Fascination pour l'inflation: Moment économique

L'inflation est une préoccupation majeure pour tous ceux qui achètent quelque chose ces jours-ci. Dans l’édition de ce mois-ci, nous notons que la hausse des prix du pétrole brut pourrait avoir un effet disproportionné sur les ménages à faible revenu. Par ailleurs, la stagnation du taux de participation de la population active n'est pas de bon augure pour les espoirs de contenir l'inflation, alors que l'écart entre l'offre et la demande en Europe est également à surveiller.

Un réveil brutal

L'importance croissante des considérations ESG s’est avéré un obstacle considérable pour l'industrie de l'énergie, limitant les flux de capitaux et, du même coup, la capacité des producteurs à croître et à augmenter leur production, ce qui a ultimement mené à un resserrement de l’offre. Ce resserrement notable, combiné à une demande croissante liée à la réouverture et à des conditions météorologiques extrêmes, a poussé les prix de l'énergie à la hausse récemment. 

La hausse des prix du pétrole brut a des répercussions sur l'ensemble de l'économie. En effet, des coûts énergétiques anormalement élevés agiraient comme une taxe sur le consommateur américain. Les prix du brut et la part de l'énergie des dépenses totales des consommateurs évoluent généralement en tandem. À 4 % des dépenses totales août 2021, les dépenses de consommation en biens et services énergétiques (p. ex., l'essence, l’huile à chauffage et l'électricité), en tant que part des dépenses totales, ont diminué au cours des sept dernières années. Avec la récente hausse des prix, le coût d'opportunité de dépenser plus pour l'énergie est moins d'argent dépensé pour d'autres biens et services, ce qui complique la tâche pour voir une hausse marquée de la demande associée à la réouverture. Nous notons également que l'augmentation des prix de l'énergie a un impact négatif plus important sur les Américains à faible revenu, étant donné que leur part proportionnelle de dépenses en énergie est plus importante que celle des tranches de revenus plus élevées. Cela pourrait avoir un impact négatif sur la croissance, qui est déjà menacée par les conséquences économiques de la pandémie. 

Les effets inflationnistes des coûts énergétiques risquent d'avoir des répercussions négatives sur la croissance encore plus importantes dans un contexte mondial qu'aux États-Unis : Dans les marchés émergents, les prix élevés de l'énergie peuvent créer une inflation galopante, et les banques centrales devront s'efforcer de contenir l'inflation sans menacer les mandats de croissance et d'emploi.

La hausse des prix du pétrole entraîne une augmentation des dépenses en énergie

Prix du pétrole brut vs les dépenses en énergie des américains

Graphique linéaire des prix de l'énergie par rapport à la part des dépenses des États-Unis en biens et services énergétiques. La première était sur une tendance baissière depuis 2014 mais a rebondi récemment en raison de la hausse des prix de l'énergie.
Source : Macrobond, Gestion de placements Manuvie, au 6 octobre 2021. Les dépenses en biens et services énergétiques sont mesurées par Personal Consumer Expenditures. 

Le marché du travail peine à prospérer

Les conditions de l'offre ne sont pas les seules à pouvoir contribuer à la hausse de l'inflation. Les pénuries de main-d'œuvre font les gros titres dans le monde entier, les entreprises déclarant ne pas être en mesure de combler les postes vacants et/ou de trouver les personnes possédant les compétences requises. Les données corroborent ce constat : par rapport à l'avant-COVID-19, il y a encore cinq millions d'Américains qui ne font pas partie de la population active, c'est-à-dire qu'ils ne sont ni employés ni à la recherche d'un emploi. Les données d'enquête suggèrent qu'il y a une multitude de raisons pour lesquelles les Américains (et d'autres dans le monde) choisissent de ne pas chercher de travail (p.ex. la peur de contracter la COVID-19, le devoir de s’occuper d’un proche, comme un enfant en apprentissage virtuel, et la retraite anticipée). On soupçonne également depuis longtemps que les allocations de chômage supplémentaires limitent le nombre de personnes qui cherchent un emploi. Cette théorie est mise à l'épreuve en ce moment même : En septembre, des millions d'Américains ont vu leur assistance chômage liée à la COVID-19 expirer, marquant un point d'inflexion critique dans la reprise économique du pays.  

Dans un monde idéal, la perte des prestations gouvernementales aiderait le taux de participation de la main-d'œuvre à se rétablir, signifiant que les entreprises peuvent revenir à leur pleine capacité (ou s'en approcher) et que les pressions salariales peuvent diminuer. Cependant, le taux d'activité de septembre n'a pas encore bougé; en fait, il a même diminué au cours du mois, passant de 61,7 % à 61,6 %. Si le taux d'activité ne commence pas à se redresser, les pénuries de main-d'œuvre resteront probablement problématiques et nous devrons surveiller de plus près les pressions sur les salaires. Il est important de noter que les pénuries de main-d'œuvre peuvent également peser sur l'activité de production. 

Le taux d'activité aux États-Unis a souffert et ne s'est pas encore complètement redressé

Taux d’activité aux États-Unis, selon le sexe 

Graphique linéaire du taux de participation à la population active des États-Unis, par sexe. Le taux total s'élève à 61,6% en octobre ; il a diminué depuis 1995 et n'a pas encore récupéré toutes les pertes dues à la pandémie de COVID-19.
Source: U.S. Bureau of Labor Statistics, Macrobond, Gestion de placements Manuvie, au 8 octobre 2021. 

L’écart entre l’offre et la demande : l’édition européenne

Nous restons constructifs sur certaines parties de l'Europe, notamment celles exposées au segment manufacturier. Comme la plupart de la planète, la région a subi des perturbations au niveau de la chaîne d'approvisionnement qui ont limité sa capacité de production. Il suffit de regarder l'Allemagne pour voir la preuve de cette tendance : en plus des contraintes générales, l'exposition du pays au segment de l'automobile l'a rendu particulièrement vulnérable à la pénurie bien documentée de semi-conducteurs. En conséquence, un écart sans précédent est apparu entre les commandes et la production manufacturière.

Bien que les pressions inflationnistes soient certainement un élément à prendre en considération lorsqu’on examine la profitabilité, des exemples comme celui-ci illustrent que le chiffre d’affaire devient de plus en plus important, car les perturbations entravent la capacité des entreprises à vendre leurs produits. Le bon côté des choses est, qu'à moyen terme, à mesure que ces problèmes se dissipent, il y a de bonnes chances que les régions centrées sur l'industrie manufacturière bénéficient également de la reconstitution des stocks lorsque la normalisation reprendra.

Écart important entre la production et les nouvelles commandes en Allemagne

Nouvelles commandes vs production en Allemagne

Graphique linéaire des commandes et de la production des usines allemandes depuis 2000. Ces derniers temps, il existe un écart important entre la production manufacturière et les commandes, la première ayant stagné alors que la seconde a augmenté.
Source: Statistiches Bundesamt, au 6 octobre 2021. Les données des nouvelles commandes se terminent au 31 août 2021, tandis que celles de la production se terminent au 31 juillet 2021. 

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée.

Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients actuels et potentiels de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni ses représentants (collectivement, « Gestion de placements Manuvie ») ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit.

Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion de placements Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion de placements Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses aux présentes aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation de ces renseignements ou analyses. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Gestion de placements Manuvie n’assume pas de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une approche de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement du portefeuille. Le nouveau coronavirus (COVID-19), par exemple, perturbe considérablement les activités commerciales à l’échelle mondiale. Les répercussions d’une crise sanitaire, ainsi que d’autres épidémies et pandémies susceptibles de survenir à l’avenir, pourraient avoir des conséquences sur l’économie mondiale qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques politiques, sociaux et économiques préexistants. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Gestion de placements Manuvie
Gestion de placements Manuvie est le secteur mondial de gestion de patrimoine et d’actifs de la Société Financière Manuvie (« Manuvie »). Nous comptons plus de 100 ans d’expérience en gestion financière au service des clients institutionnels et des particuliers ainsi que dans le domaine des régimes de retraite, à l’échelle mondiale. Notre approche spécialisée de la gestion de fonds comprend les stratégies très différenciées de nos équipes expertes en titres à revenu fixe, actions spécialisées, solutions multiactifs et marchés privés, ainsi que l’accès à des gestionnaires d’actifs spécialisés et non affiliés du monde entier grâce à notre modèle multigestionnaire.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation. Il peut être distribué, s’il y a lieu, par Gestion de placements Manuvie et ses filiales et sociétés affiliées, qui comprennent la marque John Hancock Investment Management et Hancock Natural Resources Group.

Gestion de placements Manuvie, le M stylisé et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

1873601

Frances Donald

Frances Donald, 

Économiste en chef, Monde et stratège, Équipe Solutions multiactifs, Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio
Erica Camilleri

Erica Camilleri, 

Analyste des placements, équipe Solutions multiactifs

Gestion de placements Manuvie

Lire la bio