Thèmes macroéconomiques et perspectives du marché – novembre 2021

L’optimisme ressenti au printemps et à l’été concernant la réouverture s’est estompé. Il a laissé place à des questions concernant ce qui se passera au cours des prochains trimestres puisque les meilleurs scénarios des décideurs et des prévisionnistes ne se sont pas concrétisés : les distorsions causées par la pandémie ont persisté plus longtemps que prévu, amenant l’incertitude dans plusieurs domaines clés, de la production à l’inflation en passant par la dynamique du marché du travail.

Combien de temps ces perturbations dureront-elles?

Au cœur du problème réside l’incertitude quant à la durée de ces perturbations, sous toutes leurs formes. L’émergence d’Omicron, le nouveau variant du coronavirus, a créé encore plus d’incertitude dans le contexte macroéconomique, mais il est trop tôt pour avoir une idée claire de son incidence sur la croissance.

Du côté de l’emploi, la fin d’importantes prestations de chômage en Amérique du Nord pourrait fournir quelques réponses sur la pénurie d’emplois au cours des prochains trimestres. Les blocages portuaires et les politiques restrictives dans certains pays rendent la normalisation des chaînes d’approvisionnement – et, par extension, des prix – plus difficile à cerner. Il est clair que la durée de ces perturbations aura une incidence importante sur les prévisions : plus le retour à la normale est rapide, plus les perspectives à moyen terme sont favorables; à l’inverse, plus ces problèmes persistent, plus il est probable que la croissance en souffrira pendant une longue période.

À long terme, nous continuons de penser que la croissance sera probablement modeste et que les politiques monétaires se normaliseront. Ce retour prévu à la stabilité et la hausse des taux d’intérêt restent généralement favorables aux actifs risqués, les obligations gouvernementales offrant le profil de rendement le moins intéressant.    

Composantes du rendement prévu des catégories d’actif sur cinq ans (%)

Graphique du rendement prévu des catégories d’actif sur cinq ans ($ US), octobre 2021. Prévisions de l’équipe Répartition de l’actif concernant le rendement total sur cinq ans de diverses catégories d’actif : 2,2 % pour les actions américaines à grande capitalisation, 6,3 % pour les actions européennes, 9,0 % pour les actions des marchés émergents et 7,6 % pour les actions japonaises. Sur la période, l’équipe s’attend également à un rendement de 9,2 % pour les ressources naturelles mondiales, de 2,3 % pour les obligations américaines à rendement élevé et de 4,7 % pour les obligations des marchés émergents.

Source: Équipe Répartition de l’actif de Gestion de placements Manuvie, octobre 2021. Veuillez consulter la dernière page pour de plus amples renseignements.

D’importantes distorsions persistent

La perturbation des chaînes d’approvisionnement est plus grave que prévu à ce stade, ce qui crée une pénurie persistante de l’offre dans tous les secteurs, des voitures à la main-d’œuvre. Par extension, les pressions inflationnistes, au départ jugées temporaires, se révèlent plus persistantes que prévu dans la plupart des scénarios de base, y compris le nôtre. Cependant, les perspectives concernant la politique monétaire sont probablement limitées : il est peu probable que le resserrement de la politique monétaire ait une incidence sur l’inflation attribuable à la dynamique de l’offre, comme la pénurie de puces électroniques ou les pressions supplémentaires exercées sur les prix de l’énergie (p. ex., en raison des sécheresses). Cela dit, la pénurie de l’offre dans certaines régions pourrait commencer à peser sur la croissance.

Lorsque ces distorsions n’existeront plus, les perspectives à moyen terme seront optimistes.

Au-delà de l’incertitude actuelle, nous nous attendons à ce qu’un paradigme économique semblable à celui que nous avons connu avant la pandémie réapparaisse, ce qui se traduira par une croissance modeste et stable sur une longue période, mais avec un profil d’inflation légèrement plus élevé. Dans un contexte de resserrement monétaire généralisé, mais graduel, les actifs risqués devraient dégager les meilleurs rendements. Malheureusement, l’apparition de cette tendance semble avoir été repoussée d’un trimestre ou deux, car la hausse des prix et les pénuries causées par la perturbation des chaînes d’approvisionnement se révèlent plus persistantes que prévu.

Les principales banques centrales ont amorcé la normalisation

Au printemps, les banques centrales se demandaient quand débuter la normalisation. Désormais, la réduction du rythme de l’assouplissement quantitatif n’est plus la préoccupation de plusieurs grandes banques centrales, et l’attention s’est résolument tournée vers le moment où commencera le resserrement plus conventionnel de la politique (hausse des taux d’intérêt). Les marchés s’attendent à ce que la Réserve fédérale des États-Unis (Fed) et la Banque du Canada amorcent leur cycle de resserrement vers le milieu de 2022. La Banque d’Angleterre pourrait commencer le resserrement de sa politique avant la fin de l’année, et la Banque centrale européenne prendra probablement plus longtemps. De son côté, la Banque du Japon ne laisse pas entrevoir de retrait notable des mesures d’assouplissement.

Cependant, les choses pourraient changer. Premièrement, si les perturbations macroéconomiques mentionnées plus haut persistent, un profil de croissance plus faible au premier semestre de 2022 pourrait convaincre les banques centrales de prendre une orientation plus conciliante; par contre, tout repli rapide de l’inflation pourrait de manière similaire atténuer les pressions qui poussent les banques centrales à normaliser. Deuxièmement, la récente annonce de la reconduction du mandat du président de la Fed, Jerome Powell, procure une certaine stabilité; cependant, il y a encore trois postes de direction à pourvoir à la Fed, et les personnes choisies pourraient avoir une influence sur la politique de celle-ci au cours des prochaines années.

La recherche de rendement sera plus importante que jamais

Même si nous pensons que les taux d’intérêt augmenteront progressivement, ils devraient rester proches de leurs creux historiques et ne devraient pas dépasser leur niveau d’avant la pandémie au cours des prochaines années. Étant donné que le rendement prévu des obligations est négligeable, en particulier en ce qui concerne les obligations gouvernementales mondiales, les catégories d’actif susceptibles d’offrir un rendement supplémentaire devraient continuer d’avoir la faveur des investisseurs. Cela est particulièrement vrai pour les catégories d’actif qui peuvent aussi offrir des avantages en matière de diversification. Ces perspectives soutiennent certaines de nos convictions les plus fermes, comme notre décision de surpondérer les obligations de marchés émergents. Elles expliquent également pourquoi nous avons revu à la hausse nos perspectives à l’égard de certains placements alternatifs, comme les ressources naturelles mondiales.

Perspectives concernant
(6 à 12 mois)
Perspectives de l’équipe Répartition de l’actif concernant les actions au cours des 6 à 12 prochains mois, au 10 mai 2021. L’équipe surpondère modérément les actions américaines et canadiennes et opte pour une pondération neutre des actions européennes, japonaises, chinoises et des marchés émergents. Sur la même période, elle sous-pondère modérément les obligations gouvernementales des États-Unis, du Canada et des pays développés. Cependant, ses perspectives sont modérément positives à l’égard des obligations américaines à rendement élevé, des obligations américaines de première qualité, des fiducies de placement immobilier et des ressources naturelles mondiales.
Perspectives stratégiques
(3 à 5 ans)
Sur une période de trois à cinq ans, l’équipe sous-pondère modérément les actions américaines, les obligations gouvernementales américaines et canadiennes, et les obligations des marchés développés. Sur cette période, ses perspectives sont neutres à l’égard des actions européennes, japonaises, chinoises, des fiducies de placement immobilier et des ressources naturelles mondiales. L’équipe est modérément optimiste à l’égard des actions canadiennes, des actions des marchés émergents, des obligations américaines à rendement élevé et des obligations américaines de première qualité. Les obligations des marchés émergents sont les titres pour lesquels elle est le plus optimiste.

Source: Équipe Répartition de l’actif de Gestion de placements Manuvie, octobre 2021. Veuillez consulter la dernière page pour de plus amples renseignements.

Titres à revenu fixe

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif à l’égard des obligations gouvernementales américaines étaient modérément baissières à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

La réduction de l’assouplissement quantitatif prévu par la Fed et les signes indiquant que les taux pourraient augmenter plus tôt que prévu, au début de l’été, ont été intégrés par les investisseurs. Selon nous, les taux d’intérêt continueront de légèrement augmenter, alors que l’économie mondiale retrouve une certaine stabilité et que les banques centrales poursuivent leur normalisation. À notre avis, la récente hausse des taux d’intérêt à la suite du changement de ton de la Fed a équilibré les risques : le redressement des obligations est une possibilité si la Fed revient sur certaines de ses prévisions, en réaction à la détérioration de la croissance et de l’emploi ou à une modération de l’inflation. Dans l’ensemble, compte tenu de la faiblesse du profil de rendement de la catégorie d’actif et du fait que les révisions pourraient être légèrement à la hausse (pour les taux), nous conservons une faible sous-pondération de ces titres. À long terme, nous pensons que les taux continueront d’augmenter légèrement, la Fed poursuivant le resserrement de sa politique monétaire, ce qui justifie la sous-pondération de la catégorie d’actif.

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif à l’égard des obligations gouvernementales canadiennes étaient modérément baissières à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

La politique de la Banque du Canada a considérablement changé au cours des six derniers mois : bien que la réduction des mesures d’assouplissement quantitatif ait commencé au printemps, les attentes de la banque centrale quant à la disparition de la capacité de production excédentaire au Canada vers le milieu de 2022 suggèrent fortement que la première hausse du taux directeur devrait survenir à ce moment-là. Nous croyons que la Banque du Canada est confrontée à un exercice d’équilibre plus délicat que la Fed : l’endettement élevé des secteurs public et privé au Canada suggère que le resserrement de la politique monétaire sera plus lent. Selon nous, si le dollar canadien devait se raffermir par rapport au dollar américain, conformément à nos prévisions à long terme, les obligations canadiennes seraient légèrement plus attrayantes que les obligations américaines. Les obligations de sociétés canadiennes pourraient offrir un rendement total légèrement supérieur à celui des obligations de sociétés américaines pour les mêmes raisons.

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif à l’égard des obligations des marchés développés étaient modérément baissières à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Nous nous attendons à ce que les taux d’intérêt européens et japonais demeurent inférieurs aux taux d’intérêt américains, principalement parce que la normalisation sera plus longue et que la croissance et l’inflation sont plus faibles. Un retour progressif à la normale poussera inévitablement les taux à la hausse en Europe et au Japon, surtout dans le segment à long terme, ce qui entraînera probablement des difficultés sur leurs marchés obligataires respectifs. Essentiellement, après un rajustement en fonction du taux de change, les titres à revenu fixe japonais nous semblent légèrement plus attrayants que les titres à revenu fixe européens. Par ailleurs, nous nous attendons à ce que les décisions de politique monétaire au Royaume-Uni ressemblent davantage à celles prises en Amérique du Nord qu’à celles de l’Europe.

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif à l’égard des obligations des marchés émergents étaient modérément positives à court terme et optimistes pour les trois à cinq prochaines années.

La surpondération des obligations des marchés émergents demeure l’une de nos plus fortes convictions. Nous pensons que les obligations des marchés émergents généreront des rendements totaux parmi les meilleurs à court et à long terme, grâce aux rendements en revenu prévus relativement élevés de cette catégorie d’actif et à l’incidence positive d’un dollar américain moins fort. Bien que nous soyons d’avis que les taux d’intérêt augmenteront au cours des prochaines années, nous pensons que tout changement sera modeste et que les taux devraient rester proches de leurs creux historiques. Cela devrait attirer les capitaux vers les obligations des marchés émergents, car la recherche de rendement devient de plus en plus prononcée et le concept de portage devient de plus en plus important pour les investisseurs. À court terme, toute reprise cyclique découlant de la reconstitution des stocks et de la normalisation subséquente devrait également soutenir la surpondération des obligations des marchés émergents. Des régions comme l’Amérique latine sont sur le point de profiter de la croissance mondiale et de l’augmentation de la demande de produits de base. Pour finir, étant donné que nous nous attendons à ce que le dollar américain s’affaiblisse au fil du temps, nous avons une légère préférence pour les obligations des marchés émergents libellées en monnaie locale plutôt qu’en dollars américains.

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif étaient modérément positives à l’égard des obligations américaines à rendement élevé, à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Nous restons optimistes à l’égard des obligations américaines à rendement élevé, principalement en raison des occasions de portage que la catégorie d’actif peut offrir du fait de la faiblesse des taux d’intérêt. Bien que l’écart de taux avec les obligations du Trésor américain soit faible, nous croyons que la conjoncture économique devrait continuer de soutenir les taux au niveau actuel, améliorant ainsi le profil risque-rendement de la catégorie d’actif.

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif étaient modérément positives à l’égard des obligations américaines de qualité, à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Selon nous, les résultats positifs de la catégorie d’actif l’emporteront probablement sur les difficultés découlant de la hausse des taux d’intérêt, surtout par rapport aux obligations gouvernementales. Bien que nous pensions que les obligations à rendement élevé présentent un profil de rendement plus attrayant que les obligations de qualité, il convient de noter que cette dernière catégorie d’actif peut être utilisée comme un outil permettant aux investisseurs d’accroître la durée de leur portefeuille. Parmi ces titres, nous privilégions les obligations moins bien notées, mais nous croyons également qu’il est important de surveiller les occasions dans d’autres pays.

Actions

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif à l’égard des obligations américaines à rendement élevé étaient modérément positives à court terme, mais modérément baissières pour les trois à cinq prochaines années.

À court terme, nous croyons que les actions américaines devraient continuer d’afficher un bon rendement jusqu’à la fin de l’année, car la consommation reste saine et l’activité manufacturière semble bien partie pour soutenir la catégorie d’actif. Cela dit, les valorisations élevées demeurent préoccupantes. Par conséquent, une surpondération modérée est probablement appropriée du point de vue de la gestion des risques. Sur le plan structurel, les États-Unis ont le profil économique à long terme le plus sain des pays développés; cependant, les valorisations boursières et la dépréciation prévue du billet vert (surtout par rapport aux autres principales devises de marchés développés) continuent de peser sur le rendement de la catégorie d’actif.

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif à l’égard des actions canadiennes étaient modérément positives à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

La hausse des prix du pétrole et l’amélioration des perspectives des services financiers canadiens sont des facteurs susceptibles de soutenir le rendement d’une bonne partie des actions et font d’elles une catégorie d’actif attrayante à court terme. Malgré un profil de croissance à long terme plus modeste que celui des actions américaines, nous continuons de trouver les actions canadiennes attrayantes en raison de leur profil de dividendes et des valorisations raisonnables. Elles pourraient également être soutenues par l’appréciation prévue du dollar canadien.

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif à l’égard des actions européennes étaient neutres à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Les actions européennes devraient profiter de la reconstitution des stocks lorsque les chaînes d’approvisionnement retrouveront un fonctionnement normal. Les valorisations restent également intéressantes par rapport aux actions américaines. Le maintien des mesures de relance budgétaire et monétaire devrait soutenir les perspectives de croissance de la région, tandis que le secteur manufacturier européen – l’automobile en particulier – devrait afficher une bonne performance avec l’amélioration du fonctionnement des chaînes d’approvisionnement. Bien que la catégorie d’actif puisse être attrayante du point de vue des dividendes, l’appréciation prévue de l’euro pourrait légèrement augmenter le rendement. Il convient également de noter que la faiblesse du profil de croissance structurelle de la région pourrait atténuer l’enthousiasme des investisseurs à l’égard des actions européennes.

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif à l’égard des actions des marchés émergents étaient neutres à court terme et modérément positives pour les trois à cinq prochaines années.

Cette catégorie d’actif dépend du secteur manufacturier et de l’impulsion du commerce mondial, qui reste entravé par la perturbation des chaînes d’approvisionnement. Parallèlement, l’incertitude économique persistante en Chine, qui représente une grande partie des actions des marchés émergents, est également préoccupante, tout comme les problèmes politiques au Brésil. Tout bien considéré, nous croyons qu’une position neutre à court terme est justifiée; cependant, tout signe d’amélioration de la dynamique des chaînes d’approvisionnement, d’accélération de la production alimentée par la reconstitution des stocks, de résorption de la pénurie de puces électroniques, ou d’amélioration de la stabilité politique pourrait considérablement rehausser les perspectives des actions des marchés émergents, d’autant que les valorisations sont intéressantes. Nous continuons de croire que les actions des marchés émergents demeurent attrayantes d’un point de vue stratégique. Les valorisations restent faibles, et les profils de croissance et de dividendes de la catégorie d’actif sur une période de cinq ans sont attrayants. La faiblesse structurelle du dollar américain pourrait avoir une incidence positive modeste sur cette catégorie d’actif.

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif à l’égard des actions japonaises étaient neutres à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

En théorie, les actions japonaises devraient offrir une occasion intéressante aux investisseurs. Toute évolution procyclique découlant de la reconstitution des stocks mondiaux, de la faiblesse du yen et du maintien d’un soutien monétaire et budgétaire massif pourrait soutenir les actions japonaises; toutefois, le rendement de la catégorie d’actif s’est révélé décevant ces derniers mois. Cela dit, nous pensons que les investisseurs devraient néanmoins surveiller les actions japonaises, au cas où l’un des facteurs susmentionnés commençait à faire augmenter le rendement. Plusieurs facteurs structurels sont favorables aux actions japonaises : la faiblesse des valorisations, une possible appréciation du yen, l’amélioration continue de la gouvernance d’entreprise et de généreux programmes de rachat d’actions; toutefois, ces facteurs sont éclipsés par le profil de croissance anémique du Japon. Sur une période de trois à cinq ans, les perspectives de cette catégorie d’actif sont, selon nous, neutres quoique légèrement positives.

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif à l’égard des actions chinoises étaient neutres à court terme et pour les trois à cinq prochaines années.

Les actions chinoises ont dégagé un rendement décevant au cours des derniers mois en raison de l’incertitude entourant la croissance et de la perception d’une augmentation des risques géopolitiques. Selon nous, tout signe de stabilisation de la confiance pourrait mener les actions chinoises à se démarquer. Nous soutenons depuis longtemps que la croissance en Chine devra ralentir pour que le pays puisse passer d’un modèle de croissance axé sur la croissance industrielle à un modèle misant sur la croissance de la consommation. Nous prévoyons par ailleurs que le renminbi se dépréciera légèrement au cours des trois à cinq prochaines années. Par conséquent, nous restons neutres à l’égard de la catégorie d’actif.

Actifs non traditionnels/réels

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif à l’égard des fiducies de placement immobilier américaines étaient modérément positives à court terme et neutres pour les trois à cinq prochaines années.

Bien que nous ayons revu à la hausse nos perspectives concernant les fiducies de placement immobilier (FPI) américaines depuis leur creux atteint pendant la pandémie, nous restons prudents. La grande réouverture – qui, en plus de l’amélioration du contexte macroéconomique, a été perçue comme favorable à la catégorie d’actif – a ralenti. Il y a toujours des disparités notables entre les sous-secteurs de la catégorie d’actif, et la perspective d’une hausse des taux d’intérêt pourrait aussi réduire l’appétit des investisseurs. Cela dit, nous croyons que les FPI continuent de mériter une place dans les portefeuilles diversifiés, étant donné leur capacité à offrir un rendement plus élevé – par rapport aux titres à revenu fixe – et leur faible corrélation avec les autres catégories d’actif.

En date d’octobre 2021, les perspectives de l’équipe Répartition de l’actif à l’égard des ressources naturelles mondiales étaient modérément positives à court terme et neutres pour les trois à cinq prochaines années.

La valorisation des actions du secteur des ressources naturelles mondiales est principalement alimentée par les actions de l’énergie. Les prix du pétrole et du gaz continuent de grimper, et les récentes inquiétudes liées à l’inflation ont servi de catalyseur au rebond des prix de l’or, qui, selon nous, pourrait se poursuivre au cours des 12 à 18 prochains mois. À notre avis, les actions des ressources naturelles mondiales sont un exemple de titres cycliques et elles devraient dégager un rendement supérieur à celui des actions mondiales à ce stade du cycle économique.

Tableau des rendements attendus

Titres à revenu fixe : prévisions sur cinq ans (%)

 

Obligations américaines de qualité

Obligations canadiennes de qualité

Obligations américaines à rendement élevé

Prêts à effet de levier américains

TIPS (É.-U.)

Obligations des marchés émergents

Obligations asiatiques de qualité

Obligations gouvernementales mondiales

Rendement en revenu

2,4

2,3

5,3

4,9

1,2

5,5

3,3

0,9

Rendement lié au cours

-1,3

-1,2

-3,1

-2,5

-1,6

-1,0

-1,1

-0,8

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ US)

--

1,5

--

--

--

0,2

1,1

1,2

Rendement total ($ US)

1,1

2,7

2,3

2,3

-0,5

4,7

3,3

1,4

 

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ CA)

-1,5

--

-1,5

-1,5

-1,5

-1,4

-0,5

-0,4

Rendement total ($ CA)

-0,4

1,1

0,7

0,8

-2,0

3,1

1,7

-0,2

Source : Équipe Répartition de l’actif de Gestion de placements Manuvie, octobre 2021. L’acronyme « TIPS » désigne les titres du Trésor américain protégés contre l’inflation.

Actions des marchés développés : prévisions sur cinq ans (%)

 

Grande cap. américaines

Moyenne cap. américaines

Petite cap. américaines

Grande cap. canadiennes

Petite cap. canadiennes

Grande cap. EAEO

Petite cap. EAEO

Grande cap. mondiales

Europe

Japon

Rendement en revenu

1,3

1,2

1,1

2,7

1,8

2,7

2,0

1,8

2,8

2,0

PIB nominal/croissance

6,1

6,8

6,8

4,9

5,4

4,2

4,6

5,5

4,0

4,5

Valorisation

-5,0

-1,5

-1,5

-1,0

-0,5

-1,7

-1,0

-3,8

-2,0

-1,0

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ US)

--

--

--

1,5

1,5

1,5

1,8

0,5

1,4

2,0

Rendement total ($ US)

2,2

6,3

6,3

8,2

8,3

6,7

7,5

3,8

6,3

7,6

 

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ CA)

-1,5

-1,5

-1,5

--

--

-0,1

0,2

-1,0

-0,2

0,5

Rendement total ($ CA)

0,6

4,7

4,7

6,5

6,7

5,1

5,9

2,2

4,6

6,0

Source : Équipe Répartition de l’actif de Gestion de placements Manuvie, octobre 2021. L’acronyme « EAEO » fait référence à l’Europe, à l’Australasie et à l’Extrême-Orient.

Actions des marchés émergents : prévisions sur cinq ans (%)

 

Marchés

émergents

Pays émergents d’Am. latine

Pays émergents de l’EMOA

Pays émergents d’Asie

Inde

Chine

Hong Kong

Taïwan

Corée du Sud

Singapour

Rendement en revenu

2,1

3,4

3,7

1,8

1,0

1,7

2,8

2,7

1,6

3,0

PIB nominal/croissance

7,1

6,1

5,6

7,6

9,2

6,7

4,8

8,7

8,6

4,2

Valorisation

-0,8

0,4

0,5

-1,0

-4,2

0,4

-0,2

-3,0

-1,2

-3,7

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ US)

0,5

0,6

-1,5

0,7

0,9

0,1

--

0,2

2,3

1,6

Rendement total ($ US)

9,0

10,6

8,1

9,0

6,6

8,9

7,4

8,4

11,3

4,9

 

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ CA)

-1,0

-0,9

-3,0

-0,8

-0,6

-1,4

-1,5

-1,3

0,7

0,0

Rendement total ($ CA)

7,3

9,0

6,5

7,4

4,9

7,2

5,7

6,7

9,7

3,3

Source : Équipe Répartition de l’actif de Gestion de placements Manuvie, octobre 2021.

Actifs non traditionnels/réels : prévisions sur cinq ans (%)

 

FPI américaines

Actions de ressources naturelles mondiales

Sociétés mondiales des infrastructures cotées en bourse

Rendement en revenu

2,9

3,1

3,7

PIB nominal/croissance

2,2

4,7

4,4

Valorisation

-0,6

0,2

-0,7

Rendement lié au taux de change (par rapport au $ US)

--

0,5

0,5

Rendement total ($ US)

4,5

9,2

7,8

 

Rendement lié au taux de change (par rapport au

$ CA)

-1,5

-1,0

-1,0

Rendement total ($ CA)

2,9

7,6

6,2

Source : Équipe Répartition de l’actif de Gestion de placements Manuvie, octobre 2021.
Renseignements importants

Les données intégrées au modèle sont des facteurs de recherche de Gestion de placements Manuvie et ne constituent pas des prévisions à l’égard d’une catégorie d’actif, d’un fonds commun de placement ou d’un instrument de placement particulier. Pour amorcer le processus de placement, l’équipe de placement formule des prévisions sur cinq ans en matière de risque et de rendement, au moyen de diverses techniques de modélisation quantitative, auxquelles elle associe des données qualitatives et fondamentales; les hypothèses sont ensuite rajustées en fonction des cycles économiques et des taux de croissance tendanciels. Les graphiques qui figurent dans le présent document peuvent comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et ne sont à jour qu’à la date indiquée. Ces prévisions peuvent se réaliser ou non, et la réalité pourrait en être très éloignée. Les renseignements présentés dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés financiers, sont fondés sur la conjoncture des marchés, qui changera au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer par suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres raisons. Il ne doit pas être considéré comme une recommandation − actuelle ou passée − ni comme une invitation à acheter ou à vendre un produit de placement ou à adopter une stratégie de placement. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement du portefeuille. Le nouveau coronavirus (COVID-19) perturbe ainsi considérablement les activités commerciales à l’échelle mondiale. Une crise sanitaire ainsi que des épidémies et pandémies futures pourraient avoir, sur l’économie mondiale, des répercussions qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques préexistants, qu’ils soient politiques, sociaux ou économiques. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Ces risques sont amplifiés dans le cas des placements effectués dans les marchés émergents. Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un portefeuille.

Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée. Nous vous invitons à évaluer la convenance de tout type de placement à la lumière de votre situation personnelle et à consulter un spécialiste, au besoin.
Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion de placements Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses aux présentes aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation de ces renseignements ou analyses. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une stratégie de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie est le secteur mondial de gestion de patrimoine et d’actifs de la Société Financière Manuvie. Nous comptons plus de 100 ans d’expérience en gestion financière au service des clients institutionnels et des particuliers ainsi que dans le domaine des régimes de retraite, à l’échelle mondiale. Notre approche spécialisée de la gestion de fonds comprend les stratégies très différenciées de nos équipes expertes en titres à revenu fixe, actions spécialisées, solutions multiactifs et marchés privés, ainsi que l’accès à des gestionnaires d’actifs spécialisés et non affiliés du monde entier grâce à notre modèle multigestionnaire.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation. Il peut être distribué par les entités de Manuvie ci-après, dans leurs territoires respectifs. Des renseignements supplémentaires sur Gestion de placements Manuvie sont accessibles sur le site www.manulifeim.com/institutional/ca/fr

Australie : Hancock Natural Resource Group Australasia Pty Limited, Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Brésil : Hancock Asset Management Brasil Ltda. Canada : Gestion de placements Manuvie limitée, Distribution Gestion de placements Manuvie inc., Manulife Investment Management (North America) Limited et Marchés privés Gestion de placements Manuvie (Canada) Corp. Chine : Manulife Overseas Investment Fund Management (Shanghai) Limited Company. Espace économique européen Manulife Investment Management (Ireland) Ltd., qui est habilité et régie par l’organisme Central Bank of Ireland. Hong Kong : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Indonésie : PT Manulife Aset Manajemen Indonesia. Japon : Manulife Investment Management (Japan) Limited. Malaisie : Manulife Investment Management (M) Berhad 200801033087 (834424-U). Philippines : Manulife Asset Management and Trust Corporation. Singapour : Manulife Investment Management (Singapore) Pte. Ltd. (société inscrite sous le numéro 200709952G). Corée du Sud : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Suisse : Manulife IM (Switzerland) LLC. Taiwan : Manulife Asset Management (Taiwan) Co., Ltd. Royaume-Uni : Manulife Investment Management (Europe) Limited, qui est habilitée et régie par l’organisme Financial Conduct Authority. États-Unis : John Hancock Investment Management LLC, Manulife Investment Management (US) LLC, Marchés privés Gestion de placements Manuvie (États-Unis) SARL et Hancock Natural Resource Group, Inc. Vietnam : Manulife Investment Fund Management (Vietnam) Company Limited.

Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

546282

Nathan W. Thooft, CFA

Nathan W. Thooft, CFA, 

Chef des placements, gestionnaire de portefeuille principal, Équipe Solutions multiactifs et chef mondial, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Robert E. Sykes, CFA

Robert E. Sykes, CFA, 

Gestionnaire de portefeuille principal et chef, Répartition de l’actif, États-Unis, Équipe Solutions multiactifs

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
James Robertson, GPC

James Robertson, GPC, 

Gestionnaire de portefeuille principal et chef, Répartition de l’actif, Canada et chef mondial, Répartition tactique de l’actif, Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Luke Browne

Luke Browne, 

Chef, Répartition de l’actif, Asie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Geoffrey Kelley, CFA

Geoffrey Kelley, CFA, 

Gestionnaire de portefeuille principal et chef mondial, Répartition stratégique de l’actif, Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Alex Grassino

Alex Grassino, 

Chef, Stratégie macroéconomique, Amérique du Nord, équipe Solutions multiactifs

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Benjamin W. Forssell, CFA

Benjamin W. Forssell, CFA, 

Gestionnaire de portefeuilles clients, Équipe de portefeuilles multiactifs mondiaux

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio