Des perspectives prometteuses pour les rendements des terres agricoles aux États-Unis

Les placements privés dans des terres agricoles américaines prennent appui sur la solide performance de l’année dernière, sur fond de croissance de la consommation intérieure et de resserrement de l’offre mondiale causé par les perturbations commerciales découlant du conflit entre la Russie et l’Ukraine.

Aux États-Unis, les placements privés dans des terres agricoles ont généré un rendement total de 7,8 % en 2021, comme en a fait état l’indice Farmland du National Council of Real Estate Investment Fiduciaries (NCREIF), qui s’est apprécié de 475 points de base (pb) par rapport à l’année précédente pour atteindre un sommet annuel depuis 2015 (à 10,4 %). Le rendement de 7,8 % obtenu en 2021 était supérieur à la moyenne sur cinq ans de 5,7 %. Le rendement total des exploitations de cultures annuelles s’est élevé à 11,1 % (en hausse de 686 pb par rapport à 2020), tandis que celui des exploitations de cultures permanentes, à 3,1 % (en hausse de 179 pb par rapport à 2020). À l’échelle régionale, le rendement des terres agricoles a varié considérablement. Il en a été de même pour les divers types de cultures : les amandes ont généré des rendements négatifs, tandis que les pistaches, les raisins de cuve et les cultures en rangs ont affiché de bons résultats. La vigueur de l’indice a été soutenue par les solides données fondamentales sous-jacentes du marché en 2021, notamment la forte demande intérieure et mondiale dans un contexte de perturbations localisées de la production en Amérique du Sud ayant poussé les prix à la hausse, et l’intérêt persistant des investisseurs pour les actifs agricoles.

Les rendements des terres agricoles ont atteint un sommet en six ans

Rendements des terres agricoles aux États-Unis (%)

Le graphique à barres montre que le rendement des terres agricoles américaines a atteint son plus haut niveau en six ans.
Source : indice NCREIF Farmland, au T4 2021.

Le rendement annuel total de l’indice NCREIF Farmland a été favorisé par la remontée des rendements en revenu et de l’appréciation du capital l’an dernier. La progression des rendements en revenu est attribuable à l’amélioration marquée des conditions du marché des cultures en rangs. La demande de produits agricoles de base, en particulier de maïs et de soja, s’est nettement améliorée depuis la fin de 2020, en raison de l’augmentation de la demande mondiale de cultures fourragères et de la reprise de la demande intérieure de maïs pour la production d’éthanol. La normalisation des relations commerciales internationales entre les États-Unis et d’autres partenaires importants, surtout la Chine, a stimulé la demande à l’égard des cultures américaines. La deuxième composante du rendement total de l’indice, l’appréciation du capital, a également entraîné un revirement marqué des taux de compression au cours des trois dernières années, étant donné la croissance de l’appétit et de la confiance concernant la catégorie d’actif dans un contexte de taux d’intérêt extrêmement bas.

La santé de l’économie agricole américaine dans son ensemble a tiré profit des conditions favorables du marché et de la reprise économique globale aux États-Unis et ailleurs dans le monde en 2021. L’USDA estime que les recettes monétaires provenant des cultures américaines ont augmenté de 23,5 % en 2021 par rapport à 2020. La hausse des rentrées de fonds totales en 2021 a été particulièrement encourageante, parce que le revenu total des agriculteurs américains a augmenté malgré la baisse des paiements directs et des programmes d’aide ponctuels qui ont diminué de 40 %, passant d’un record de 45,7 milliards de dollars en 2020 à 27,2 milliards de dollars en 2021. La phase un de l’accord commercial avec la Chine a contribué à donner le coup de pouce nécessaire à la demande de produits agricoles américains, grâce à l’annulation ou à la réduction des tarifs de rétorsion. En ce qui concerne les ventes réelles de produits agricoles, en 2021, les recettes monétaires provenant des cultures ont bondi de 17,9 % et les ventes de bétail et de produits laitiers, de 17,7 % par rapport à 2020.

Aperçu de l’indice

L’outil d’évaluation le plus reconnu du rendement des terres agricoles aux États-Unis est l’indice NCREIF Farmland. Il s’agit d’un indice trimestriel qui mesure le rendement des exploitations agricoles acquises sur le marché privé à des fins de placement. Toutes les exploitations de l’indice sont détenues dans un environnement fiduciaire. À la fin de l’année 2021, l’indice comprenait 1 260 exploitations totalisant 13,8 milliards de dollars, soit plus qu’en 2020, où il comprenait 1 184 exploitations totalisant 12,3 milliards de dollars. La forte augmentation du nombre et de la valeur des exploitations reflète l’accroissement des placements institutionnels dans la catégorie d’actif. Les exploitations de cultures annuelles représentent 76 % du total des exploitations de l’indice et 61 % de leur valeur totale.

L’augmentation continue du nombre et de la valeur marchande des exploitations reflètent la croissance de la participation des investisseurs institutionnels

Exploitations agricoles et valeur marchande (G$ US)

Le graphique à barres montre une augmentation constante du nombre et de la valeur marchande des propriétés agricoles depuis 2006.
Source : indice NCREIF Farmland, au T4 2021.

Le NCREIF fournit des renseignements détaillés sur les rendements des terres agricoles selon le type d’exploitation et la région. Les exploitations de cultures annuelles incluent des cultures comme les oléagineux, le coton, les légumes et certains fruits frais, tandis que les exploitations de cultures permanentes comprennent les arbres, les arbustes et les vignes vivaces produisant des récoltes, par exemple, d’amandes, de pommes, de canneberges et de raisins de cuve. Les principaux types de cultures permanentes de l’indice sont les raisins de cuve, les amandes et les pistaches, dont la valeur combinée équivalait à 73 % de celle des cultures permanentes, selon les données du NCREIF en date de janvier 2022.

L’indice continue de privilégier les cultures en rangs

Exploitations de l’indice NCREIF Farmland selon le type de culture (G$ US)

Graphique circulaire montrant les propriétés agricoles par type de culture, les cultures en rangs étant les plus nombreuses.
Source : indice NCREIF Farmland, au T4 2021.

À la fin de l’année 2021, l’indice NCREIF Farmland comprenait 958 exploitations de cultures annuelles totalisant 8,4 milliards de dollars et 302 exploitations de cultures permanentes totalisant 5,4 milliards de dollars. En 2021, la région la plus importante de l’indice NCREIF Farmland en matière de valeur marchande était celle de l’Ouest Pacifique (39,5 % de l’indice), suivie de celles des États du delta (19,2 %), de la ceinture de maïs (11,3 %) et des Rocheuses (8,1 %). Les régions des États du delta, de la ceinture de maïs et des Rocheuses ont accru leur part comparativement à l’année précédente. Les autres régions combinées représentaient 21,9 % de la valeur de l’indice.

La région de l’Ouest Pacifique, avec une concentration de cultures permanentes de grande valeur, représente 40 % de la valeur totale de l’indice

Valeur des exploitations agricoles par région (G$ US)

Un diagramme circulaire montrant la valeur des propriétés agricoles par région, dominée par le Pacifique Ouest, avec 40 % de la valeur.
Source : indice NCREIF Farmland, au T4 2021.

Résultats par région et par type de culture

Aux États-Unis, les exploitations de cultures annuelles ont généré un rendement total de 11,1 % en 2021, en hausse de 686 pb par rapport à 2020. En 2021, les rendements en revenu des exploitations de cultures annuelles américaines se sont établis à 3,6 %, soit à peine plus qu’en 2020. Cette légère augmentation s’explique par la hausse des prix des cultures, alimentée par l’essor de la demande au pays et sur les marchés d’exportation. En plus du besoin accru de maïs pour la production nationale d’éthanol, la demande en 2021 a été stimulée par le rythme historique des importations chinoises de cultures fourragères, surtout de maïs. L’augmentation considérable des importations chinoises de maïs, conjuguée aux perturbations de la production mondiale attribuables aux conditions météorologiques dans les principales régions productrices, a accentué le recours à d’autres cultures en rangs, notamment le blé, comme sources d’alimentation de remplacement. Collectivement, ces facteurs ont contribué à la hausse des prix et à la vigueur des rendements en revenu des cultures en rangs. En raison de l’évolution positive du marché et de l’intérêt croissant des investisseurs pour les exploitations de cultures en rangs, le taux annuel d’appréciation du capital des cultures annuelles s’est établi à 7,2 %, soit 645 pb de plus qu’en 2020.

Les rendements en appréciation et en revenu supérieurs ont poussé à la hausse les rendements globaux des exploitations de cultures annuelles aux États-Unis en 2021

Rendements annuels des exploitations de cultures annuelles aux États-Unis (%)

 

Un diagramme à barres montre que les rendements de l'appréciation et du revenu augmentent en 2021 pour les rendements annuels des terres cultivées aux États-Unis.
Source : indice NCREIF Farmland, au T4 2021.

Selon l’indice NCREIF Farmland, les exploitations de cultures permanentes aux États-Unis ont généré un rendement total de 3,1 % en 2021. Malgré ce résultat annuel plus que deux fois supérieur à celui de 2020 (1,3 %), il s’agit du troisième pire depuis la création de l’indice en 1991. Sur une note positive, les rendements en revenu des exploitations de cultures permanentes ont gagné 142 pb par rapport à l’année précédente, pour finir l’année à 4,4 % en 2021. La plupart des cultures permanentes (71 % en termes de valeur) de l’indice sont exploitées directement, ce qui accroît la volatilité du bénéfice d’exploitation comparativement aux cultures annuelles, qui s’effectuent principalement sur des terres louées. En revanche, les rendements en appréciation du capital des exploitations de cultures permanentes ont été de -1,32 % en 2021, se situant en territoire négatif pour une troisième année consécutive depuis 2019. Cette tendance persistante peut s’expliquer par les perspectives contrastées concernant les prix des fruits et des noix dans un contexte de dynamique conflictuelle de l’offre et de la demande qui s’ajoute à des préoccupations croissantes quant à la disponibilité des ressources hydriques dans la région de l’Ouest Pacifique.

Les rendements des exploitations de cultures permanentes américaines ont augmenté en 2021 grâce à la hausse des rendements en revenu, mais les rendements en appréciation restent faibles

Rendements annuels des exploitations de cultures permanentes aux États-Unis (%)

Un diagramme à barres montre que les rendements des cultures permanentes américaines ont affiché des rendements de revenu plus élevés en 2021, mais des rendements d'appréciation plus faibles.
Source : indice NCREIF Farmland, au T4 2021.

Les amandes représentaient 18 % de la valeur marchande totale des exploitations de cultures permanentes de l’indice NCREIF, ce qui a fortement pesé sur le rendement de cette catégorie en 2021. Les amandes ont dégagé un rendement annuel total négatif pour la deuxième année consécutive. Celui-ci est passé de -0,9 % en 2020 à -4,4 % en 2021. Ce recul reflète les faibles rendements en revenu attribuables à une production record, qui a entraîné une surabondance de l’offre et une baisse des prix, ainsi que l’appréciation du capital négative découlant des inquiétudes suscitées par la fréquence et la gravité des sécheresses en Californie. Les raisins de cuve, qui constituent la composante la plus importante des cultures permanentes en termes de valeur, ont affiché une amélioration en 2021, avec un rendement total de 4,2 % (en hausse de 697 pb par rapport à 2020), en raison des rendements en revenu et en appréciation positifs. Les pistaches figurent aussi parmi les points forts des cultures permanentes. Elles ont généré un rendement total de 9,4 % en 2021, sous l’effet de la croissance continue de la demande tant sur le marché intérieur que sur les marchés d’exportation.

À l’échelle régionale, le rendement des terres agricoles a varié considérablement. Alors que les huit principales régions de l’indice NCREIF ont enregistré des rendements positifs en 2021, deux régions (l’Ouest Pacifique et le Sud-Est) ont affiché des taux d’appréciation négatifs. La région de l’Ouest Pacifique représente 39,5 % de la valeur marchande totale de l’indice, ce qui en fait la plus importante. Ses rendements en revenu se sont établis à 4,5 % en 2021 (en hausse de 103 pb par rapport à 2020), tandis que son taux d’appréciation a été négatif pour une troisième année consécutive. Elle a ainsi enregistré un rendement global de 3,6 % en 2021 (en hausse de 105 pb par rapport à 2020). En plus des facteurs liés au marché, comme l’offre excédentaire d’amandes et de raisins de cuve au cours des dernières années, les taux d’appréciation du capital négatifs depuis 2019 dans cette région reflètent en partie les craintes relatives aux répercussions des événements naturels, comme les incendies et les sécheresses, de même qu’à la disponibilité à long terme de l’eau en Californie. Dans la région du Nord-Ouest Pacifique, on a observé une hausse des rendements en revenu et en appréciation par rapport à 2020, ce qui a contribué à l’augmentation de près de 1 200 pb du rendement total sur 12 mois.

Les deux autres grandes régions suivantes, soit celles des États du delta et de la ceinture de maïs, qui représentent 30,5 % de l’indice, ont vu leurs revenus d’exploitation augmenter légèrement et ont enregistré des rendements en appréciation nettement supérieurs en 2021 comparativement à l’année précédente. En 2021, les rendements en appréciation se sont élevés à 6,8 % pour les États du delta et à 15 % pour la ceinture de maïs. Il s’agit des taux d’appréciation les plus élevés pour ces deux régions depuis le boom des produits de base de 2012-2013. Le rendement total de la région des Rocheuses a progressé de 260 pb en 2021 par rapport à 2020, sous l’impulsion d’une augmentation de 266 pb de l’appréciation du capital comparativement à l’année précédente. Parmi les trois plus petites régions (le Sud-Est, les États des Grands Lacs et les plaines du Sud), le Sud-Est a vu ses rendements en revenu et en appréciation reculer par rapport à 2020, tandis que les États des Grands Lacs et les plaines du Sud ont enregistré des rendements totaux plus élevés qu’il y a un an.

C’est la région de la ceinture de maïs qui a obtenu les meilleurs rendements totaux, grâce à une forte appréciation, tandis que la région de l’Ouest Pacifique a enregistré une appréciation du capital négative

Rendements annuels des exploitations de cultures par région aux États-Unis (%)

Le graphique à barres montre que les rendements des régions dirigées par la Corn Belt ont été tirés par une forte appréciation, contrairement à l'appréciation négative du capital de la région Pacifique Ouest.
Source : indice NCREIF Farmland, au T4 2021.

En 2021, toutes les régions ont vu leurs rendements totaux s’améliorer, sauf celle du Sud-Est

Rendements annuels des exploitations de cultures par région aux États-Unis (%)

Le tableau montre que toutes les régions ont connu une amélioration des rendements totaux, à l'exception du Sud-Est.
Source : Indice NCREIF Farmland, recherche sur les terres agricoles et les terrains forestiers de Gestion de placements Manuvie, au T4 2021. « pb » fait référence aux points de base.

Perspectives

Les perspectives pour les placements agricoles aux États-Unis en 2022 sont optimistes, après l’obtention de résultats positifs dans l’ensemble en 2021. Sur le plan macroéconomique, la reprise et la réouverture des entreprises partout dans le monde contribuent à faire augmenter la demande de biens et de services. Pour le secteur de l’agriculture, le régime alimentaire de plus en plus diversifié et varié à l’échelle mondiale stimule la demande de produits agricoles. La croissance de la consommation intérieure et de la demande liée au commerce international laisse présager de belles perspectives pour les cultures en 2022. Du côté de l’offre, la sécheresse affectant les cultures sud-américaines et la baisse des stocks mondiaux favorisent une hausse des prix. Des difficultés se profilent également à l’horizon pour l’agriculture américaine. En effet, comme c’est le cas dans tous les secteurs, la production agricole ressent la pression inflationniste qui pèse sur les coûts. Les incertitudes géopolitiques et climatiques mondiales présentent également des risques. Le conflit entre la Russie et l’Ukraine est susceptible d’avoir de profondes répercussions sur la croissance économique et le commerce à l’échelle mondiale, surtout en raison des perturbations des routes commerciales internationales et des chocs sur les marchés des engrais et de l’énergie. Les conditions climatiques et météorologiques continueront d’être un facteur déterminant pour la production, mais les terres agricoles en tant que catégorie d’actif restent attrayantes pour les investisseurs en quête de rendements positifs avec une faible volatilité. À l’avenir, avec l’accent renouvelé sur la gestion durable des ressources et la résilience malgré les incertitudes du marché, les terres agricoles devraient continuer d’être recherchées par les investisseurs.

Indicateurs du marché des terres agricoles

La production mondiale de maïs a fracassé un nouveau record en 2021

Estimations de la production annuelle de maïs, principaux producteurs (Mt)

Le diagramme à barres montre que la production mondiale de maïs atteindra un nouveau record en 2021.
Source : « World Agricultural Supply and Demand Estimates (WASDE) Report » de l’USDA, février 2022. Il s’agit d’estimations pour 2020 et de prévisions pour 2021. « AC » s’entend des années commerciales. « Mt » désigne des millions de tonnes métriques. La production de maïs est indiquée sur la base d’une année civile et mise à jour sur la base d’une année commerciale. L’année commerciale du maïs s’échelonne de septembre à août aux États-Unis, de mai à avril en Afrique du Sud et d’octobre à septembre en Chine. L’année commerciale du maïs s’échelonne de mars à février en Argentine et au Brésil. Les données et les prévisions de production de maïs sont mises à jour mensuellement dans le rapport WASDE de l’USDA.

La production mondiale de maïs devrait atteindre un nouveau record de 1,2 milliard de tonnes métriques, soit une hausse de 8 % par rapport à l’année commerciale (AC) 2021, grâce aux gains enregistrés aux États-Unis, en Argentine, en Chine et au Brésil. En 2021, la production de maïs aux États-Unis devrait augmenter de 7 % pour s’établir à 384 Mt, principalement en raison du rétablissement du rendement par rapport à la tendance pour l’AC (AC de septembre 2021 à août 2022). En 2020, la production au Brésil (AC de mars 2021 à février 2022) devrait diminuer de 15 % par rapport à l’AC 2019 pour s’établir à 87 Mt, en raison du temps sec qui a retardé l’ensemencement en vue d’effectuer une deuxième récolte. La production au Brésil pour l’AC 2021 (de mars 2022 à février 2023) devrait augmenter de 31 % pour s’établir à 114 Mt, compte tenu de l’augmentation de la superficie ensemencée et du rétablissement après les conditions de sécheresse. La production de maïs de l’Argentine devrait augmenter légèrement pour s’établir à 52 Mt pour l’AC 2020 (de mars 2021 à février 2022) avant de remonter de 5 % pour atteindre 54 Mt pour l’AC 2021, en raison de l’amélioration des rendements. La production de la Chine devrait augmenter de 5 % par rapport à l’an dernier pour s’établir à 273 Mt (AC de mai 2021 à avril 2022).

La production mondiale de soja a légèrement diminué en 2021

Estimations de la production annuelle de soja, principaux producteurs (Mt)

Un graphique à barres montre que la production mondiale de soja a légèrement diminué en 2021 chez les principaux producteurs.
Source : « World Agricultural Supply and Demand Estimates (WASDE) Report » de l’USDA, février 2022. Il s’agit d’estimations pour 2020 et de prévisions pour 2021. « AC » s’entend des années commerciales. « Mt » désigne des millions de tonnes métriques. La production de soja est indiquée sur la base d’une année civile et mise à jour sur la base d’une année commerciale. L’année commerciale du soja s’échelonne de septembre à août aux États-Unis, de février à janvier au Brésil et d’avril à mars en Argentine. Les données et les prévisions de production de maïs sont mises à jour mensuellement dans le rapport WASDE de l’USDA.

En 2021, la production mondiale de soja devrait diminuer légèrement par rapport à l’AC précédente, pour s’établir à 364 Mt, en raison de la sécheresse en Amérique du Sud. Aux États-Unis, la production de soja devrait augmenter de 5 % pour s’établir à 121 Mt, compte tenu de l’augmentation des superficies ensemencées et des rendements moyens (AC de septembre 2021 à août 2022). La production au Brésil devrait augmenter de 7 % pour s’établir à 138 Mt en 2020 (AC de février 2021 à janvier 2022) avant de diminuer de 3 % en 2021 (AC de février 2022 à janvier 2023) pour atteindre 134 Mt. La production de soja de l’Argentine devrait diminuer de 5 % en 2020 (AC d’avril 2021 à mars 2022) pour s’établir à 46 Mt, puis descendre encore de 3 % en 2021 (AC d’avril 2022 à mars 2023) pour atteindre 45 Mt, les agriculteurs délaissant le soja au profit du maïs afin d’obtenir des revenus supérieurs et d’accroître la souplesse opérationnelle.

Le dollar américain s’apprécie par rapport aux monnaies concurrentes

Taux de change trimestriels entre le dollar américain et les monnaies liées à l’agriculture (indexés à 1 en 2006 : T1)

Un graphique montre que le dollar américain s'apprécie par rapport aux monnaies agricoles concurrentes.
Source : Macrobond, décembre 2021. Les taux de change sont mis à jour quotidiennement par Macrobond Financial AB.

Le dollar américain s’est légèrement apprécié au quatrième trimestre par rapport à la plupart des monnaies concurrentes : de 2 % par rapport au réal brésilien, de 3 % par rapport au rouble russe et de 4 % par rapport au peso argentin. Il se situait sensiblement au même niveau que le dollar canadien et le dollar australien au dernier trimestre. On s’attend à ce qu’il suive une trajectoire modeste jusqu’à la fin de 2021 et en 2022, dans le contexte de la reprise de l’activité économique mondiale, du déploiement de vaccins efficaces et du maintien de taux d’intérêt accommodants pour la plupart des monnaies concurrentes.

Les exportations de maïs américain restent élevées

Moyenne mobile des exportations de maïs, principaux producteurs (Mt)

Un graphique linéaire montre que les exportations de maïs américain restent à des niveaux élevés.
Source : Global Agricultural Trade System (GATS) du Foreign Agricultural Service (FAS), Comex Stat, ministère argentin de l’Agro-industrie, décembre 2021. Les données sur les exportations agricoles sont publiées mensuellement par le ministère argentin de l’Agro-industrie pour l’Argentine, par Comex Stat pour le Brésil et par le U.S. Census Bureau pour les États-Unis. Les données sur les exportations sont présentées selon une moyenne mobile sur quatre trimestres pour tenir compte du caractère saisonnier. « Mt » désigne des millions de tonnes métriques.

Les exportations mondiales de maïs ont chuté au quatrième trimestre de 2021, en partie à cause du resserrement de l’offre brésilienne découlant de la sécheresse de la saison précédente. La moyenne mobile sur quatre trimestres des exportations de maïs du Brésil s’est établie à 5 Mt, un recul de 41 % par rapport à l’an dernier et de 26 % par rapport au trimestre précédent. Les stocks de maïs du Brésil ont en effet souffert des exportations records de l’année précédente et de la période de sécheresse qui a marqué l’année commerciale 2020. Le pavage de l’autoroute BR-163 qui traverse Mato Grosso et Para pour aboutir aux terminaux de transport maritime de Miritituba, qui accueillent plusieurs grandes sociétés spécialisées dans le commerce de grains, est un facteur déterminant pour les exportations futures de grains du Brésil. La moyenne mobile sur quatre trimestres des exportations de maïs des États-Unis s’est établie à 17 Mt, soit un bond de 35 % comparativement à l’an dernier et une légère hausse comparativement au trimestre précédent. La moyenne mobile sur quatre trimestres des exportations de maïs de l’Argentine s’est établie à 10 Mt, c’est-à-dire 10 % de plus que l’an dernier et 11 % de plus que le trimestre précédent. La forte diminution des quantités de maïs brésilien exportées et la dépréciation du peso argentin ont joué en faveur des exportations de l’Argentine.

Les exportations de soja des États-Unis ont diminué au quatrième trimestre de 2021

Moyenne mobile des exportations de soja, principaux producteurs (Mt)

Diagramme à barres montrant que les exportations américaines de soja ont diminué au quatrième trimestre 2021.
Source : Global Agricultural Trade System (GATS) du Foreign Agricultural Service (FAS), Comex Stat, ministère argentin de l’Agro-industrie, décembre 2021. Les données sur les exportations agricoles sont publiées mensuellement par le ministère argentin de l’Agro-industrie pour l’Argentine, par Comex Stat pour le Brésil et par le U.S. Census Bureau pour les États-Unis. Les données sur les exportations sont présentées selon une moyenne mobile sur quatre trimestres pour tenir compte du caractère saisonnier. « Mt » désigne des millions de tonnes métriques.

Au quatrième trimestre de 2021, les exportations de soja des États-Unis et de l’Argentine ont diminué par rapport au trimestre précédent. Selon la moyenne mobile sur quatre trimestres, les exportations de soja des États-Unis ont atteint 13 Mt, en baisse de 7 % par rapport au trimestre précédent et de 17 % par rapport à l’an dernier, à cause de la diminution de la demande chinoise. La moyenne mobile sur quatre trimestres des exportations de soja du Brésil s’est établie à 21 Mt, soit une hausse de 5 % par rapport au trimestre précédent et une légère progression par rapport à l’an dernier. La moyenne mobile sur quatre trimestres des exportations de soja de l’Argentine s’est établie à 1 Mt, ce qui représente un bond de 14 % par rapport au trimestre précédent et un repli de 17 % par rapport à l’an dernier.

Les prix des cultures en rangs restent élevés    

Prix des cultures en rangs ($ US le boisseau)

Un graphique linéaire montrant que les prix des cultures en ligne se maintiennent à des niveaux élevés (maïs, soja et blé).
Source : USDA National Agricultural Statistics Service (USDA NASS), décembre 2021. Les prix des cultures en rangs sont publiés mensuellement par le NASS de l’USDA.

Au quatrième trimestre de 2021, les prix du maïs, du blé et du soja aux États-Unis sont demeurés élevés par rapport à l’an dernier, malgré la baisse des prix du maïs et du soja observée au cours du trimestre. Les prix du maïs ont diminué de 12 % pour s’établir à 5,25 $ le boisseau au quatrième trimestre de 2021, mais ils étaient tout de même en hausse de 39 % comparativement à l’an dernier. Les prix du soja ont reculé de 9 % pendant le trimestre. Ils étaient néanmoins supérieurs de 20 % à ceux de l’an dernier, à 12,20 $ le boisseau. Les prix du maïs et du soja demeurent élevés en raison des incertitudes entourant la récolte en Amérique du Sud pour l’année commerciale 2021. Les prix du blé ont bondi de 18 % depuis le trimestre précédent et de 59 % par rapport à l’an dernier pour s’établir à 8,33 $ le boisseau, en raison des craintes suscitées par la pénurie de blé à haute teneur en protéines.

Les prix semestriels (2020/2021) des noix ont été contrastés vu la recherche d’équilibre des marchés

Prix annuels moyens des producteurs de noix américains ($ US la livre)

Un graphique montrant que les prix des fruits à coque étaient variables au milieu de l'année 2020/2021.
Source : USDA National Agricultural Statistics Service (USDA NASS), octobre 2021. Les prix des cultures permanentes sont publiés annuellement par le NASS de l’USDA. « AC » s’entend des années commerciales. La lettre « p » signifie prévisions. Les prix estimatifs des amandes, des pistaches et des noix de Grenoble sont calculés au moyen du pourcentage de variation annuelle pour la campagne agricole selon les prix des sources en matière de terres agricoles et de terrains forestiers de Gestion de placements Manuvie.

Les prix des noix pour l’AC 2020-2021 ont baissé, étant donné l’abondance de l’offre, la réduction des exportations et l’accroissement des stocks. Ils devraient augmenter en 2021-2022, en raison de l’amélioration globale de l’équilibre entre l’offre et la demande. Les prix des amandes devraient terminer l’année en hausse par rapport à l’AC 2020-2021. En effet, la baisse de la production et l’augmentation de la demande d’exportation sont susceptibles d’entraîner une diminution des stocks de fin. On s’attend à ce que les prix des pistaches grimpent, malgré la hausse des estimations de production alimentée par les augmentations prévues de la demande intérieure et d’exportation, qui témoigne de la vigueur soutenue du secteur. Les prix des noix de Grenoble devraient terminer l’AC 2021-2022 en bien meilleure posture que l’année précédente, car la production a diminué en raison du gel généralisé à la fin de 2020. Cela dit, la trajectoire des prix semble vouloir s’aplanir, le secteur arrivant à maturité.

En 2021, les rendements des cultures en rangs ont atteint un sommet depuis 2013

Rendement total des cultures en rangs (%)

Un diagramme à barres montre que les rendements des cultures en ligne de 2021 sont les plus élevés depuis 2013.
Source : NCREIF, décembre2021. Les données sur le rendement total de l’indice NCREIF Farmland sont publiées tous les trimestres. Les rendements totaux trimestriels des cultures en rangs du NCREIF sont regroupés pour former le rendement total pour l’année. Le rendement total indiqué dans le graphique à barres peut ne pas correspondre au rendement total annuel déclaré par le NCREIF, car le rendement annuel du NCREIF est calculé en multipliant plutôt qu’en additionnant les rendements trimestriels.

Selon le NCREIF, les cultures en rangs ont dégagé un rendement annuel de 7,8 % en 2021, soit un sommet depuis 2013. Les prix élevés ont contribué à stimuler les résultats des agriculteurs et ont favorisé la hausse des rendements en appréciation. Selon les statistiques sur le revenu et le patrimoine agricole de l’USDA, les recettes des cultures en rangs devraient augmenter de 19 % en dollars réels de 2021, soit la plus forte augmentation des recettes depuis 2007.

 

Tous les montants sont exprimés en dollars américains.

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement des fonds. Par exemple, le nouveau coronavirus (COVID-19) a considérablement perturbé les activités commerciales à l’échelle mondiale. Les répercussions d’une crise sanitaire ainsi que d’autres épidémies et pandémies qui pourraient survenir à l’avenir pourraient avoir des répercussions sur l’économie mondiale qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques politiques, sociaux et économiques préexistants. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie.  Ces risques sont amplifiés dans le cas des placements effectués dans les marchés émergents. Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un portefeuille.

Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée. Nous vous invitons à évaluer la convenance de tout type de placement à la lumière de votre situation personnelle et à consulter un spécialiste, au besoin.

Le présent document est destiné à l’usage exclusif des destinataires dans les territoires qui sont autorisés à le recevoir en vertu des lois en vigueur. Les opinions exprimées dans le présent document sont celles de l’auteur ou des auteurs. Elles peuvent être modifiées sans préavis. Nos équipes de placement peuvent avoir des opinions différentes et par conséquent prendre des décisions de placement différentes. Ces opinions ne reflètent pas nécessairement celles de Gestion de placements Manuvie ou de ses sociétés affiliées. Bien que les renseignements et analyses présentés dans le présent document aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation des renseignements ou des analyses présentés. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture des marchés, qui changera au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer par suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document.  Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une stratégie de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

À propos de Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie est le secteur mondial de gestion de patrimoine et d’actifs de la Société Financière Manuvie. Nous comptons plus d’un siècle d’expérience en gestion financière au service des clients institutionnels et des particuliers et dans le domaine des régimes de retraite, à l’échelle mondiale. Notre approche spécialisée de la gestion de fonds comprend les stratégies très différenciées de nos équipes expertes en titres à revenu fixe, actions spécialisées, solutions multiactifs et marchés privés, ainsi que l’accès à des gestionnaires d’actifs spécialisés et non affiliés du monde entier grâce à notre modèle multigestionnaire.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation.
Il peut être distribué par les entités de Manuvie ci-après, dans leurs territoires respectifs. Des renseignements supplémentaires sur Gestion de placements Manuvie sont accessibles sur le site manulifeim.com/institutional

Australie : Manulife Investment Management Timberland and Agriculture (Australasia) Pty Ltd, Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Canada : Gestion de placements Manuvie limitée, Distribution Gestion de placements Manuvie inc., Manulife Investment Management (North America) Limited et Marchés privés Gestion de placements Manuvie (Canada) Corp. Chine : Manulife Overseas Investment Fund Management (Shanghai) Limited Company. Espace économique européen : Manulife Investment Management (Ireland) Ltd. est régie et réglementée par l’organisme Central Bank of Ireland. Hong Kong : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Indonésie : PT Manulife Aset Manajemen Indonesia. Japon : Manulife Investment Management (Japan) Limited. Malaisie : Manulife Investment Management (M) Berhad, numéro d’inscription : 200801033087 (834424-U). Philippines : Manulife Investment Management and Trust Corporation. Singapour : Manulife Investment Management (Singapore) Pte. Ltd. (société inscrite sous le numéro 200709952G). Corée du Sud : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Suisse : Manulife IM (Switzerland) LLC. Taïwan : Manulife Investment Management (Taiwan) Co. Ltd. Royaume-Unis : Manulife Investment Management (Europe) Limited, qui est régie et réglementée par l’organisme Financial Conduct Authority. États-Unis : John Hancock Investment Management LLC, Manulife Investment Management (US) LLC, Manulife Investment Management Private Markets (US) LLC et Gestion de placements Manuvie Agriculture et terrains forestiers Inc. Vietnam : Manulife Investment Fund Management (Vietnam) Company Limited.

Manuvie, Gestion de placements Manuvie, le M stylisé, et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

551046

Keith A. Balter

Keith A. Balter, 

Conseiller principal, Initiatives stratégiques, Terrains forestiers et Agriculture

Gestion de placements Manuvie

Read bio
Jaspreet Aulakh

Jaspreet Aulakh, 

Économiste principale des ressources naturelles

Gestion de placements Manuvie

Read bio
Weiyi Zhang, Ph.D.

Weiyi Zhang, Ph.D., 

Économiste principal en agriculture

Read bio