La crise entre la Russie et l’Ukraine pourrait avoir des répercussions à l’échelle mondiale

L’intensification des tensions entre la Russie et l’Ukraine a soulevé la question de savoir si cette crise pourrait avoir des répercussions plus vastes en Asie et à l’échelle mondiale. Nous examinons les répercussions macroéconomiques possibles d’un conflit majeur opposant ces deux pays et ses effets sur les économies de la région Asie-Pacifique.

Selon nous, les tensions transfrontalières entre la Russie et l’Ukraine pourraient avoir des répercussions importantes qui n’ont pas encore été prises en compte par les marchés. 

Rôle de la Russie sur les marchés physiques 

À l’échelle mondiale, la Russie est le premier exportateur de gaz naturel (17,1 % de la production mondiale) et le deuxième exportateur de pétrole brut (12,1 %). À titre de comparaison, l’Arabie saoudite occupe une part de 12,5 % du marché du pétrole brut1.

La Russie et l’Ukraine sont également d’importants producteurs agricoles : leurs exportations combinées de blé, d’orge et de maïs représentent 21 % du total mondial et, ensemble, elles produisent 60 % des huiles de tournesol de la planète. Aussi, la Russie et le Bélarus comptent pour environ 20 % des exportations totales d’engrais, ce qui est vital pour la production alimentaire mondiale2.

Parallèlement, la Russie est l’un des plus grands producteurs mondiaux de métaux critiques. Elle est le plus important exportateur de palladium (20,7 % du volume total) et se classe au deuxième rang derrière le Chili pour ce qui est du cuivre affiné (7,1 %). Le pays détient également la troisième position pour le nickel (11,2 %) et l’aluminium (9,0 %)3.

Répercussions macroéconomiques mondiales de l’escalade 

Les sanctions potentiellement infligées à la Russie qui perturberaient l’approvisionnement de ces produits auraient une incidence importante sur l’économie mondiale, compte tenu de la demande quasi inélastique pour ces ressources stratégiquement importantes.

De plus, la demande pour ces produits de base particuliers a historiquement bondi en période de conflit. Cette situation pourrait poser problème pour les chaînes d’approvisionnement mondiales étirées et déclencher des pressions à la hausse sur les prix dans un contexte inflationniste déjà pénible. Dans un tel scénario, il s’agirait d’un choc supplémentaire lié à la stagflation (croissance plus faible, mais inflation plus élevée) et ces sanctions nuiraient davantage aux importateurs nets de ces produits de base.

Soulignons que la région Asie-Pacifique est le plus important importateur net d’aliments et d’énergie au monde. Cependant, nous continuons d’insister sur le fait que la région n’est pas formée d’un seul bloc, de sorte qu’une hausse des prix des aliments et de l’énergie aurait une incidence inégale dans l’ensemble de la région. Pour les importateurs nets, une telle évolution se traduirait par des bouleversements négatifs des termes de l’échange (le ratio des prix à l’exportation par rapport aux prix à l’importation) et les conséquences subséquentes sur la croissance économique seraient exacerbées par la faiblesse de la demande intérieure. L’inverse serait vrai pour les exportateurs nets d’aliments et d’énergie. Selon nous, la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Vietnam, l’Australie et l’Indonésie sont les plus grands exportateurs nets d’aliments et d’énergie (et, par conséquent, les moins vulnérables). 

Cela dit, il faut aussi considérer des répercussions plus sérieuses :

  1. La hausse des prix des aliments et de l’énergie entraînerait une hausse de l’inflation et des prévisions inflationnistes. L’inflation des prix des aliments pourrait avoir une incidence particulièrement marquée en raison de la pondération accrue des éléments liés à l’alimentation dans les paniers de l’indice des prix à la consommation (IPC) asiatique. Hong Kong, l’Australie, la Corée du Sud et la Chine continentale sont les économies dont la pondération nette des aliments et de l’énergie du panier de l’IPC est la moins élevée et, par conséquent, elles sont les moins susceptibles d’être vulnérables dans une telle situation.
  2. Dans un tel scénario, nous nous attendons à ce que les exportations ralentissent à mesure que la consommation mondiale se normalise dans un contexte de réduction des stocks. En l’absence d’une forte croissance des exportations pour compenser de façon importante la hausse des prix des importations d’aliments et d’énergie, certaines économies pourraient assister à une détérioration de leur balance des paiements courants. Les économies qui dépendent le moins de la demande étrangère sont les Philippines, Hong Kong, l’Inde, la Corée du Sud et la Thaïlande.
  3. La situation budgétaire pourrait se détériorer si les gouvernements augmentent les subventions afin de contenir l’inflation et d’alléger le fardeau des ménages à faible revenu. Si cette situation devait se produire, elle se produirait à un moment où les budgets se sont affaiblis après deux années de mesures de soutien d’urgence à cause de la pandémie. Singapour, le Vietnam, Taïwan, la Thaïlande et les Philippines sont les marchés affichant les meilleures situations budgétaires.
  4. Le risque d’un choc de liquidité découlant d’une combinaison d’un choc de la demande, d’un choc de l’offre et d’une ruée vers les valeurs sûres exposerait les économies vulnérables très endettées à un choc du crédit intérieur ou du financement externe. L’Indonésie, les Philippines, la Nouvelle-Zélande et l’Inde sont les économies affichant les positions les plus solides sur le plan de l’endettement (faible endettement du secteur privé et externe, et faibles coûts du service de la dette).
  5. En cas de conflit, il est essentiel de disposer d’une marge de manœuvre suffisante en matière de politique pour répondre à un tel défi macroéconomique. Les décideurs des économies importatrices nettes d’aliments et d’énergie se trouveront face à un dilemme : ils pourraient relever les taux d’intérêt au prix d’une croissance économique encore plus faible ou tolérer ce qui est susceptible d’être une inflation globale plus élevée, au risque de souffrir de sorties de capitaux, de dépréciation de leur monnaie et d’encore plus d’inflation. Enfin, il y a la possibilité d’imposer des mesures de contrôle des capitaux, mais cette situation pourrait aussi abaisser les notes de crédit des titres de créance souverains, réduire les entrées de capitaux et affaiblir le potentiel de croissance à long terme. En revanche, nous estimons que les grandes économies exportatrices nettes de pétrole seraient mieux placées dans une telle situation. 

La hausse des prix des aliments et de l’énergie devrait améliorer la situation des comptes courants et budgétaires, les entrées de capitaux, le rendement des monnaies locales et les notes de crédit des titres souverains. Dans la mesure où les devises s’apprécient, ou que les gouvernements disposant de solides positions budgétaires choisissent de subventionner les prix des aliments ou de l’énergie destinés aux particuliers, les contrecoups inflationnistes seraient généralement plus modérés dans les pays qui ne sont pas des économies importatrices nettes de pétrole.

Un écran pour les économies les moins vulnérables aux chocs potentiels 

Singapour, la Malaisie, les États-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande devraient tirer le plus grand profit de toute hausse des prix des aliments et de l’énergie. L’Indonésie, les Philippines, la Nouvelle-Zélande et l’Inde semblent les moins exposées à un potentiel choc de liquidité. En tenant compte de l’effet simultané de ces deux chocs, notre analyse indique que la Malaisie, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis, l’Australie, le Vietnam et Taïwan afficheront les meilleurs rendements macroéconomiques relatifs parmi les économies que nous suivons.

 

1 B.P. Statistical Review of World Energy 2021, bp.com, 8 juillet 2021. 2 Perspectives agricoles de l’OCDE et de la FAO 2021-2030, oecd.org, 5 juillet 2021. 3 Banque mondiale, Federal State Statistics Service (Rosstat), Macrobond, 11 février 2021. 

Une crise généralisée dans le secteur de la santé, comme une pandémie mondiale, pourrait entraîner une forte volatilité des marchés, la suspension et la fermeture des opérations de change, et affecter le rendement des fonds. Par exemple, le nouveau coronavirus (COVID-19) a considérablement perturbé les activités commerciales à l’échelle mondiale. Les répercussions d’une crise sanitaire ainsi que d’autres épidémies et pandémies qui pourraient survenir à l’avenir pourraient avoir des répercussions sur l’économie mondiale qui ne sont pas nécessairement prévisibles à l’heure actuelle. Une crise sanitaire peut exacerber d’autres risques politiques, sociaux et économiques préexistants. Cela pourrait nuire au rendement du portefeuille, ce qui entraînerait des pertes sur votre placement.

Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie.  Ces risques sont amplifiés dans le cas des placements effectués dans les marchés émergents. Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un portefeuille.

Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée. Nous vous invitons à évaluer la convenance de tout type de placement à la lumière de votre situation personnelle et à consulter un spécialiste, au besoin.

Le présent document est destiné à l’usage exclusif des destinataires dans les territoires qui sont autorisés à le recevoir en vertu des lois en vigueur. Les opinions exprimées dans le présent document sont celles de l’auteur ou des auteurs. Elles peuvent être modifiées sans préavis. Nos équipes de placement peuvent avoir des opinions différentes et par conséquent prendre des décisions de placement différentes. Ces opinions ne reflètent pas nécessairement celles de Gestion de placements Manuvie ou de ses sociétés affiliées. Bien que les renseignements et analyses présentés dans le présent document aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion de placements Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation des renseignements ou des analyses présentés. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture des marchés, qui changera au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer par suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion de placements Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.

Ni Gestion de placements Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document.  Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion de placements Manuvie, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion de placements Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une stratégie de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion de placements Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. La diversification ou la répartition de l’actif ne sont pas garantes de profits et n’éliminent pas le risque de perte. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion de placements Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.

À propos de Gestion de placements Manuvie

Gestion de placements Manuvie est le secteur mondial de gestion de patrimoine et d’actifs de la Société Financière Manuvie. Nous comptons plus d’un siècle d’expérience en gestion financière au service des clients institutionnels et des particuliers et dans le domaine des régimes de retraite, à l’échelle mondiale. Notre approche spécialisée de la gestion de fonds comprend les stratégies très différenciées de nos équipes expertes en titres à revenu fixe, actions spécialisées, solutions multiactifs et marchés privés, ainsi que l’accès à des gestionnaires d’actifs spécialisés et non affiliés du monde entier grâce à notre modèle multigestionnaire.

Le présent document n’a été soumis à aucun examen de la part d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières ou autre et il n’a été déposé auprès d’aucun organisme de réglementation.
Il peut être distribué par les entités de Manuvie ci-après, dans leurs territoires respectifs. Des renseignements supplémentaires sur Gestion de placements Manuvie sont accessibles sur le site manulifeim.com/institutional

Australie : Manulife Investment Management Timberland and Agriculture (Australasia) Pty Ltd, Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Canada : Gestion de placements Manuvie limitée, Distribution Gestion de placements Manuvie inc., Manulife Investment Management (North America) Limited et Marchés privés Gestion de placements Manuvie (Canada) Corp. Chine : Manulife Overseas Investment Fund Management (Shanghai) Limited Company. Espace économique européen : Manulife Investment Management (Ireland) Ltd. est régie et réglementée par l’organisme Central Bank of Ireland. Hong Kong : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Indonésie : PT Manulife Aset Manajemen Indonesia. Japon : Manulife Investment Management (Japan) Limited. Malaisie : Manulife Investment Management (M) Berhad, numéro d’inscription : 200801033087 (834424-U). Philippines : Manulife Investment Management and Trust Corporation. Singapour : Manulife Investment Management (Singapore) Pte. Ltd. (société inscrite sous le numéro 200709952G). Corée du Sud : Manulife Investment Management (Hong Kong) Limited. Suisse : Manulife IM (Switzerland) LLC. Taïwan : Manulife Investment Management (Taiwan) Co. Ltd. Royaume-Unis : Manulife Investment Management (Europe) Limited, qui est régie et réglementée par l’organisme Financial Conduct Authority. États-Unis : John Hancock Investment Management LLC, Manulife Investment Management (US) LLC, Manulife Investment Management Private Markets (US) LLC et Gestion de placements Manuvie Agriculture et terrains forestiers Inc. Vietnam : Manulife Investment Fund Management (Vietnam) Company Limited.

Manuvie, Gestion de placements Manuvie, le M stylisé, et Gestion de placements Manuvie & M stylisé sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers et sont utilisées par elle, ainsi que par ses sociétés affiliées sous licence.

549467

Sue Trinh

Sue Trinh, 

Chef, Stratégie macroéconomique, Asie, équipe Solutions multiactifs

Gestion de placements Manuvie

Read bio