Fuyez le négativisme : Moment macroéconomique

Les prévisions de bénéfices commencent à s’assombrir, mais certains secteurs s’en sortent beaucoup mieux que d’autres. Nous nous penchons également sur la dépendance commerciale de l’Europe et sur l’incidence que pourrait avoir un ralentissement économique sur différents produits de base.

Les révisions à la baisse des bénéfices ne sont que le début

Les estimations consensuelles des bénéfices par action (BPA) prévisionnels pour l’indice S&P 500 ont probablement atteint un sommet le 6 juillet pour le cycle en cours et n’ont reculé que de 1,3 % depuis avoir atteint ce sommet. Dans un précédent Moment macroéconomique, nous expliquions que les bénéfices atteignent généralement un pic en moyenne à peine 42 jours avant le début officiel d’une récession et, si l’on considère les quatre dernières récessions, la perte maximale du BPA était de 28 %. Alors que les révisions du BPA sont à la baisse depuis plus de quatre mois, l’histoire suggère qu’il y a encore du chemin à parcourir.

Nous pensons que l’inflation gonfle les prévisions de bénéfices, les faisant apparaître artificiellement plus élevées. Cependant, certains secteurs en souffrent plus que d’autres : les communications, la consommation discrétionnaire et les matières premières ont connu les révisions à la baisse les plus marquées au cours des six derniers mois, ce qui coïncide avec d’actuelles forces macroéconomiques. Bon nombre des sociétés sous-jacentes du secteur des matières premières ont observé des révisions à la baisse dans des segments plus cycliques du secteur des produits de base, tels que les métaux de base, dont les perspectives sont remises en question en raison du ralentissement de la croissance. De même, Amazon, dont les titres sont surpondérés dans le secteur de la consommation discrétionnaire, a cité plusieurs difficultés macroéconomiques comme étant les principales raisons pour lesquelles sa dernière publication des résultats n’a pas fait consensus. À l’inverse, les principaux poids indiciels – soit les TI, les soins de santé et les services financiers – ont enregistré des baisses modestes, ce qui explique pourquoi les attentes relatives au niveau général de l’indice sont restées relativement élevées. Au cours du dernier mois, le secteur de l’immobilier s’est distingué en enregistrant les révisions négatives les plus marquées, ce qui s’explique par la révision à la hausse des prévisions de taux d’intérêt finaux. Cela exercera une pression sans équivoque sur les fiducies de placement immobilier. C’est sans surprise que nous constatons que l’énergie est le seul secteur ayant enregistré des révisions prévisionnelles positives à la fois sur un mois et sur six mois, compte tenu de l’offre extrêmement réduite.

Dans l’ensemble, les bénéfices du troisième trimestre ont confirmé le ralentissement que nombre de nos indicateurs avancés suggèrent, mais comme les bénéfices prévus ne cèdent qu’environ 1 % par rapport au pic, nous pensons que la plupart des catégories d’actions demeureront sous pression, car les prévisions de bénéfices continuent de baisser. 

La baisse des bénéfices a commencé

Révisions prévisionnelles du BPA

Tableau montrant les révisions des BPA à terme sur le dernier mois et sur 6 mois. Il montre que les matériaux, la consommation discrétionnaire et les communications ont les plus grandes révisions à la baisse sur 6 mois, tandis que l'énergie a les plus grandes révisions à la hausse.

Source : Bloomberg et Gestion de placements Manuvie, au 14 novembre 2022.

Dépendance commerciale de l’Europe 

Il est impossible de sous-estimer la dépendance commerciale de l’Allemagne. Le récent voyage effectué par le chancelier Olaf Scholz à Pékin a mis en lumière les relations commerciales de l’Allemagne avec la Chine à un moment où la dynamique politique est tendue et il est clair que la priorité a été accordée à des intérêts commerciaux et économiques à plus court terme.

Le message de la plus grande économie européenne et du principal exportateur d’Europe est plus conciliant que celui des États-Unis. En outre, un examen des balances commerciales de l’Allemagne avec la Chine au cours des deux dernières décennies explique pourquoi : l’Allemagne arrive en tête des exportations européennes d’automobiles, d’équipements industriels ainsi que de produits pharmaceutiques et chimiques. Si l’on exclut les Pays-Bas, la Chine est le premier partenaire commercial de l’Allemagne (devant même les États-Unis) et les échanges entre les deux pays sont en hausse. En dollars américains, les importations de l’Allemagne en provenance de Chine ont récemment dépassé la valeur de ce que l’Allemagne exporte vers la Chine, créant une balance commerciale négative pour la première fois en une décennie.

Alors que les tensions géopolitiques augmentent à l’échelle mondiale, la dynamique des échanges commerciaux européens est de plus en plus menacée. Dans le cas où une économie axée sur les exportations modifie la dynamique de ses échanges commerciaux, un choc stagflationiste est susceptible de persister. Les exportations de l’Union européenne exprimées en pourcentage du PIB ont augmenté, ce qui n’a pas été le cas pour l’économie de plusieurs autres pays développés, notamment le Canada, les États-Unis et le Japon. L’évolution de la dynamique des échanges commerciaux exercerait une pression à la baisse sur les exportations et, par conséquent, sur la croissance (à savoir la production industrielle et l’emploi) ainsi qu’une pression à la hausse sur l’inflation, car il coûterait de plus en plus cher de s’approvisionner en biens. Dans une perspective à plus long terme, les conditions commerciales sont susceptibles d’exercer une pression à la baisse sur l’euro.

Les exportations sont de plus en plus importantes pour le PIB européen

Exportations de biens et de services (en % du PIB)

Graphique linéaire du PIB en pourcentage des exportations pour l'UE, les États-Unis, le Canada et le Japon depuis 1970. Celui de l'UE a augmenté pour atteindre plus de 50 % au cours des dernières décennies, tandis que les autres ont diminué ou stagné.

Source : Banque mondiale, Macrobond et Gestion de placements Manuvie, au 14 novembre 2022. Les barres grises indiquent les récessions américaines.

Les produits de base ne se valent pas tous

Nous avons été optimistes quant aux sous-indices de l’énergie et de l’agriculture dans le secteur des produits de base tout au long de la pandémie et nos recherches récentes suggèrent que cette force pourrait persister malgré une détérioration du contexte macroéconomique. Nous avons effectué une régression avec les indices des directeurs d’achats dans le monde et divers produits de base. Les résultats sont sans équivoque : les métaux de base sont plus étroitement alignés sur l’activité économique que l’énergie, l’agriculture ou les métaux précieux. C’est logique, car la demande de métaux de base est de nature plus cyclique, ce qui explique leur piètre rendement cette année. En revanche, la demande de nombreux produits agricoles est relativement inélastique, et des études portant sur la demande de pétrole en période de récession montrent que la demande de brut tend à être légèrement résiliente pendant une récession.

L’offre, tant dans le secteur de l’agriculture que dans celui de l’énergie, est très limitée et les banques centrales n’ont pas la capacité d’y exercer un contrôle direct. Le rapport entre les terres arables et la consommation de protéines est en chute libre depuis des années, tandis que les changements climatiques et les phénomènes météorologiques extrêmes continueront de faire des ravages sur les cultures. Il est également évident que des années de sous-investissement dans des dépenses en immobilisations dans les énergies à la fois traditionnelles et à plus faible intensité carbonique ont conduit à un resserrement de l’offre de toutes les sources d’énergie. Si les produits de base dans les secteurs de l’agriculture et de l’énergie font partie des seuls actifs à rendement positif cette année, un profil de la demande moins cyclique et une offre très réduite nous confortent dans l’idée que ces actifs peuvent encore surclasser le marché à moyen terme. 

Les produits de base ne se valent pas tous

Corrélation entre certains produits de base et des indices mondiaux des directeurs d’achats

Diagramme à barres de la corrélation entre certaines matières premières et les indices PMI mondiaux. Le cuivre, le zinc, le platine et les autres métaux de base présentent la plus forte corrélation, tandis que les métaux précieux présentent la plus faible.

Source : Bloomberg, Macrobond et Gestion de placements Manuvie, au 14 novembre 2022. PMI désigne l’indice des directeurs d’achats (Purchasing Managers’ Index).

Renseignements importants

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée.

Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients actuels et potentiels de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni ses représentants (collectivement, « Gestion de placements Manuvie ») ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit.

Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion de placements Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses aux présentes aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation de ces renseignements ou analyses. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Gestion de placements Manuvie n’assume pas de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une approche de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement du portefeuille. Le nouveau coronavirus (COVID-19), par exemple, perturbe considérablement les activités commerciales à l’échelle mondiale. Les répercussions d’une crise sanitaire, ainsi que d’autres épidémies et pandémies susceptibles de survenir à l’avenir, pourraient avoir des conséquences sur l’économie mondiale qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques politiques, sociaux et économiques préexistants. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation. Il peut être distribué, s’il y a lieu, par Gestion de placements Manuvie et ses filiales et sociétés affiliées, qui comprennent la marque John Hancock Investment Management.

Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

2599554

Erica Camilleri

Erica Camilleri, 

Analyste de macroeconomie globale, équipe Solutions multiactifs

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio