Point de mire – mai 2022

Le monde n’est pas le même qu’il y a trois mois. L’optimisme prudent entourant la normalisation au deuxième semestre de l’année a depuis longtemps été assombri par la guerre. De surcroît, une nouvelle série de mesures de confinement en Chine en raison de la COVID-19 a mis à mal les chaînes logistiques de la planète entière. Que nous réserve donc l’avenir? Bien que plusieurs points d’interrogation subsistent, nous avons de plus en plus confiance dans les thèmes sous-jacents qui devraient continuer de dominer au cours des mois à venir.

Il y aura des changements de politique

À l’heure actuelle, les experts et les participants au marché tentent activement de se surpasser les uns les autres. Le marché des États-Unis a pris en compte près de 10 hausses de taux additionnelles dans les 12 prochains mois; celui du Canada n’est pas loin de cette marque. Bien que l’anticipation ne soit pas aussi intense en Europe et au Royaume-Uni, les six hausses de taux prises en compte dans cette région semblent très loin du statu quo qu’on prévoyait tout juste à la fin de l’année dernière1.

Nous pensons que les marchés commenceront à rajuster leurs attentes d’ici l’automne. Plus précisément, nous croyons que les signaux d’alarme lancés par la Banque d’Angleterre, qui a fait part de son inquiétude à l’égard des perspectives de croissance du Royaume-Uni, se répercuteront sur d’autres régions. Essentiellement, malgré l’absence de certitude quant aux prévisions d’inflation, il se pourrait qu’à un moment donné, cette préoccupation soit reléguée au second plan et que les décisions des banques centrales redeviennent fondées sur les craintes relatives à la croissance.

Selon nous, tout signe indiquant que l’inflation se rapproche d’un niveau acceptable servira de couverture pour éviter un atterrissage trop brutal.

Dans la plupart des régions du monde, l’un des thèmes susceptibles d’intéresser particulièrement les marchés et les banques centrales est celui de la confiance fragile des consommateurs qui a été ébranlée par l’érosion de leur pouvoir d’achat à la suite de la hausse des taux d’intérêt et des prix. Bien que l’emploi ne soit pas un sujet de préoccupation à ce stade-ci, la volatilité des marchés pourrait l’être. Les investisseurs doivent noter qu’il y a aussi des divergences régionales à prendre en considération. Aux États-Unis, le dépassement des stocks dans certains secteurs (en dépit des pénuries dans d’autres) pourrait accroître le sentiment général d’incertitude. Par ailleurs, au Canada, l’endettement des ménages et la flambée du marché immobilier mettront la Banque du Canada sur la corde raide, une séquence de relèvement des taux trop agressive risquant d’entraîner des conséquences majeures. La proximité de l’Europe avec l’Ukraine et sa dépendance à l’égard de l’énergie russe pourraient grandement perturber les prix et les activités de production, lesquelles étaient auparavant considérées comme un important moteur de la reprise post-pandémie. L’Allemagne semble particulièrement à risque sur cette question.

Composantes du rendement prévu des catégories d’actif sur cinq ans (%)
Graphique du rendement prévu des catégories d’actif sur cinq ans ($ US), au 28 avril 2022. Prévisions de l’équipe Répartition de l’actif concernant le rendement total sur cinq ans de diverses catégories d’actif : 2,6 % pour les actions américaines à grande capitalisation, 7,2 % pour les actions européennes, 9,4 % pour les actions des marchés émergents et 9,9 % pour les actions japonaises. Sur la période, l’équipe s’attend également à un rendement de 7,4 % pour les ressources naturelles mondiales, de 4,0 % pour les obligations américaines à rendement élevé et de 6,5 % pour les obligations des marchés émergents.

Source : Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie, 28 avril 2022. Pour obtenir plus de détails, veuillez vous reporter aux renseignements importants à la fin de la présente. L’acronyme « TIPS » désigne les titres du Trésor américain protégés contre l’inflation. L’acronyme « FPI » désigne les fiducies de placement immobilier.

Inflation : de la COVID-19 à la guerre

Comme nous l’avons déjà mentionné, le discours entourant l’inflation a évolué ces derniers mois. Si elle était au départ surtout imputée aux distorsions de la chaîne d’approvisionnement découlant de la pandémie, elle est aujourd’hui principalement alimentée par les répercussions du conflit entre la Russie et l’Ukraine. La première cause semblait sur le point de se résorber au cours du deuxième semestre de l’année, ce qui renforçait notre conviction que la Réserve fédérale américaine (Fed) et les autres banques centrales auraient la souplesse nécessaire pour ralentir confortablement leur rythme de resserrement. Malheureusement, la guerre a poussé les prix à la hausse. Ce qui est inquiétant, c’est que la production prédominante de la région touche des segments précis de la demande (alimentation et énergie) qui ne sont pas théoriquement considérés comme faisant partie de l’inflation fondamentale, mais qui se trouvent paradoxalement au cœur de la consommation et sont donc relativement inélastiques. Ainsi, comme une plus grande partie du revenu disponible des consommateurs est consacrée à la nourriture et à l’énergie, il restera moins d’argent pour les articles discrétionnaires. La hausse des taux d’intérêt vers laquelle nous nous dirigeons exacerbera presque certainement la situation et risque de freiner la croissance pendant la période d’ajustement.

Perspectives concernant
(6 à 12 mois)
Perspectives de l’équipe Répartition de l’actif concernant les actions au cours des 6 à 12 prochains mois, au 28 avril 2022. L’équipe surpondère modérément les actions canadiennes. Elle applique une pondération neutre aux actions européennes, japonaises et chinoises. Sur la même période, elle sous-pondère modérément les actions américaines et celles des marchés émergents. En ce qui concerne les titres à revenu fixe et les placements alternatifs, l’équipe sous-pondère modérément les obligations gouvernementales américaines, canadiennes et des pays développés. Cependant, ses perspectives sont modérément positives à l’égard des obligations des marchés émergents, des obligations américaines à rendement élevé, des obligations américaines de première qualité, des sociétés d’infrastructures cotées en bourse et des ressources naturelles mondiales. L’équipe est neutre à l’égard des fiducies de placement immobilier pour la période de 6 à 12 mois.
Perspectives stratégiques
(3 à 5 ans)
Sur une période de trois à cinq ans, l’équipe sous-pondère modérément les actions américaines, les obligations gouvernementales américaines et canadiennes, et les obligations des marchés développés. Sur cette période, ses perspectives sont neutres à l’égard des actions européennes, japonaises et chinoises, ainsi que des fiducies de placement immobilier. L’équipe est modérément optimiste quant aux actions canadiennes, aux actions des marchés émergents, aux obligations des marchés émergents, aux obligations américaines à rendement élevé, aux obligations américaines de première qualité, aux ressources naturelles mondiales et aux sociétés d’infrastructures cotées en bourse. Sur une période de trois à cinq ans, l’équipe est neutre en ce qui concerne les fiducies de placement immobilier.
Source : Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie, au 28 avril 2022. Pour obtenir plus de détails, veuillez vous reporter aux remarques importantes à la fin de la présente.

    Actions

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs sous-pondère modérément les actions américaines à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Ces derniers mois, la confiance des investisseurs s’est dégradée dans la foulée de la montée en flèche de l’incertitude et de la volatilité, et les actions américaines n’ont pas été épargnées. Les partisans de cette catégorie d’actif ont raison de noter que les valorisations se sont contractées au point où elles sont presque redescendues au niveau des moyennes historiques et que les États-Unis demeurent le marché développé affichant le profil de croissance le plus intéressant. Malgré tout, nous croyons que les craintes suscitées par un ralentissement au deuxième semestre et le resserrement des conditions financières justifient une stratégie plus prudente se rapprochant d’une position neutre ou d’une sous-pondération du point de vue tactique. Sur le plan structurel, les États-Unis ont le profil économique à long terme le plus sain des pays développés; cependant, les valorisations relatives et la dépréciation prévue du billet vert (surtout par rapport aux autres principales devises de marchés développés) continuent de peser sur le rendement de la catégorie d’actif.

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs surpondère modérément les actions canadiennes à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

L’exposition du marché boursier canadien aux produits de base, dont les prix sont nettement plus élevés qu’il y a six mois, offre un potentiel de hausse intéressant, ce qui en fait une catégorie d’actif engageante à court terme. Malgré un profil de croissance à long terme plus modeste que celui des actions américaines, nous continuons de trouver les actions canadiennes attrayantes en raison de leur profil de dividendes et des valorisations raisonnables. Par ailleurs, l’appréciation du dollar canadien est susceptible de soutenir la catégorie d’actif à brève et à longue échéance.

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs applique une pondération neutre aux actions européennes à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

La trajectoire des actions européennes reste voilée par le brouillard de la guerre. Les valorisations demeurent attrayantes comparativement à celles des actions américaines. En effet, les risques liés aux perturbations découlant directement du conflit et les effets secondaires de ces dynamiques justifient pleinement l’escompte. À moyen terme, nous nous attendons à ce que toute réduction importante du risque géopolitique, le redémarrage de la reprise post-pandémie et le soutien budgétaire continu entraînent une période de surperformance. Quoi qu’il en soit, rien ne prouve que cela se produira bientôt. À long terme, la catégorie d’actif présente un profil de dividendes intéressant, et la plus-value de l’euro rehausserait son attrait. Cependant, la faiblesse du profil de croissance structurelle de la région fait toujours contrepoids à ces facteurs favorables, ce qui justifie une pondération neutre.

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs sous-pondère modérément les actions des marchés émergents à court terme, mais les surpondère modérément pour les trois à cinq prochaines années.

Cette catégorie d’actif dépend du secteur manufacturier et de l’impulsion du commerce mondial, qui reste entravé par la perturbation des chaînes d’approvisionnement. Parallèlement, l’incertitude économique persistante en Chine, qui représente une grande partie des actions des marchés émergents, est également préoccupante, tout comme les problèmes politiques au Brésil. Tout bien considéré, nous croyons qu’une position neutre à court terme est justifiée. Cependant, des signes d’amélioration de la dynamique des chaînes d’approvisionnement et de stabilisation de la croissance mondiale pourraient considérablement rehausser les perspectives des actions des marchés émergents, surtout compte tenu des valorisations actuelles. Nous continuons de croire que les actions des marchés émergents demeurent attrayantes d’un point de vue stratégique. Les valorisations restent faibles, et les profils de croissance et de dividendes de la catégorie d’actif sur une période de cinq ans sont attrayants. La faiblesse structurelle du dollar américain pourrait avoir une incidence positive modeste sur cette catégorie d’actif.

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs applique une pondération neutre aux actions japonaises à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

En théorie, les actions japonaises devraient offrir une occasion intéressante aux investisseurs. Toute stabilisation de la croissance mondiale, l’importante dépréciation du yen depuis le début de l’année et le maintien de mesures de relance monétaire et budgétaire musclées pourraient faire grimper cette catégorie d’actif. Nous croyons que les investisseurs devraient être à l’affût de toute preuve que les critères susmentionnés commencent à stimuler le rendement. Plusieurs facteurs structurels sont favorables aux actions japonaises : la faiblesse des valorisations, une possible appréciation du yen, l’amélioration continue de la gouvernance d’entreprise et de généreux programmes de rachat d’actions. Malheureusement, ces facteurs sont contrebalancés par le profil de croissance anémique du Japon. Sur une période de trois à cinq ans, les perspectives de cette catégorie d’actif sont, selon nous, neutres quoique légèrement positives.

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs applique une pondération neutre aux actions chinoises à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Les actions chinoises ont dégagé un rendement décevant au cours des derniers mois en raison de la détérioration des perspectives de croissance. À notre avis, tout signe que Beijing entend prendre du recul par rapport aux réformes susceptibles de miner la confiance des investisseurs, un relâchement de la politique zéro COVID-19 en vigueur, une indication que la vague actuelle d’infections est en train de s’essouffler ou une nouvelle accélération du cycle des stocks mondiaux pourraient entraîner une période de surperformance. Nous soutenons depuis longtemps que la croissance en Chine devra ralentir pour que l’économie du pays puisse passer d’un modèle axé sur la croissance industrielle à un modèle misant sur la croissance de la consommation. Nous prévoyons par ailleurs que le renminbi se dépréciera légèrement au cours des trois à cinq prochaines années. Par conséquent, nous restons neutres à l’égard de la catégorie d’actif.

    Titres à revenu fixe

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs sous-pondère modérément les obligations gouvernementales américaines à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

L’inflation galopante et le plein emploi ont incité la Fed à faire volte-face quant à sa politique monétaire au cours des derniers mois, ce qui justifie pleinement la sous-pondération des titres à revenu fixe américains. Cela dit, nous croyons que les hausses de taux anticipées par le marché sont exagérées, surtout dans un contexte caractérisé par (comme nous nous y attendons) un ralentissement de la croissance et une certaine modération de l’inflation et susceptible de pousser la Fed à adopter une approche plus conciliante au deuxième semestre de l’année. Étant donné que la catégorie d’actif vient de connaître une période de contre-performance historique, nous pourrions observer un redressement temporaire dans les prochains mois, ce qui légitimerait une sous-pondération moins marquée que celle antérieurement préconisée à court terme. À long terme, même si la balance des risques tend vers l’équilibre, nous restons d’avis que cette catégorie d’actif présente un profil de rendement faible, particulièrement en comparaison avec d’autres catégories d’actif productives de revenus, comme les titres de créance.

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs sous-pondère modérément les obligations gouvernementales canadiennes à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Comme pour la Fed, nous pensons que la Banque du Canada met en œuvre une politique de resserrement trop agressive, d’autant plus que sa quête d’équilibre est probablement plus délicate, car elle doit tenir compte du fort endettement des ménages et des préoccupations de longue date concernant l’immobilier résidentiel au pays. Nos perspectives quant aux obligations gouvernementales canadiennes sont semblables à celles concernant les obligations du Trésor américain. Le rendement négatif de la catégorie d’actif au cours des derniers mois et les attentes selon lesquelles la Banque du Canada pourrait se montrer plus conciliante au deuxième semestre justifient une sous-pondération plus faible qu’autrement à court terme. À long terme, les mêmes arguments que ceux évoqués pour les titres à revenu fixe américains s’appliquent, à une exception près. L’appréciation du dollar canadien, qui devrait selon nous se produire d’un point de vue structurel, se traduira par un profil de rendement légèrement plus intéressant (par rapport aux obligations du Trésor américain) pour la dette publique et les titres de créance du Canada.

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs sous-pondère modérément les obligations des marchés développés à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Bien que la Banque centrale européenne ait récemment durci le ton, nous nous attendons à ce que les taux d’intérêt européens et japonais restent inférieurs à ceux des États-Unis. Un retour progressif à la normale poussera inévitablement les taux à la hausse en Europe et au Japon, surtout dans le segment à long terme, ce qui entraînera probablement des difficultés sur les marchés obligataires de ces deux régions. Essentiellement, après un rajustement en fonction du taux de change, les titres à revenu fixe japonais nous semblent légèrement plus attrayants que les titres à revenu fixe européens. Par ailleurs, nous croyons que l’orientation monétaire du Royaume-Uni laissera présager celle d’autres grandes banques centrales. La Banque d’Angleterre a déjà exprimé ses inquiétudes au sujet du ralentissement de la croissance, signalant que même si elle n’a pas encore terminé son resserrement, elle pourrait du moins le modérer.

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs surpondère modérément les obligations des marchés émergents à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

La surpondération structurelle des obligations des marchés émergents demeure l’une de nos plus fortes convictions. À long terme, nous pensons que les rendements totaux de la catégorie d’actif pourraient figurer parmi les plus attrayants, grâce au niveau relativement élevé de rendement en revenu attendu qu’elle offre. Nos attentes relatives à l’affaiblissement du dollar américain ($ US) sur cinq ans constituent également un facteur contributif. À court terme, nous estimons que la catégorie d’actif présente toujours un profil de rendement attrayant. Cela dit, les rendements pourraient être affectés par la vigueur du billet vert, les perturbations continues liées à COVID-19 et l’incidence globale de ces dernières sur la croissance mondiale à brève échéance.

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs surpondère modérément les obligations américaines à rendement élevé à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Nous restons optimistes à l’égard des obligations américaines à rendement élevé, principalement en raison des occasions de portage offertes par la catégorie d’actif. Les écarts de taux par rapport aux obligations du Trésor américain se sont quelque peu élargis, et nous sommes préoccupés par les perspectives de certains secteurs dans l’éventualité où l’économie stagnerait. Toujours est-il que nous nous attendons à ce que les écarts de taux se resserrent si les craintes entourant les politiques (de même que les niveaux d’inflation) s’atténuent au deuxième semestre de l’année, comme nous le prévoyons, ce qui donnerait lieu à une hausse progressive.

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs surpondère modérément les obligations américaines de première qualité à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Selon nous, les résultats positifs de la catégorie d’actif restent attrayants. De surcroît, si l’inflation ralentit et que la Fed change de cap comme prévu, cette catégorie d’actif pourrait bénéficier de la même dynamique que les obligations gouvernementales à plus court terme. Bien que nous pensions que les obligations américaines à rendement élevé présentent un profil de rendement plus attrayant que les obligations de première qualité, il convient de noter que ces dernières peuvent être utilisées comme un outil permettant aux investisseurs d’accroître la durée de leur portefeuille. Selon nous, les titres de créance de qualité supérieure peuvent représenter une solution de rechange intéressante pour les investisseurs cherchant à se protéger contre la volatilité actuelle des marchés.

    Actifs non traditionnels/réels

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs applique une pondération neutre aux fiducies de placement immobilier américaines à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Aux États-Unis, les fiducies de placement immobilier continuent de produire un rendement supérieur à celui des titres à revenu fixe et d’offrir des avantages engageants sur le plan de la diversification, ce qui est intéressant dans un contexte inflationniste. À court terme, nous nous attendons à ce que les disparités entre les sous-secteurs (comme nous l’avons mentionné précédemment) persistent. En effet, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement freinent la construction, ce qui déséquilibre l’offre et la demande (et fait monter les prix), particulièrement dans le segment résidentiel et celui des laboratoires et des sciences de la vie. Du côté des immeubles de bureaux, les difficultés perdurent, alors que les entreprises américaines s’adaptent à un nouveau modèle de travail flexible à l’ère post-pandémie. C’est pourquoi nous appliquons une pondération neutre à court et à long terme.

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs surpondère modérément les ressources naturelles mondiales à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Comme les prix du pétrole se sont élevés à des sommets qui n’ont été atteints que deux fois au cours des 50 dernières années et que les prix du gaz ont également grimpé en flèche, la composante énergétique des ressources naturelles mondiales a connu un essor fulgurant. Selon nous, la récente fluctuation des prix est tout à fait normale (dans un contexte de tendance haussière) et ne modifie pas notre point de vue à court terme. Nous reconnaissons que les prix élevés de l’énergie, conjugués à la hausse des taux d’intérêt, finiront par faire mal aux consommateurs et entraîner une baisse de la demande. Cependant, nous ne voyons pas encore de signes voulant que cela se concrétise à l’approche de la saison des grands déplacements automobiles dans un contexte d’offre limitée.

Dans le secteur des métaux, même si l’or a baissé par rapport à ses sommets de la fin de mars, nous restons optimistes quant à sa trajectoire à moyen terme. En effet, dans un environnement marqué par les pressions inflationnistes et la grande volatilité des marchés, le métal précieux peut offrir une protection contre la hausse des prix et des avantages liés à la diversification. Nous trouvons également d’autres sphères des ressources naturelles tout aussi intéressantes. Les conflits géopolitiques et les sanctions qui en ont découlé, par exemple, ont considérablement réduit l’offre mondiale de produits chimiques, surtout d’engrais, ce qui a propulsé les prix. Or, aucun ralentissement n’est en vue.

En date du 28 avril 2022, l’équipe Solutions multiactifs surpondère modérément les sociétés d’infrastructures cotées en bourse à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Les sociétés d’infrastructures cotées en bourse sont devenues une catégorie d’actif de plus en plus intéressante qui, selon nous, mérite qu’on s’y attarde du point de vue de la répartition stratégique de l’actif. À notre sens, elle constitue une bonne solution de rechange dans un contexte de faiblesse des taux de rendement. De plus, l’amélioration des infrastructures est une stratégie commune aux gouvernements du monde entier, ce qui devrait favoriser les rendements pour les années à venir.

   Tableau des rendements attendus

Actions des marchés développés : prévisions sur cinq ans (%)

 

Grande cap. améri-caines

Moyenne cap. américaines

Petite cap. américaines

Grande cap. canadiennes

Petite cap. canadiennes

Grande cap. EAEO

Petite cap. EAEO

Grande cap. mondiales

Europe

Japon

Rendement en revenu

1,3

1,2

1,2

2,5

1,7

2,9

2,5

1,8

2,9

2,3

PIB nominal/
croissance

5,9

6,5

6,5

4,9

5,5

4,2

4,6

5,4

3,6

5,9

Valorisation

-4,4

-0,6

-0,2

-1,1

-0,4

-0,7

-0,1

-3,3

-1,0

0,3

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ US)

0,9

0,9

1,6

1,5

0,5

1,6

1,4

Rendement total ($ US)

2,6

7,1

7,5

7,3

7,8

8,1

8,6

4,3

7,2

9,9

 

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ CA)

-0,9

-0,9

-0,9

0,7

0,6

-0,4

0,7

0,5

Rendement total ($ CA)

1,7

6,1

6,5

6,3

6,8

7,1

7,6

3,4

6,2

8,9

Source : Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie, au 28 avril 2022. L’acronyme « EAEO » fait référence à l’Europe, à l’Australasie et à l’Extrême-Orient. Pour obtenir plus de détails, veuillez vous reporter aux renseignements importants à la fin de la présente.

Actions des marchés émergents et asiatiques : prévisions sur cinq ans (%)

 

Marchés émergents

Pays émergents d’Am. latine

Pays émergents de l’EMOA

Pays émergents d’Asie

Inde

Chine

Hong Kong

Taïwan

Corée du Sud

Singapour

Rendement en revenu

2,4

3,8

3,3

2,1

1,1

2,2

3,0

2,6

2,1

2,9

PIB nominal/croissance

7,3

5,6

6,0

7,7

9,4

6,7

5,4

8,5

8,4

4,5

Valorisation

-0,6

1,0

1,5

-0,9

-3,0

0,1

0,8

-2,3

0,3

-1,9

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ US)

0,3

-0,1

-1,5

0,5

0,5

0,0

0,7

1,6

2,1

Rendement total ($ US)

9,4

10,4

9,2

9,5

7,8

9,0

9,3

9,4

12,7

7,7

 

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ CA)

-0,6

-1,0

-2,4

-0,4

-0,4

-0,9

-0,9

-0,2

0,7

1,2

Rendement total ($ CA)

8,4

9,4

8,2

8,5

6,8

8,0

8,3

8,4

11,7

6,7

Source : Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie, au 28 avril 2022. L’acronyme « EMOA » désigne l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Pour obtenir plus de détails, veuillez vous reporter aux renseignements importants à la fin de la présente.

Titres à revenu fixe : prévisions sur cinq ans (%)

 

Obligations américaines de première qualité

Obligations canadiennes de première qualité

Obligations américaines à rendement élevé

Prêts à effet de levier américains

TIPS
(É.-U.)

Obligations des marchés émergents

Obligations asiatiques de première qualité

Obligations gouvernementales mondiales

Rendement en revenu

3,6

3,4

7,2

6,2

0,3

6,5

4,1

1,8

Rendement lié au cours

-1,0

-0,4

-3,1

-2,6

0,3

-0,2

-0,5

-0,6

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ US)

0,9

0.2

0.9

1.1

Rendement total ($ US

2,6

3,9

4,0

3,6

0,6

6,5

4,5

2,3

 

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ CA)

-0,9

-0,9

-0,9

-0,9

-0,7

-0,1

0,2

Rendement total ($ CA)

1,7

2,9

3,1

2,7

-0,3

5,5

3,5

1,3

Source : Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie, au 28 avril 2022. L’acronyme « TIPS » désigne les titres du Trésor américain protégés contre l’inflation. Pour obtenir plus de détails, veuillez vous reporter aux renseignements importants à la fin de la présente.

Actifs non traditionnels/réels : prévisions sur cinq ans (%)

 

FPI américaines

Actions de ressources naturelles mondiales

Sociétés d’infrastructures mondiales cotées en bourse

 

Rendement en revenu

2,9

3,4

3,5

 

PIB nominal/croissance

2,4

4,6

4,3

 

Valorisation

-2,1

-1,0

-0,5

 

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ US)

--

0,4

0,5

 

Rendement total ($ US)

3,1

7,4

7,8

 

 

 

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ CA)

-0,9

-0,5

-0,4

 

Rendement total ($ CA)

2,2

6,4

6,8

 
Source : Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie, au 28 avril 2022. L’acronyme « FPI » désigne les fiducies de placement immobilier. Pour obtenir plus de détails, veuillez vous reporter aux renseignements importants à la fin de la présente.

1 Bloomberg, au 9 mai 2022.

Renseignements importants

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée.

Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients actuels et potentiels de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni ses représentants (collectivement, « Gestion de placements Manuvie ») ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit.

Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion de placements Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses aux présentes aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation de ces renseignements ou analyses. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Gestion de placements Manuvie n’assume pas de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une approche de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement du portefeuille. Le nouveau coronavirus (COVID-19), par exemple, perturbe considérablement les activités commerciales à l’échelle mondiale. Les répercussions d’une crise sanitaire, ainsi que d’autres épidémies et pandémies susceptibles de survenir à l’avenir, pourraient avoir des conséquences sur l’économie mondiale qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques politiques, sociaux et économiques préexistants. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation. Il peut être distribué, s’il y a lieu, par Gestion de placements Manuvie et ses filiales et sociétés affiliées, qui comprennent la marque John Hancock Investment Management.

Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

2217194

James Robertson, GPC

James Robertson, GPC, 

Gestionnaire de portefeuille principal et chef, Répartition de l’actif, Canada et chef mondial, Répartition tactique de l’actif, Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Alex Grassino

Alex Grassino, 

Chef, Stratégie macroéconomique, Amérique du Nord, équipe Solutions multiactifs

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Nathan W. Thooft, CFA

Nathan W. Thooft, CFA, 

Chef des placements, gestionnaire de portefeuille principal, Équipe Solutions multiactifs et chef mondial, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Robert E. Sykes, CFA

Robert E. Sykes, CFA, 

Gestionnaire de portefeuille principal et chef, Répartition de l’actif, États-Unis, Équipe Solutions multiactifs

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Luke Browne

Luke Browne, 

Chef, Répartition de l’actif, Asie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Geoffrey Kelley, CFA

Geoffrey Kelley, CFA, 

Gestionnaire de portefeuille principal et chef mondial, Répartition stratégique de l’actif, Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Benjamin W. Forssell, CFA

Benjamin W. Forssell, CFA, 

Gestionnaire de portefeuilles clients, Équipe de portefeuilles multiactifs mondiaux

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio