tout au long de la reprise, car certaines sociétés ne se remettront pas des conséquences des mesures de confinement. À cet égard, la sélection des titres et l’analyse minutieuse de la solvabilité des sociétés sont d’une importance capitale.

  • Une hausse des taux à l’échelle mondiale n’aidera pas les investisseurs axés sur le revenu.

    Les taux des obligations d’État mondiales ont certes peut-être touché le fond et recommencé à augmenter dans certaines régions, mais ils ne renoueront pas avec leur moyenne à long terme avant un certain temps. En outre, environ 18 000 milliards de dollars US d’obligations mondiales affichent un taux négatif.

  • La courbe des taux devrait continuer à s’accentuer en cas de réouverture rapide.

    Selon les prévisions, la courbe des taux des obligations du Trésor américain devrait continuer de s’accentuer sous l’effet de la hausse des taux d’intérêt à long terme. L’année 2021 devrait selon nous être marquée par une accélération de la croissance/de l’inflation, phénomène qui s’accompagne habituellement d’une hausse moyenne de 50 pb des taux à 10 ans, avec un écart-type de 100 pb.

  • Miser sur les meilleures occasions relatives.

    En période d’accélération de la croissance économique mondiale, les courbes de rendement ont tendance à s’accentuer. Généralement, lorsque cela se produit, les titres de crédit surpassent les obligations d’État et les titres à duration plus courte l’emportent sur les obligations à duration plus longue. 

  • Le dollar canadien restera lié aux prix du pétrole.

    Récemment, la relation entre le huard
    et les taux d’intérêt s’est complètement effritée et les fluctuations de la monnaie
    à court terme sont entièrement attribuables aux prix du pétrole, en particulier à ceux du West Texas Intermediate (WTI). Les prix du pétrole s’étant redressés, le dollar canadien a lui aussi regagné du terrain. Il devrait continuer de s’apprécier par rapport au dollar américain. Il devrait selon nous varier entre 0,79 $ US et 0,81 $ US, et peut-être même gagner encore du terrain au cours des 6 à 12 prochains mois.


Points de vue associés

Croissance économique, inflation, bénéfices – Cerner les marchés en 2021

Venons-nous juste d’assister à une année de mouvements de marchés en un seul trimestre? La réouverture de l’économie, l’inflation et la croissance des bénéfices des sociétés pourraient bien définir les marchés en 2021.
Read more

Le marché haussier des actions a un an!

Quelle année ce fut! Certains commencent à penser que la relance des marchés boursiers tire à sa fin, mais nous croyons que le mouvement haussier des obligations à long terme et des actions pourrait se poursuivre.
Read more

Les occasions sur les marchés émergents (partie 1) – Données démographiques

Quantité d’investisseurs canadiens négligent les marchés émergents. Les marchés émergents asiatiques forment un secteur en plein essor qui promet une croissance économique soutenue.
Read more

Les opinions exprimées sont celles des personnes qui ont participé à l’élaboration de ce document en date du 31 mars 2021 et elles sont susceptibles de changer. L’augmentation des taux d’intérêt entraîne généralement la diminution des cours obligataires. Plus la durée moyenne des obligations détenues dans un fonds est longue, plus le fonds risque d’être sensible aux fluctuations des taux d’intérêt. Le rendement d’un fonds fluctue en fonction de la variation des taux d’intérêt.

 

Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un fonds.

Les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de leur publication et elles pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les analyses et renseignements présentés dans le présent document aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation du présent document ou des renseignements et analyses qu’il contient. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements. Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document.

 

Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie limitée, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs. Le présent document a été préparé à titre indicatif seulement et ne constitue ni une offre ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, à acheter ou à vendre un titre, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie.

 

Manuvie, Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.