Hausse des taux d’intérêt et l'immobilier : Moment macroéconomique

La politique agressive de la Banque du Canada (BdC) devrait inciter les propriétaires canadiens à être sur leurs gardes, car les hausses des taux d’intérêt grugeront probablement leur pouvoir d’achat. Nous expliquons également pourquoi les titres du secteur de l’énergie verte inscrivent une contre-performance cette année et pourquoi « stagflation » est un mot si effrayant.

Une polique agressive de la BdC pourrait causer des maux de tête aux propriétaires canadiens (et aux consommateurs)

La Banque du Canada est l’une des banques centrales les plus agressives des marchés développés, et bien que le secteur immobilier au pays soit exposé à des facteurs défavorables, nous pensons que la pression supplémentaire qu’entraîneront les hausses probables de taux de la BdC est sous-estimée.

Il est important de noter qu'environ 30 % des Canadiens détiennent une forme quelconque de prêt hypothécaire à taux variable, soit une proportion beaucoup plus élevée qu’aux États-Unis. De plus, les Canadiens sont plus endettés que leurs voisins du Sud, avec un ratio d’endettement d’environ 13,8 %, comparativement à 9,3 % pour les Américains. Les marchés s’attendant à des hausses de 50 points de base lors des réunions de juin et de juillet de la BdC (et des hausses additionnelles plus tard dans l’année), et compte tenu de la sensibilité des taux d’intérêt des niveaux d’endettement, nous entrevoyons des difficultés pour les consommateurs canadiens. Une augmentation importante des coûts hypothécaires diminuera le revenu disponible réel des ménages et finira par peser sur la demande des consommateurs. En effet, plus d’argent dépensé pour rembourser leurs prêts hypothécaires veut dire moins d’argent disponible pour l’achat de biens et de services. Nous avons toujours mis en garde contre la sous-estimation des consommateurs américains, mais leurs homologues canadiens n’ont pas la même résilience, et compte tenu de leur endettement, les perspectives semblent peu favorables pour les consommateurs canadiens alors que la BdC s’engage dans un cycle de resserrement très dynamique.

Pour jeter de l’huile sur le feu, les investissements résidentiels canadiens (en tant que part du PIB) affichant trois écarts-types supérieurs à la moyenne des 60 dernières années, il est évident que la croissance observée dans le secteur immobilier canadien n’est pas viable, ce qui signifie que le marché connaîtra probablement un rajustement et un ralentissement. Une baisse des ventes de logements nuira immédiatement à la composante du transfert des coûts du PIB, qui a été élevé en raison des volumes de vente importants. 

La hausse des taux d’intérêt est un obstacle pour les consommateurs canadiens

Ratio d’endettement des ménages, Canada par rapport aux États-Unis

Graphique linéaire montrant le service de la dette des ménages au Canada et aux États-Unis. Ce dernier a diminué à moins de 10 %, mais le premier est resté autour de 14 %.

Source : Statistique Canada, Réserve fédérale américaine, Macrobond et Gestion de placements Manuvie, au 4 mai 2022.

Les rendements des titres de l’énergie propre sont inférieurs depuis le début de l’année

Au moment d’écrire ces lignes, l’Indice mondial des énergies propres S&P avait reculé de 12,4 %, tandis que l’Indice mondial des énergies S&P avait progressé de 37,4 %. Le conflit entre la Russie et l’Ukraine a exposé les vulnérabilités des sources d’énergie mondiales, faisant grimper le prix du pétrole brut, du gaz naturel et du charbon. Par conséquent, les sociétés du secteur de l’énergie polluante – celles qui utilisent des combustibles fossiles et d’autres sources d’énergie qui ne sont pas respectueuses du climat – ont enregistré des rendements nettement supérieurs, même si elles vont à l’encontre du mouvement environnemental chez les investisseurs. Mais ce n’est pas tout, car d’autres facteurs contribuent à affaiblir la mouvance de l’énergie verte :

  • Les actions de longue durée ont dégagé un rendement inférieur par rapport aux indices régionaux élargis et aux actions de courte durée depuis le début de l’année. Étant donné que de nombreux titres verts sont de longue durée de par leur nature (p. ex., les actions des technologies propres), la forte hausse des rendements au cours des derniers mois nuit aux valorisations.
  • Les valorisations des titres d’énergie propre sont généreuses. À la fin de 2021, le ratio cours-bénéfice prévisionnel de l’indice S&P 500 était 22,7 x comparativement à 36,8 x pour l’Indice mondial des énergies propres S&P; au moment de la rédaction du présent document, les indices avaient reculé à 20,2 x et à 32,0 x respectivement. Bien que les deux indices aient connu de multiples contractions, cela a été particulièrement important pour les sources d’énergie traditionnelles, leurs bénéfices s’étant raffermis.
  • La politique des États-Unis ne peut plus être considérée comme un facteur favorbale pour les titres d’énergie propre. Les démocrates ont eu de la difficulté à faire adopter de nouveaux programmes de relance budgétaire, et les attentes à l’égard d'un programme Build Back Better se détériorent. Ceci est important parce que le programme comprenait initialement plus de 500 milliards de dollars américains de dépenses vertes, le plus important engagement environnemental du pays à ce jour. Comme il est fort probable que les républicains prennent le contrôle de la Chambre du Congrès lors des élections de mi-mandat cet automne, ces initiatives climatiques progressistes sont confrontées à d’autres obstacles.
L’énergie propre a inscrit une contre-performance par rapport à l’énergie traditionnelle depuis le début de l’année.

Rendement de l’énergie verte à l’échelle mondiale par rapport à l’énergie traditionnelle, recalculé au 31 décembre 2021 = 100

Graphique linéaire de la performance des actions mondiales d'énergie propre par rapport aux actions d'énergie traditionnelle. Les premières ont diminué de 12,4 % tandis que les secondes ont gagné 37,4 %.

Source : Bloomberg, Macrobond, Gestion de placements Manuvie, 10 mai 2022.

Pourquoi « stagflation » est un mot qui fait peur

Bien que l’inflation soit le sujet de l’heure ces jours-ci, les faits nouveaux concernant la croissance économique sont tout aussi importants pour la situation macroéconomique dans son ensemble. Notre cadre résume le contexte macroéconomique mondial selon quatre régimes potentiels :

  1. Boucles d’Or : accélération de la croissance, ralentissement de l’inflation
  2. Reflation : croissance et accélération de l’inflation
  3. Stagnation : croissance et ralentissement de l’inflation
  4. Stagflation : ralentissement de la croissance, accélération de l’inflation

« Stagflation » est un mot qui effraie les investisseurs, et le rendement des catégories d’actif dans différents régimes macroéconomiques montre pourquoi. Nous avons analysé le rendement des catégories d’actif selon chacun des régimes de notre cadre dans divers pays et régions. Il n’est peut-être pas étonnant que les résultats indiquent que la stagflation a historiquement été le pire régime macroéconomique possible pour les actifs risqués, tandis que les titres affichant des rendements supérieurs ont été les refuges traditionnels, soit les obligations du Trésor américain, les obligations à long terme américaines, les obligations gouvernementales chinoises et japonaises, le dollar américain, le renminbi chinois, et le yen japonais.

La bonne nouvelle, c’est qu’il y a toujours des occasions de placement, même dans des conditions macroéconomiques difficiles. Nous pensons que les économies les plus à l’abri du choc d’une croissance négative sont celles qui sont des exportateurs nets d’aliments et d’énergie, qui dépendent moins des capitaux étrangers et qui disposent encore d’une marge de manœuvre politique. Parallèlement, les économies les plus aptes à atténuer le choc d’offre négatif sont celles qui ont une pondération relativement plus faible pour les aliments et l’énergie dans leur indice des prix à la consommation et leurs paniers d’importations. En tenant compte de ces considérations, notre analyse indique que dans les économies de l’Asie-Pacifique que nous suivons, les rendements macroéconomiques supérieurs devraient être ceux de l’Australie, de l’Indonésie, de la Malaisie, de la Nouvelle-Zélande et du Vietnam.

Pourquoi « stagflation » est un mot qui fait peur

Rendements (écart par rapport à la moyenne selon différents régimes macroéconomiques)

Graphique en couleur montrant les rendements des actifs risqués au cours de 4 régimes dans différentes régions. La stagflation donne lieu aux pires rendements des actifs, tandis que Boucles d'or donne lieu aux meilleurs.

Source : Bloomberg. Gestion de placements Manuvie, au 31 décembre. 2021.

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée.

Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients actuels et potentiels de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni ses représentants (collectivement, « Gestion de placements Manuvie ») ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit.

Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion de placements Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses aux présentes aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation de ces renseignements ou analyses. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Gestion de placements Manuvie n’assume pas de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une approche de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement du portefeuille. Le nouveau coronavirus (COVID-19), par exemple, perturbe considérablement les activités commerciales à l’échelle mondiale. Les répercussions d’une crise sanitaire, ainsi que d’autres épidémies et pandémies susceptibles de survenir à l’avenir, pourraient avoir des conséquences sur l’économie mondiale qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques politiques, sociaux et économiques préexistants. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation. Il peut être distribué, s’il y a lieu, par Gestion de placements Manuvie et ses filiales et sociétés affiliées, qui comprennent la marque John Hancock Investment Management.

Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

2199178

Frances Donald

Frances Donald, 

Économiste en chef, Monde et stratège

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Erica Camilleri

Erica Camilleri , 

Analyste principale, Stratégie économique mondiale, équipe Solutions multiactifs

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio