Le désagrément d’un bon exemple

Peu de choses sont plus difficiles à supporter que le désagrément d’un bon exemple.

— Mark Twain

Tous les replis du marché ont été suivis d’une reprise, et cette fois-ci n’était pas différente des autres. Du sommet au creux atteint cette année, les indices S&P 500, S&P/TSX, Nasdaq et MSCI EAEO ont chuté d’environ 34 %, 37 %, 30 % et 34 %, respectivement. Dans notre Billet sur l’investissement intitulé De l’ampleur des marchés baissiers, publié début avril, nous nous sommes penchés sur les précédents marchés baissiers et nous avons regardé les rendements à un an, deux ans et trois ans après le recul de 10 %, 20 %, 30 %, 40 % et 50 % de l’indice S&P 500 par rapport à son sommet. Le tableau ci-dessous montre qu’il n’y a pas eu de réelles occasions d’achat (donnant lieu à des gains sur une période de un à deux ans) avant que les actions n’aient perdu 30 % ou plus par rapport à leur sommet. Au cours de la récente période, les rendements depuis le creux n’ont pas été différents. Les indices S&P 500, S&P/TSX, Nasdaq et MSCI EAEO avaient grimpé de respectivement 52 %, 46 %, 63 % et 41 %, de leur creux jusqu’au 15 septembre.

Ce tableau indique le rendement des actions (en %) pour les périodes de un, deux et trois ans suivant les sept dernières récessions majeures.

Ce qui est contrariant dans ce bon exemple, c’est que pendant le mois de mars, le comportement des épargnants a une fois de plus été motivé par l’émotion, ce qui a mené à de mauvaises décisions. Au sud de la frontière, les rachats des fonds communs et des FNB se sont montés à 326 milliards de dollars US, soit plus de trois fois le montant des rachats (104 milliards de dollars US) qui ont eu lieu en octobre 2008 pendant la grande crise financière. Le secteur canadien des fonds communs de placement a connu son pire mois, en dollars, ayant enregistré des rachats nets totalisant plus de 14,1 milliards de dollars.

Nous devons admettre que nous avions tort concernant la rapidité de la reprise. Dans notre Billet sur l’investissement intitulé De l’ampleur des marchés, nous mentionnions le temps qu’il a fallu aux épargnants pour retrouver leur capital investi, après que les actions eurent atteint leur creux, durant les précédents marchés baissiers, qu’ils soient causés ou non par une récession. Le graphique ci-dessous indique le nombre de jours médian et moyen qu’il a fallu à un épargnant pour récupérer ses pertes après avoir investi quand le marché avait baissé de 10 %, 20 %, 30 %, 40 % et 50 %. Par exemple, après un recul de 10 % par rapport au sommet, il a fallu en moyenne environ 730 jours de bourse pour récupérer sa mise dans le cadre d’un marché baissier accompagné d’une récession, contre 138 lors d’un marché baissier sans récession. Dans la mesure où il y a environ 250 jours de bourse dans une année, un placement acheté au terme de la baisse de 10 % initiale d’un marché baissier accompagné d’une récession ne rapporterait probablement rien avant près de trois ans.

Cette fois-ci, il y a une anomalie par rapport aux exemples précédents; il n’a fallu que 61 jours récupérer les pertes après une baisse de 10 % par rapport au sommet du 19 février, après le creux du 23 mars. Cela est attribuable au soutien budgétaire et monétaire sans précédent des gouvernements et des banques centrales. À la fin du mois de juillet, les banques centrales mondiales avaient réduit les taux d’intérêt 164 fois en 147 jours et s’étaient engagées à mettre en œuvre des mesures de relance totalisant 8 500 milliards de dollars US. Le soutien budgétaire à l’échelle mondiale a également été rapide et surprenant. Le soutien budgétaire direct s’est chiffré à 4 400 milliards de dollars US à l’échelle mondiale, et les prêts, les injections de capitaux, les garanties et les autres opérations du secteur public se sont chiffrés à 4 600 milliards de dollars US, selon le Fonds monétaire international. Encore une fois, il ne s’agit pas d’une récession normale, et la réponse sans précédent peut expliquer la vitesse de la reprise.

Le graphique indique le nombre de jours médian et moyen qu’il a fallu à un épargnant pour récupérer ses pertes après avoir investi quand le marché avait baissé de 10 %, 20 %, 30 %, 40 % et 50 %.

Et maintenant? Le recul des marchés boursiers ces dernières semaines ne devrait pas surprendre les épargnants. Nous ne savons pas encore si cela se traduira par une réelle correction; quoi qu’il en soit, les ingrédients sont là : une période de faiblesse saisonnière pour les actions, les valorisations (particulièrement dans le secteur des technologies – à titre d’exemple, vers la fin du mois d’août, la capitalisation boursière d’Apple était équivalente à celle l’ensemble de l’indice FTSE 100!) et les prochaines élections américaines qui risquent fort d’être contestées. Nous avons discuté de ces trois facteurs dans un récent billet sur l’investissement intitulé Les actions des technologies de l’information ne pouvaient pas poursuivre leur progression éternellement. La bonne nouvelle est que la probabilité d’une récession au cours de la prochaine année est faible, car les mesures de distanciation sociale, les masques et les progrès thérapeutiques dans la lutte contre la COVID-19 signifient que nous sommes mieux préparés à d’éventuelles éclosions et qu’il ne sera probablement pas nécessaire de fermer les économies, comme en février et en mars.

Au cours des 30 dernières années, il y a eu 25 corrections (reculs de 10 % par rapport au sommet) qui n’ont pas été causées par des récessions; le rendement sur la période de un an qui a suivi a été d’en moyenne 20 %. L’exemple le plus récent a été le dégagement survenu au quatrième trimestre de 2018. Le 29 octobre 2018, l’indice S&P 500 était en recul de 10 %, mais malgré une autre baisse de 10 %, un placement effectué le 29 octobre affichait un rendement de 15 % un an plus tard.

Peu de choses sont plus difficiles à supporter que le désagrément d’un bon exemple, à moins d’en tirer profit. Le bon exemple dans ce cas est qu’en l’absence d’une récession, les épargnants qui augmentent la pondération des actions ou qui investissent des liquidités sont souvent récompensés lorsque les marchés se redressent. Au cours des prochains mois, il sera important de faire fi des émotions lors de la prise de décision et de se concentrer sur les objectifs à long terme. Évitez de vendre des placements lorsque les marchés reculent pour profiter de la volatilité éventuelle des marchés.

Macan Nia, CFA
Stratège principal des placements

Philip Petursson, CIM
Stratège en chef des placements et chef, Recherche de placements, Marchés des capitaux

L’augmentation des taux d’intérêt entraîne généralement la diminution des cours obligataires. Plus la durée moyenne des obligations détenues dans un fonds est longue, plus le fonds risque d’être sensible aux fluctuations des taux d’intérêt. Le rendement d’un fonds fluctue en fonction de la variation des taux d’intérêt.

Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un fonds.

Les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de leur publication et elles pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les analyses et renseignements présentés dans le présent document aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation du présent document ou des renseignements et analyses qu’il contient. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements. Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document.

Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie limitée, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs. Le présent document a été préparé à titre indicatif seulement et ne constitue ni une offre ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, à acheter ou à vendre un titre, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie.

Manuvie, Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

Philip Petursson

Philip Petursson, 

Stratège en chef des placements et chef, Recherche de placements, Marchés des capitaux

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Kevin Headland

Kevin Headland, 

Stratège principal des placements

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Macan Nia

Macan Nia, 

Stratège principal des placements

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio